Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

A lire
“Paul dans les pas du père” sous la plume de Catherine

“Paul dans les pas du père” d’après les mémoires de Paul Bedel, agriculteur retraité de la pointe de La Hague (50). Un livre qui sort dans quelques jours (Editions Ouest-France) commis par Catherine Ecole-Boivin, une autre haguaise.

Paul creusait déjà son sillon depuis 30 ans quand il a mis ses pas dans les pas de son père. Mis ses pas dans les siens pour mieux épouser le geste auguste qui faisait jadis la fierté du semeur. Son père allait mourir quelques mois plus tard. Chacun le savait. Chacun se taisait. Mais tel un passage de témoin, Paul a pris sa “pouque”(1) pleine de grain. “Tu vas suivre mes pas, l’a commandé son père. Le grain doit me tomber dans les jambes, me taper les pattes sans arrêt”. Paul s’est exécuté héritant ainsi du flambeau. Il a semé et resemé pendant 40 ans. 

Des choses jamais racontées
Après le formidable documentaire “Paul dans sa vie” de notre confrère Rémi Mauger sur des images de Guy Milledrogues, Paul Bedel et ses deux sœurs ouvrent à nouveau leur porte et leur cœur. Leur histoire, c’est “Catherine la grande curieuse” comme se plait à rappeler Paul qui la conte(2). “Il y a des choses dans ce bouquin que je n’avais jamais racontées à personne”. Paul y évoque ses joies, ses peines toujours avec pudeur et une profonde candeur.  C’est ainsi qu’il parle de son célibat, de formes et lumières aperçues un soir de 14 novembre dans le ciel de la pointe de La Hague. “Quelque chose qui m’a beaucoup marqué” et qui l’amène à penser “qu’il existe des choses qui dépassent l’intelligence humaine.” Et si c’était Dieu ? “Il n’y a rien de plus beau que de croire en la nature et en celui qui nous l’a mise entre les mains.” Là se cache peut être le secret de son bonheur. Car Paul, Bedel mais pas rebelle, n’est pas triste. Il croit en l’avenir. “Ce livre, c’est un témoignage pour les générations futures”. Une façon, avec la vidéo, de transmettre une part de soi. Un homme de communication qui a vu s’asseoir à sa table, depuis sa médiatisation, 4 080 personnes, il tient ses comptes, dont beaucoup de jeunes. Même le jeune Président de la République Nicolas Sarkozy, à l’époque encore avec Cécilia, l’a invité à la Garden Party du 14 juillet. “Je n’ai parlé qu’à ses commis, Fillon et Barnier, mais j’ai quand même tiré ma casquette devant lui”. Du respect, de l’humour et de la malice.

Loin de l’image d’Epinal
Mais “Paul Bedel n’est pas un cas. Il ne sort pas d’un tableau de Millet (le Millet de l’Angélus, un haguais lui aussi) et moins encore d’une image d’Epinal”, juge Didier Decoin, de l’Académie Goncourt et auteur de la préface du livre. “Paul Bedel est un homme, un homme pur et tendre comme son beurre mais un homme vrai (...). C’est cette humanité là que Catherine Ecole-Boivin, avec sa propre délicatesse, est allée quêter, glaner, effruiter, moissonner, pour nous la partager”.


(1) : toile de jute.
(2) : Editions Ouest-France,
220 pages 22e.
En vente en librairies
et sur dédicace (lire ci-contre).

Catherine Ecole-Boivin : une mise en valeur du paysage humain

Ce 8e ouvrage(1) de Catherine Ecole-Boivin a une saveur particulière. “J’ignorais que Paul adorait mes bouquins”, raconte-t-elle “mais écrire ses mémoires, c’était une évidence pour moi”. Une évidence d’autant plus criante que sa quête, c’est “la mise en valeur du paysage humain de La Hague”. Un hommage à sa maman aujourd’hui disparue mais qui apparaît en filigrane dans chacune de ses œuvres. Avec Paul, “ce laboureur d’horizons” et ses sœurs, elle a communié. “Je suis allée creuser son intimité. Sur le pardon, il m’ a fait beaucoup de bien” ,confie-t-elle avouant qu’elle avait dérapé dans sa vie. “Paul est un homme de Dieu, c’est aussi un sacristain dans une cathédrale de verdure”. Paul ne dit mot mais il consent. Catherine ne frappe plus désormais à la porte des Bedel pour entrer. Elle est de la famille.
 
(1) du même auteur: Jeanne de Jobourg, paroles d’une paysanne du Cotentin (2001). Jean de la mer, paroles d’un Mathieu Sala du Cotentin (2002). La Hague, Embruns de mémoires (2002). La Petite Misère (2004). Cotentin, Embruns de guerre (2005). Du temps de Papa (2006). L’enfant Loup de Blanche (2007). Editions Cheminements.

Dédicaces
MERCREDI 14 NOVEMBRE à Villers-Bocage, Maison de la presse de 10 h 30 à 16 h 30.
SAMEDI 17 NOVEMBRE  10 h à la maison de la presse de BEAUMONT-HAGUE.
De 15 h à 17 h 30 à la bibliothèque D’URVILLE-NACQUEVILLE.
DIMANCHE 18 NOVEMBRE à CHEUX AU SALON DU LIVRE.
LUNDI 19 NOVEMBRE à TORIGNI-SUR-VIRE à la Maison de la presse à 10 h 30.
Samedi 24 NOVEMBRE à 10 h 15 à la Maison de la presse de Valognes et de 15  h à 17 h 30 à la Librairie RYST.
25 NOVEMBRE au marché de Noël de Beaumont-Hague. A 17 h 30 au profit de l'association CŒUR ET CANCER à la GLACERIE .
30 NOVEMBRE de 13 h 15 à 16 h à la FNAC de CAEN.
SAMEDI 1er DECEMBRE, 10 h 15, à la Maison de la presse d’ISIGNY-SUR-MER.
A 15 h à COUTANCES (Place Média).
DIMANCHE 2 DECEMBRE au Marché de Noël de Quettehou à la Halle aux grains.
SAMEDI 8 DECEMBRE à 10 h 30 à la Bibliothèque de Flottemanville Hague  
De 14 h 30 à 17 h à Vasteville.
15 DECEMBRE à la Maison de la presse de Bricquebec à 10 H 30.
Au FORUM de CHERBOURG à 15 h.
22 DECEMBRE de 10 h à 12 h à AUCHAN (la Glacerie).
A 14 H à COUTANCES (centre culturel du LECLERC).
23 DECEMBRE à ST-LO à 15 h à PLANET R.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité