Aller au contenu principal

Alimentation équine
Pas de cavalier seul pour l’avoine normande

La SCS était déjà connue dans le milieu du cheval. Avec la reprise de la clientèle d’Agri Val’es Dunes, l'entreprise étend sa gamme et multiplie ses formules... Base du mélange, l'avoine normande est valorisée par les équins, du poney aux galopeurs en passant par les trotteurs.

© VM

Dans le monde agricole, la SCS  est réputée pour son activité triage et traitement de semences. Dans le milieu équin, c'est sa commercialisation d'aliments floconnés qui la distingue. La gamme compte aujourd'hui 7 produits : Equi'Elevage, Equi+Elevage, Equi'Entraîn, Equi+entraîn, Equi'Mix, l'orge aplatie et l'Equi'Val. Derrière ces noms complexes se cache la volonté de trouver une valeur ajoutée à l’avoine normande. Celle-ci est triée, dépoussiérée et surtout brossée. “Avec ce procédé, l’avoine peut ainsi passer de 48 à 57 de PS”.

Des mélanges avec 60 d’avoine
Commercialement, le “+” dans les appellations signifient que le mélange contient 60 d'avoine. “Les haras ont le choix. Soit ils achètent leur aliment complet. Soit ils ajoutent eux même de l'avoine”, résume Olivier Hoste. Equi'Elevage est destiné à l'élevage. Par exemple, Equi+Elevage contient de la luzerne, des flocons de maïs, du granulé minéral, des flocons de féverole, de la mélasse, de l’huile de lin, en plus des flocons d’orge.  Equi'Entraîn se veut, lui, plus énergisant. Sa cible : les chevaux au travail. Pour répondre aux obligations de la compétition, les produits sont certifiés sans produits dopants.

Agri Val’es Dunes vers les centres équestres
L'histoire de la SCS débute en 1988. A l’époque, Christian Hoste valorise sa production d’avoine en la commercialisant directement dans les haras. “Mon père est éleveur de trotteur. Il connaît bien le milieu.  A partir de 2004, ses clients lui ont demandé un aliment complet”, détaille Olivier Hoste. C’est à ce moment que la collaboration avec un fabricant d’aliments débute. “Il faut une usine spécialisée pour l’élaboration des aliments floconnés et extrudés. Nous achetons en vrac et nous reconditionnons. Si besoin avec notre avoine”.
En 2004, la SCS commercialisait 600 tonnes d’aliment équin. En 2013, ce chiffre atteint 1500 tonnes. Avec la reprise d’Agri Val’es Dunes, l’objectif est de passer le cap des 2000 tonnes en 2014. “Nous récupérons un volume de 300 tonnes et nous tablons sur une conquête de marché de 200 tonnes”. Ce rapprochement permet à la SCS d’entrer davantage dans les centres équestres. L’entreprise compte notamment sur l’Equi’mix ou sur le plus accessible Equi’val, constitué d’avoine, d’orge aplatie et de maïs concassé.  “Nous avons racheté la clientèle, mais Agri Val’es Dunes demeure prestataire. Cela nous permet d’offrir une gamme plus élargie. ”. L’installation affiche une capacité de 1 500 tonnes et laisse ainsi entrevoir un bon potentiel d’évolution.


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité