Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Patrice Lepainteur (Président de la FDSEA du Calvados) : des mesures insuffisantes face à la crise

llll Crise agricole : Patrice Lepainteur, président de la FDSEA, fait le point sur les dernières actualités.

© VM

>> La FDSEA du Calvados a rassemblé la semaine dernière un conseil de crise. Quel était l’objectif de cette réunion ?

Le premier était de rassembler les OPA qui offrent des services aux agriculteurs pour partager avec elles nos analyses sur la situation des agriculteurs de notre département. Le deuxième était de prendre connaissance des mesures qu’elles étaient disposées à prendre pour aider les agriculteurs à franchir le cap difficile que nous connaissons.

>> Quel bilan en tirez-vous ?

Tout d’abord, nous avons noté l’attention portée par les OPA à la situation puisque presque toutes étaient là et nous nous sommes expliqués avec celles qui n’avaient pas pu être présentes. Chacune a pris des mesures : des aménagements, des exonérations ou des échéanciers. Certaines proposent de nouvelles mesures d’accompagnement. Je ne les détaille pas puisque l’Agriculteur Normand se fait régulièrement l’écho de ces décisions.

>> La profession se mobilise, que peut-on attendre des pouvoirs publics ?

Le Premier ministre a annoncé ce mardi un nouveau plan d’aide aux éleveurs, élargit aux productions végétales. Il a pris conscience de l’amplification de la crise. Malheureusement, si la mesure de cautionnement par l’État des prêts que les agriculteurs pourraient être amenés à souscrire est une bonne mesure, force est de reconnaître qu’elle ne suffira pas à passer la crise.

>> Ces aides sont parfois critiquées. Qu’en pensez-vous ?

Je pense que l’on préférerait tous s’en passer. Il est évident que des prix au bon niveau permettraient à chacun de vivre et nous éviterait ce recours aux aides qui ne sont ni suffisantes ni satisfaisantes économiquement et intellectuellement.

>> Estimez-vous que le prix du lait obtenu par les organisations de producteurs livrant à Lactalis soit suffisant ?

Bien sûr que non. Mais on ne peut pas reprocher à ceux qui font quelque chose d’avoir obtenu une partie de leur réponse. Surtout quand cette critique vient de personnes qui n’ont, pour leur part, rien fait ni obtenu. Si les livreurs Lactalis perçoivent 10€/1000l de mieux que ce qui était prévu, cela représente 4000€ pour une exploitation de 400 000 litres. Ce n’est pas rien, car c’est net de charge ! Le rôle des responsables n’est pas de dévaloriser les acquis, car cela pèse encore plus sur le moral, déjà en berne, des producteurs. Notre rôle n’est pas de crier victoire, mais de valoriser les acquis pour ce qu’ils sont. L’expression du président de la chambre d’agriculture est, à cet égard, un très mauvais message, à mon avis, car les producteurs ont aussi besoin de voir que des choses sont faites pour eux. Et puis si certains pensent qu’ils peuvent obtenir plus, qu’ils ne se gênent pas, les producteurs attendent.

>> Vous avez reçu lundi dernier les parlementaires pour évoquer l’utilisation des produits phytosanitaires. Quel est le problème ?

Le problème est la réécriture précipitée par le ministère de l’Ecologie de l’arrêté de 2006 qui fixe les règles d’application des produits phytosanitaires. Les projets dont nous avons connaissance nous font craindre une forte réduction des surfaces cultivables et nous avons donc sensibilisé les parlementaires et l’administration départementale parce que nous pensons que ces relais peuvent être efficaces pour influencer l’action du ministère.

>> On est loin de la crise et du débat des prix agricoles…

Oui, mais faire du syndicalisme c’est aussi cela : se mobiliser sur tous les sujets qui touchent l’exercice de notre métier : l’économie, la politique agricole, mais aussi l’environnement réglementaire. A la FDSEA et aux JA, nous sommes dans l’action, pas dans le commentaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité