Aller au contenu principal

Xavier Beulin, président de la FNSEA
Pas de faveur mais un véritable statut pour tous !

“Le statut de l’exploitant est, de longue date, une question centrale pour le syndicalisme agricole. Aujourd’hui, la Pac, tant dans les dispositions européennes que dans sa déclinaison nationale annoncée, révèle l’impérieuse nécessité pour le ministre d’appréhender ce sujet.

© TG

La nouvelle Pac devrait reconnaître clairement les agriculteurs associés de Gaec comme de véritables chefs d’exploitation à l’instar du principe de transparence posé en France depuis plus de 50 ans. Nous nous en réjouissons d’autant plus que la Profession a toujours eu un rôle moteur dans ce dossier.
Mais cette reconnaissance de notre particularité française ne doit pas occulter les autres modes d’exercice du métier d’agriculteur : qu’en est-il de ceux qui exploitent à plusieurs en EARL, en SCEA, en assolement en commun ou en SAS ?
Il est certain que les associés de Gaec sont tenus de respecter tout un corps de règles, vérifiées par un comité départemental composé à parité par la profession et l’administration, garantissant ainsi la réalité de leur statut d’agriculteur. Mais ce n’est pas pour autant que les associés d’EARL, par exemple, ne doivent pas pouvoir être reconnus comme de véritables chefs d’exploitation : on ne peut balayer cette forme d’exploitation majoritaire en France ! Il n’y a pas un statut mais des statuts et ils méritent tous reconnaissance et intérêt.
A l’opposé, sur les exploitations individuelles, tous les chefs d’exploitation sont éligibles, quelle que soit la valeur ajoutée produite par leur exploitation, que le chef soit actif ou non, qu’il soit formé ou ne dispose d’aucune expérience…
Notre ambition est de définir un véritable statut de chef d’exploitation qui puisse être acquis ou refusé quel que soit le mode d’organisation de l’entreprise : individuelle ou sociétaire, que l’agriculteur travaille seul ou avec d’autres, qu’il soit petit ou grand… Ce statut impose de définir avec courage des critères de compétence et de responsabilité des femmes et des hommes, de détention et de gestion de l’exploitation, de volume d’activité de l’entreprise…
Cette question du statut est fondamentale parce qu’elle détermine, dans une Europe à 28, l’agriculteur de demain et les caractéristiques de son entreprise. La future Pac ne pourra ignorer la réalité économique et sociale de l’exploitation et la loi d’avenir ne peut se borner à ouvrir le statut social sans se préoccuper de l’activité réelle du chef d’exploitation. Notre choix demeure celui d’une Pac économique au profit de véritables agriculteurs producteurs.”

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Commémorations : des restrictions de circulation à prévoir le 6 juin 2024
À l'occasion des commémorations du 80e anniversaire du Débarquement, une zone de circulation régulée (ZCR) va être mise en place…
Ghislain Huette (à gauche) et Armand Prod'Homme (à droite)
"JA61, c'est avant tout une équipe"
La relève est assurée. Le lundi 15 avril 2024, Armand Prod'Homme et Ghislain Huette ont été nommés coprésidents du syndicat des…
Le festival de l'élevage revient à l'hippodrome de Vire vendredi 31 mai et samedi 1er juin 2024.
Festival de l'élevage 2024 à Vire : "le concours phare" des Prim'Holsteins en Normandie
La ville de Vire, dans le Calvados, va de nouveau accueillir son festival de l'élevage, vendredi 31 mai et samedi 1er juin…
Hervé Morin veut régionaliser l'accès à l'agrivoltaïsme
Après avoir tapé du poing sur la table sur la "méthanisation", Hervé Morin remet le couvert sur "l'agrivoltaïsme". La Région…
Un projet de voie verte a été porté à connaissance d'exploitants de la Vallée de la Touques, ce qui inquiète l'association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, zone inondable.
Vallée de la Touques, dans le Calvados : bientôt des cyclistes dans les champs ?
L'Association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, dans le Calvados, est sur le pied…
Yvonne Mancel, entourée de son fils, Jacques, sa belle-fille, Christine et sa petite-fille, Barbara.
À 103 ans, Yvonne Paris se souvient de la drôle de guerre
À 103 ans, Yvonne Paris fait partie des témoins précieux de cette Seconde Guerre mondiale. Dans les moindres détails, elle se…
Publicité