Aller au contenu principal

Pâture Sens : l'herbe a de la valeur

Pour mieux valoriser l'herbe de ses pâtures, Olivier Anger, installé à Saint-Germain-de-Tallevende, a fait appel à l'expertise de Pâture Sens. Un simple coup de fil au bon moment a donc déclenché le pâturage dynamique au sein de l'exploitation en avril 2016. Au bout d'un an, il en exprime une satisfaction.

© SB

Olivier Anger s'est installé en 1985 sur l'exploitation familiale. Il a formé un Gaec avec son neveu, Mickaël.  Le groupement est ainsi à la tête d'un cheptel de 80 vaches normandes, d'une référence laitière de 500 000 l, d'une surface totale de 180 ha, 50 vaches allaitantes, le tout réparti sur deux sites, Saint-Germain-de-Tallevende et Coulonces. Les deux tiers des surfaces sont en prairies. Les vaches laitières peuvent accéder à 37 ha, séparés en paddocks. « Mais on ne maitrisait pas la technique » admet l'éleveur. « En laissant les animaux quatre à cinq jours par paddock, on était en surpâturage », ajoute-t-il. Alors il a revu sa copie. Dès le mois d'avril 2016, il franchit le pas. Auparavant, il a revu son parcellaire. Le premier investissement à réaliser. « Nous étions à 13 paddocks sur les 37 ha. Maintenant, nous sommes passés à 40 paddocks » explique Olivier Anger. Au final, les vaches restent 24 à 36 heures par paddock.

Des aménagements
A ce découpage des paddocks s'ajoutent l'empierrement des chemins d'accès, les points d'eau. Pâture Sens estime à 100 EUR/ha. « Ce n'est pas ce que cela m'a coûté parce que j'avais déjà des aménagements. J'ai empierré 700 m, et installé des tuyaux. Cela demande du temps mais c'est un investissement intéressant » souligne l'agriculteur qui a travaillé également les entrées et sorties de paddocks.

Dix mois dehors
Désormais, les vaches pâturent dix mois sur douze. Elles vont dehors dès le mois de février. Ce fut le cas le 6 février dernier. Et à partir du 20 février, elles y vont jour et nuit jusqu'au changement d'heure à l'automne.  Pendant toute cette période, les vaches restent très peu de temps dans le bâtiment, « environ quatre heures par jour » indique Olivier Anger. « Il n'y a pas problème pour faire sortir les vaches après la traite. Elles savent qu'elles vont aller dans un champ » ajoute-il.

La flore s'améliore
Le choix du pâturage dynamique a été en quelque sorte une évidence. «Il faut être convaincu que l'herbe a de la valeur, une valeur économique et une valeur nutritive » assure Olivier Anger. Sans aucun doute, il l'est.
«  Quand on a compris la technique, ce n'est pas difficile. Nous n'avons plus envie qu'un brin d'herbe nous échappe. On est sur une logique de pilotage » complète l'éleveur. Au bout de six mois, il voyait déjà la différence. « Le trèfle blanc est revenu, la flore des prairies s'améliore » a-t-il constaté. L'objectif de valorisation de l'herbe de qualité du printemps à l'automne, aussi bien au pâturage qu'à la fauche est atteint. Olivier Anger ne regrette pas son choix et partage même sa méthode avec les éleveurs qui le souhaite.

llll Le conseil de PâtureSens llll
PatureSens travaille au côté des agriculteurs
pour améliorer la valorisation des prairies
par le pâturage et contribuer à la rentabilité
des exploitations. Partout en France des groupes d’agriculteurs sont formés et suivis
pour les accompagner dans leurs projets.
Plus de 2000 agriculteurs ont été formés
et 500 sont suivis.

lll Modalités d'inscriptionlll
Pour toutes informations ou inscription,
contacter Guillaume Baloche au 07 52 62 84 36, par mail à guillaume@paturesens.com
ou directement sur le site www.paturesens.com/portes-ouvertes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie
“ L’enfumage du plan de relance ”
Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie qui fédère 170 ETA (Entreprise de Travaux Agricoles) au plan régional, est très…
MANIFESTATION FDSEA 50 JA 50 JANVIER 2021
Une mobilisation active devant les grilles de la préfecture
Le 19 janvier, les adhérents de la FDSEA et des JA de la Manche étaient appelés à se mobiliser devant la préfecture pour dénoncer…
Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14)
La boucherie Mesnil en plein rush
La découpe bat son plein à la boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14), où la période des fêtes a été synonyme de nombreuses…
Publicité