Aller au contenu principal

Regard sur l'Afrique
“Pauvres mais solidaires”

Trois mois au Bénin lui ont donné envie de repartir avant de s’installer sur une ferme.

Sébastien Mary, “je repars pour trois mois en Grèce découvrir l'huile d'olive biologique”.
Sébastien Mary, “je repars pour trois mois en Grèce découvrir l'huile d'olive biologique”.
© E.C.
Le Bénin ? Un pays au sous-sol pauvre, qui vit essentiellement de son port (Cotonou) et de son agriculture. Ce pays est égalemment un pays producteur de Coton, activité ayant connu de très grosses difficultés ces dernières années mais qui vient d’être remis sur les rails par le nouveau gouvernement. Ce pays, Sébastien Mary, futur installé, habitant Les Biards (sud-Manche) vient d’y passer trois mois. Comment êtes-vous parti en Afrique ? “Dans le cadre de ma future installation, je suis parti grâce au partenariat de l’Adasea avec le réseau Sesame (services d’échanges dans le monde au niveau agricole), en bénéficiant d’une aide du Conseil Général de 1200 euros. Le Bénin ? Je suis tombé, lors de mes recherches, sur une demande du ministère de l’agriculture pour effectuer une étude sur la sociologie des agriculteurs locaux (transmission du savoir-faire”. Quel agriculture trouve t-on au Bénin ? “Tout d’abord, c’est un pays qui vit essentiellement de l’agriculture vivrière mais aussi d’élevage : lapins, boeufs, chèvres, cochons poules ou encore ragondins (exportations sur le Ghana voisin). Le coton ? Ils recommencent à en faire”. Ce qui vous a frappé ? “Une grosse différence entre les villes et la campagne. A Cotonou, par exemple, il existe un “vernis” d’occidentalisation : téléphone portable, véhicules, individualisme, etc... A la campagne, les habitants sont très solidaires même s’ils sont très pauvres. Ils attendent le développement économique promis par leur nouveau gouvernement. Celui-ci les oblige à faire sept cultures différentes pour pallier aux aléas climatiques et aux problèmes de débouchés. Les agriculteurs se regroupent donc pour arriver à ce système. Un nouveau stage en vue ? “Je repars la semaine prochaine en Grèce, toujours pour trois mois, chez un producteur d’huile d’oliver biologique dans le Péloponèse. Ensuite, avec un associé, je pense m’installer, peut-être dans la Sarthe, dans une optique de ferme pédagogique”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

AUTORISATION CHASSE 61
Feu vert à la chasse dans l’Orne
Jeudi 5 novembre, la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage était en réunion extraordinaire. Malgré le…
SOJA NORMAND MOISSON
Le potentiel du soja prend racine
Au printemps, des éleveurs adhérents à l’OP des 3 Vallées (Danone) et des cultivateurs ont semé 29 ha de soja, en partenariat…
SCoT Caen métropole
Le futur visage de la métropole de Caen
Le nouveau SCoT de Caen métropole réduit la possibilité d’urbaniser les terres agricoles et naturelles. Une enveloppe foncière…
Pascal Desvages et Stéphane Carel Président et directeur de la coopérative de Creully (14).
Coopérative de Creully (14) : " Nos choix stratégiques sont confortés "
Malgré la crise sanitaire et autre perturbateur conjoncturel et structurel, la coopérative de Creully (14), qui tient son…
LIN ET COVID
Le lin : une filière d’excellence à l’épreuve de la Covid
80% de la production mondiale de fibre de lin teillé est d’origine européenne et la France en est le leader mondial. Outre leur…
pressoir lycée agricole Sées
Au lycée de Sées, on presse beaucoup pour le plaisir
Le pressoir de Patrick Yvard s’installe chaque année durant deux mois et demie dans la cour de la cidrerie du lycée de Sées. Les…
Publicité