Aller au contenu principal
Font Size

Cerner les effets des courants électriques des lignes THT
A Paris-Grignon, des laitières sous haute surveillance

Étudier le comportement des bovins face aux courants parasites ? La ferme de Paris-Grignon poursuit ses expérimentations, cette fois sur des laitières.

A Paris-Grignon, les études des courants parasites sur les laitières débutent début novembre.
A Paris-Grignon, les études des courants parasites sur les laitières débutent début novembre.
© E.C.
Dans la Manche, la future construction d’une ligne 400 000 volts, destinée à transporter le courant réacteur nucléaire EPR de Flamanville, provoque des vagues. La contestation est montée d’un cran, notamment lors des réunions “publiques” de concertation, voici un mois. RTE (Réseau de Transport d’Électricité) veut désamorcer la crise et commence par le monde agricole. A la ferme expérimentale de Paris-Grignon (Yvelines) Christine Duvaux-Ponter dirige les protocoles d’expérimentation sur les effets des courants parasites électriques sur les animaux et en analyse les premiers enseignements. Lot témoin/lot test Il y a les explications théoriques, à grands renforts de schémas, et la pratique. A Paris-Grignon, vaste domaine de 815 ha, où moutons et bovins se cotoient, les chercheurs ont mis au point des “tests” pour analyser le comportement animal face à un courant électrique de faible intensité, tel qu’on peut le rencontrer sous une ligne Très Haute Tension, dans une exploitation. Aux détracteurs qui reprochent à Christine Devaux-Ponter de ne pas s’être placée en situation réelle, celle-ci répond, “nous avons besoin d’un lot témoin et d’un lot test”. Dans un premier temps, les études menées sur le mouton ont montré des seuils de sensibilité immédiate, à savoir de l’ordre de 3 à 5 volts.”Nous cherchons désormais des effets potentiels sur le moyen/long terme”. A noter que chacune des expérimentations fait l’objet d’une convention entre AgroParistech “recherche” (ADEPRINA) et RTE. Génisses et laitières Concernant les bovins, seule une quarantaine de génisses a été testée. “Une tension de 2,3 volts semble être le seuil à partir duquel les comportements d’évitement apparaissent. Cependant une grande variabilité de réponse entre individus a été observée”. Reste aussi que les génisses exposées à un agent stressant comme l’électricité (3/5 volts), appliqué de manière imprévisible, ont eu plus de difficultés à s’adapter à la situation en comparaison avec ce même agent stressant, mais appliqué de manière prévisible Début novembre, une nouvelle expérience va être menée sur des vaches laitières. “Notre but ? Une fois de plus, étudier les effets des courants parasites sur le comportement, la physiologie et la production”. Champs magnétiques François Gallouin (président du groupement permanent de sécurité électrique), structure mise en place après un problème rencontré dans une ferme manchoise, voici environ 10 ans, ne nie pas la présence des courants parasites. “On les rencontrent surtout en milieu humide et sur des clôtures électriques à proximité des lignes THT”. De mauvaises masses où des installations électriques défectueuses dans les stabulations, toujours selon les explications de François Gallouin peuvent engender des courants parasites. Si les effets de ces fameux courants devraient être mieux cernés lorsque tous les résultats de Paris-Grignon seront publiés, il reste un autre problème qui titille les agriculteurs, ou tout simplement les riverains des lignes THT : l’effet des champs magnétiques. François Deschamps (RTE) souligne qu’aucune étude, à l’heure actuelle, ne prouve leur nocivité.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
Publicité