Aller au contenu principal

A Paris pour sensibiliser les Parisiens sur le juste prix payé aux agriculteurs

« Votre alimentation a un prix, Notre métier a un prix ». C’est porteur de ce message que, le 11 octobre, les agriculteurs de la FNSEA et de JA sont venus de 11 régions afin de renouer le lien avec les consommateurs parisiens mais aussi pour les sensibiliser sur le prix payé aux agriculteurs. L’objectif était aussi d’interpeller le Président de la République en amont de sa déclaration dans le cadre des Etats Généraux de l’Alimentation, qui a eu lieu le soir même.

© JP

« On ne peut pas s'acheter des pages de pub à foison comme Michel Édouard Leclerc, mais on vient parler au consommateur avec nos tripes » a déclaré Jérôme Despey, secrétaire général de la FNSEA le 11 octobre. En amont des déclarations du président Macron sur le premier chantier des États Généraux de l’alimentation, JA et la FNSEA avaient organisé un rassemblement place de la République, à Paris, afin d’aller à la rencontre des consommateurs parisiens. « Emmanuel Macron ne peut pas passer à côté des décisions consensuelles qui ont été prises dans le cadre des États généraux de l’alimentation » a réaffirmé Christiane Lambert à la mi-journée, l’objectif étant aussi d’interpeller le Président avant qu’il ne s’exprime, le soir même à Rungis. Samuel Vandaele, secrétaire général de Jeunes Agriculteurs, a rappelé qu’il fallait «une contractualisation qui prenne en compte nos coûts de production pour donner de la visibilité aux jeunes agriculteurs ». Sur ce point, les syndicats ont été satisfaits par les déclarations d’Emmanuel Macron qui a annoncé le soir même son intention d’inverser le système de contractualisation en intégrant les coûts de production. Autre point de satisfaction dans les annonces du président de la République, sa volonté de mettre fin à la guerre des prix bas : il s’est dit « favorable » à l’encadrement des promotions et à l’élévation du seuil de revente à perte. Les agriculteurs ont donc eu l’impression qu’une partie de leurs messages ont été entendus par le Président.

Renouer le lien avec les consommateurs
Mais la ferme France était surtout présente à Paris pour dire aux citoyens que les efforts des agriculteurs méritent un juste prix pour leurs produits de qualité.
Le mot d’ordre de cette journée était donc « Votre alimentation a un prix. Notre métier a un prix ». La journée était animée par René Debons, agriculteur dans l’Aveyron, qui a interrogé les consommateurs notamment sur la manière dont se faisaient leurs actes d’achats.
Sur les stands des 11 régions, des agriculteurs ont échangé de manière conviviale avec les consommateurs sur les « prix toujours trop bas payés aux exploitants » a souligné Jérôme Despey. La mobilisation syndicale a également permis aux producteurs de présenter et de vendre leurs produits, mais aussi de rappeler leurs manières de les produire. Les Parisiens ont donc pu acheter des produits régionaux au juste prix, tout en partageant avec les agriculteurs. Des questionnaires et des flyers étaient également distribués aux visiteurs afin de les sensibiliser sur le prix, mais aussi sur les services rendus par l’agriculture aux territoires français. Un exercice pédagogique réussi puisque le message semble être passé auprès de consommateurs. Valentin, jeune franco-colombien, installé à Paris depuis deux mois, a trouvé l’évènement « intéressant, car chacun parlait de ses produits locaux, de la problématique avec les grandes surfaces, pour moi, c’est important de payer le prix juste aux agriculteurs». Toute la journée, des animations étaient organisées par les interprofessions autour du lait, de la viande, des céréales et des fruits des légumes. Des ovins et des bovins ont également fait l’animation pour petits et grands. La journée s’est conclue par une chaîne de dons à destination des Banques Alimentaires. Une partie des invendus a par ailleurs été donnée à Solaal, soit deux camions pleins de nourriture.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité