Aller au contenu principal

Patrice Gauquelin : «le défi ensileuses nous donne des arguments dans les cours de ferme »

Entretien avec le président EDT Normandie.

© TG

>> EDT Normandie était partenaire du Défi ensileuses. Quel était votre rôle ?
Nous avons apporté un soutien technique à Elvup. Nous avons essayé d’encadrer les débits de chantier. Peu importe la couleur de la machine. Le Défi ensileuses réunit les constructeurs et les éleveurs. Nous sommes le lien technique entre les deux.

>> Qu’est-ce qu’une journée comme celle-ci vous apporte ?
Nous abordons la technique et ça, ça nous intéresse : on nous parle beaucoup du coût à l’hectare et trop peu de ce que nous pouvons apporter à la suite d’échanges techniques comme ceux proposés par Elvup. Le Défi ensileuses permet de discuter avec les constructeurs et les techniciens d’Elvup sur ce que l’on doit faire et ce que l’on peut réaliser. Sans oublier que le maïs est une plante et qu’elle répond différemment d’une année à l’autre. Cela tire tout le monde vers le haut. Un échange en préambule avec Elvup, sur l’importance des réglages des machines, nous permet d’argumenter dans les cours de ferme. Le Défi ensileuses nous donne des billes pour tenir un discours sensé, avec un intérêt économique gagnant-gagnant.

>> Quel est-il ?
Tous les éleveurs ne sont pas suivis par les techniciens Elvup. Beaucoup demandent des conseils et de l’information. Cette année, le maïs est très sec. Nous préconisons une coupe plus fine et un stockage tassé dans les silos. Chez EDT Normandie, le maître mot est que les entrepreneurs soient vus comme un investissement, et non comme une charge, aux yeux de leurs clients agriculteurs. Et cela passe par des journées comme celle-ci. Merci Elvup pour cette prise de conscience des éleveurs et des opérateurs sur les bienfaits des réglages des machines.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité