Aller au contenu principal

Regard sur l'Afrique
“Pauvres mais solidaires”

Trois mois au Bénin lui ont donné envie de repartir avant de s’installer sur une ferme.

Sébastien Mary, “je repars pour trois mois en Grèce découvrir l'huile d'olive biologique”.
Sébastien Mary, “je repars pour trois mois en Grèce découvrir l'huile d'olive biologique”.
© E.C.
Le Bénin ? Un pays au sous-sol pauvre, qui vit essentiellement de son port (Cotonou) et de son agriculture. Ce pays est égalemment un pays producteur de Coton, activité ayant connu de très grosses difficultés ces dernières années mais qui vient d’être remis sur les rails par le nouveau gouvernement. Ce pays, Sébastien Mary, futur installé, habitant Les Biards (sud-Manche) vient d’y passer trois mois. Comment êtes-vous parti en Afrique ? “Dans le cadre de ma future installation, je suis parti grâce au partenariat de l’Adasea avec le réseau Sesame (services d’échanges dans le monde au niveau agricole), en bénéficiant d’une aide du Conseil Général de 1200 euros. Le Bénin ? Je suis tombé, lors de mes recherches, sur une demande du ministère de l’agriculture pour effectuer une étude sur la sociologie des agriculteurs locaux (transmission du savoir-faire”. Quel agriculture trouve t-on au Bénin ? “Tout d’abord, c’est un pays qui vit essentiellement de l’agriculture vivrière mais aussi d’élevage : lapins, boeufs, chèvres, cochons poules ou encore ragondins (exportations sur le Ghana voisin). Le coton ? Ils recommencent à en faire”. Ce qui vous a frappé ? “Une grosse différence entre les villes et la campagne. A Cotonou, par exemple, il existe un “vernis” d’occidentalisation : téléphone portable, véhicules, individualisme, etc... A la campagne, les habitants sont très solidaires même s’ils sont très pauvres. Ils attendent le développement économique promis par leur nouveau gouvernement. Celui-ci les oblige à faire sept cultures différentes pour pallier aux aléas climatiques et aux problèmes de débouchés. Les agriculteurs se regroupent donc pour arriver à ce système. Un nouveau stage en vue ? “Je repars la semaine prochaine en Grèce, toujours pour trois mois, chez un producteur d’huile d’oliver biologique dans le Péloponèse. Ensuite, avec un associé, je pense m’installer, peut-être dans la Sarthe, dans une optique de ferme pédagogique”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

[LES GAGNANTS DU JOUR] Race Blanc bleu : deux éleveurs normands se démarquent
Jeudi 29 février 2024, le concours général agricole de race Blanc bleu s'est déroulé sur le ring de présentation du hall 1 du…
La SCA normande mise à l’arrêt forcé par les agriculteurs à Lisieux
Lundi 29 janvier 2024, sous l’impulsion de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs, la profession s’est mobilisée pour bloquer la SCA…
[CÔTÉ JEUNES] TIEA 2024 : Le lycée agricole de Sées repart avec la médaille d'or
Cinq établissements normands ont fait le déplacement à Paris, pour participer au Trophée international de l’enseignement agricole…
Lucie Lesieur, heureuse éleveuse de Salers
À Rônai, dans l'Orne en Normandie, Lucie Lesieur s'épanouit enfin à la ferme. Après une formation en commerce, elle décide, alors…
[NEWS DU SALON] Grande championne, Hamada renouvelle l'exploit
Et un, et deux victoires à Paris pour Hamada, une Normande, jugée exceptionnelle par le juge, Charles Delalande le jour du…
[EN VIDEO] La Normande devient la star du Salon international de l'agriculture 2024
Sur les billets d'entrée, ou encore sur les affiches, dans le métro, la Normande sera à l'honneur pour la 60e édition du Salon…
Publicité