Aller au contenu principal

Blonde d’Aquitaine
Paris gagnant sur tapis vert !

Au début des années 80, le père de Patrick Dehail achetait ses premières Blondes d’Aquitaine à Alençon. Le week-end prochain, l’éleveur s’y rendra à son tour. Mais, il montrera le travail génétique réalisé en 30 ans. Des Blondes d’Aquitaine à l’herbe, ces naisseurs ont osé.

La Blonde d’Aquitaine est la deuxième race allaitante de l’Orne. “Il est donc logique de venir concourir et communiquer à ferme en fête. La manifestation est devenue une tradition pour nous”.
La Blonde d’Aquitaine est la deuxième race allaitante de l’Orne. “Il est donc logique de venir concourir et communiquer à ferme en fête. La manifestation est devenue une tradition pour nous”.
© vm
Des blondes, toujours des blondes, encore des blondes. L’élevage Dehail est spécialisé depuis 30 ans en Blonde d’Aquitaine. Patrick Dehail a pris la suite de son père et son fils sera officiellement son associé dans 15 jours. L’exploitation compte 180 m ères pour 400 animaux. “Naisseur, c’est notre savoir-faire. La viande, c’est ce qu’on sait faire. Nous n’imaginons pas nous diversifier”, explique l’éleveur.

Les femelles en label
Au cœur d’une zone herbagère, la Blonde d’Aquitaine s’est adaptée au système de l’exploitation. Des Blondes d’Aquitaine à l’herbe, le concept semble téméraire. “Il s’agit d’une race exigeante qui a besoin de concentré pour l’engraissement”, concède Patrick Dehail. “Nous engraissons juste les animaux haut de gamme, c’est-à-dire les femelles en label”. Leurs poids de carcasses atteignent ainsi 550 à 600 kg. Les mâles sont vendus en broutards. S’y ajoutent 15 à 20 reproducteurs commercialisés chaque année. Au sevrage, les génisses sont, elles, vendues pour la reproduction.  Côté débouché, l’exploitation bénéficie de débouchés en Allemagne et en Belgique, grâce l’association des éleveurs de Blonde d’Aquitaine de Normandie (ASEBAN).

Transplantation
En 15 ans, la famille Dehail a multiplié son cheptel par trois. Pas simple dans ces conditions de progresser génétiquement. Patrick Dehail s’est donc lancé dans la transplantation embryonnaire. “J’en réalise à titre personnel et avec le GIE Haute Sarthe génétique, qui regroupe 5 éleveurs. Nous avions des difficultés à trouver de bonnes souches. Les meilleures restent souvent dans le berceau de la race". L’élevage a d’abord fixé les souches maternelles et misé ensuite sur le gabarit. Cette évolution est aujourd’hui reconnue. Tous les animaux sont inscrits à l’UPRA. “Nous sommes également adhérents à Bovins Croissance qui permet de certifier nos résultats”, ajoute Patrick Dehail. Et les 15 veaux vendus en station sont une preuve supplémentaire. A Alençon, la famille Dehail présentera 8 vaches. Toutes ces bêtes sont issues de transplantation embryonnaire. L’occasion de juger sur pièce.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité