Aller au contenu principal

SIA 2024
[L'INTERVIEW] Pascal Orvain, président de l’OS Normande : Parler de l’élevage et de nos produits

Après une longue attente, le Salon de l’Agriculture a pu être ouvert puis inauguré. Pascal Orvain, président de l’Os Normande s’est armé de patience pour échanger quelques mots avec le Président de la République, notamment l’intérêt de la race pour l’environnement. 

Pascal Orvain, président de l'OS Normande, a parlé d'élevage et de l'intérêt de la Normande pour des systèmes pâturants, ayant un impact positif sur l'environnement.
© Sandrine Bossiere

Comment avez-vous vécu cette inauguration ? 

On a beaucoup patienté que la situation se décante, près de cinq heures. On attendait le Président de la République vers 8 h 15, et il est venu vers 13 h 30.  

C’est la première fois que je vois cela. On est là avant tout pour parler d’élevage. Ce sont des visiteurs qui n’ont pas pu accéder au hall 1, des exposants qui n’ont pas pu vendre leurs produits. Nous avons fait une matinée blanche. Et les allées se sont remplies qu’à partir de 15 h 30. 

Quels sont les messages que vous avez pu échanger ?

L’inauguration est un moment important. Mais c’est aussi une opportunité d’évoquer avec le Président de la République les messages qu’on porte au niveau de la race, de parler d’élevage, de nos produits. Nous avons aujourd’hui une race qui est souvent associée à des systèmes pâturant qui ne sont pas mauvais pour le bilan carbone, qui ont un impact intéressant sur l’environnement. Nous lui avons fait également goûté du bœuf STG, du fromage AOP. Il est aussi reparti avec une boite de nos fromages normands AOP. 

Est-ce les mêmes messages pour les visiteurs ? 

Nous avons édité un magasine très pédagogique où on évoque le quotidien d’une vache de manière très simple. C’est ludique pour les visiteurs, les consommateurs. Tout au long du salon, nous avons un public familial, qui n’est pas très familier et pas toujours connaisseur. C’est à nous de leur expliquer notre métier, notre race, nos produits.  

La race Normande en chiffres 

3e race bovine laitière, 6 000 troupeaux de Normandes 

190 000 vaches laitières 

Présente dans six cahiers des charges de signes de qualité : les 4 fromages AOP (Camembert de Normandie, Livarot, Pont-l’Evêque, Neufchâtel), crème et beurre d’Isigny, et le bœuf traditionnel STG (spécialité traditionnelle garantie).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Commémorations : des restrictions de circulation à prévoir le 6 juin 2024
À l'occasion des commémorations du 80e anniversaire du Débarquement, une zone de circulation régulée (ZCR) va être mise en place…
Ghislain Huette (à gauche) et Armand Prod'Homme (à droite)
"JA61, c'est avant tout une équipe"
La relève est assurée. Le lundi 15 avril 2024, Armand Prod'Homme et Ghislain Huette ont été nommés coprésidents du syndicat des…
Le festival de l'élevage revient à l'hippodrome de Vire vendredi 31 mai et samedi 1er juin 2024.
Festival de l'élevage 2024 à Vire : "le concours phare" des Prim'Holsteins en Normandie
La ville de Vire, dans le Calvados, va de nouveau accueillir son festival de l'élevage, vendredi 31 mai et samedi 1er juin…
Hervé Morin veut régionaliser l'accès à l'agrivoltaïsme
Après avoir tapé du poing sur la table sur la "méthanisation", Hervé Morin remet le couvert sur "l'agrivoltaïsme". La Région…
Un projet de voie verte a été porté à connaissance d'exploitants de la Vallée de la Touques, ce qui inquiète l'association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, zone inondable.
Vallée de la Touques, dans le Calvados : bientôt des cyclistes dans les champs ?
L'Association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, dans le Calvados, est sur le pied…
Yvonne Mancel, entourée de son fils, Jacques, sa belle-fille, Christine et sa petite-fille, Barbara.
À 103 ans, Yvonne Paris se souvient de la drôle de guerre
À 103 ans, Yvonne Paris fait partie des témoins précieux de cette Seconde Guerre mondiale. Dans les moindres détails, elle se…
Publicité