Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Performance ou déclin ?

Chaque semaine le témoignage de Bruno, un des associés du GAEC. Episode 10.

« Nous pouvons être fiers de ce qui nous avons construits ensemble ».
« Nous pouvons être fiers de ce qui nous avons construits ensemble ».
© Réseau OT/RH des Chambres d’agriculture de N.

Depuis plusieurs semaines, Bruno, agriculteur dans le département de la Manche, nous fait part de son expérience de vie en société. Le personnage de Bruno est fictif mais son témoignage s’inspire de faits réels rencontrés quotidiennement dans les sociétés agricoles. Ce dixième article est le dernier de cette série.

« Mon exploitation est-elle performante ? Vaste question à laquelle j’aurai bien du mal à répondre. Je peux néanmoins affirmer, qu’à un moment, elle était en difficulté ». Le constat fait par Bruno, associé imaginaire, repose sur des éléments objectifs, fruits de son expérience d’une vie d’agriculteur. Cette analyse sur la performance pourrait être étendue à l’ensemble des exploitations agricoles. Performance ou déclin comment Bruno fait-il la part des choses ?

La tête dans le guidon
Avec mon frère nous partagions la même ambition : développer l’exploitation et augmenter notre potentiel de production. Pour y parvenir, nous avons augmenté la production laitière, nous nous sommes lancés dans un atelier volailles et nous avons saisi toutes les opportunités d’agrandissement qui se présentaient. Nous voulions tout faire par nous-mêmes pour limiter les coûts. De fait, nous étions constamment au four et au moulin. Nous étions débordés et notre ouverture s’est réduite par manque de temps. L’exploitation s’est développée mais nous avions constamment la tête dans le guidon.

L’apparition de problèmes quasiment insolubles
Michel et moi avons fini par travailler chacun de notre côté. Il n’y avait plus de communication, ni d’anticipation. Les décisions étaient prises dans l’urgence pour résoudre un problème immédiat. Il n’y avait aucune dynamique sur l’exploitation. Des tensions sont apparues dans le travail, des erreurs ont été commises. Les résultats techniques et économiques ont régressé jusqu’à l’apparition du problème relationnel majeur que j’ai connu avec mon frère et qui s’est terminé par l’éclatement de la société.

Une dynamique ascendante
L’arrivée de ma fille a bouleversé le fonctionnement de l’exploitation. Nous avons fait table rase du passé et nous sommes repartis sur de nouvelles bases. Dorénavant toutes les décisions sont élaborées conjointement. Elles sont partagées et sont en phase avec nos valeurs et nos objectifs réciproques. Les projets sont anticipés, ils sont évalués dans leurs coûts, leurs délais et leur mise en place. Dans notre réflexion nous intégrons également des éléments non quantifiables comme par exemple les améliorations de nos conditions de travail. J’ai pris de nouveaux risques mais d’un point de vue personnel je suis plus serein et mieux dans ma peau, sans pour autant avoir négligé l’aspect financier.

Bénéficier des avantages procurés par la société
Grâce à l’organisation mise en place avec ma fille et les règles que nous nous sommes imposées, je tire profit des nombreux avantages que peut apporter la société. Comme pour ma première série de témoignages, j’espère que mon partage d’expérience aura valeur d’exemple, parfois à suivre et parfois non. Je vous remercie de l’attention que vous m’avez accordée durant ces dix semaines et je vous dis à l’année prochaine pour une nouvelle série de confidences. J’envisage d’axer mes propos sur les  rapports que j’ai noués avec mes relations de travail. Il y a beaucoup d’enseignements à en tirer.
A bientôt !


Série d’articles réalisée avec la participation financière du Conseil départemental de la Manche et du CasDAR

Cette série s’appuie sur une méthode d’analyse développée par Ugo Denis, ingénieur recherche et développement à la Chambre d’agriculture de la Manche. Cette méthode prend en compte quatre éléments :
- les ressources de l’exploitation (humaines, physiques, financières et organisationnelles) ;
- les compétences développées par les associés pour réaliser les tâches de production ;
- l’ouverture des associés ,
- la dynamique de l’exploitation.

Ces quatre éléments sont toujours présents à des degrés différents dans toutes les exploitations agricoles. Leur combinaison permet de définir le processus dans lequel l’exploitation est engagée, soit pour s’adapter et se développer, soit pour se maintenir, voire régresser.

Pour en savoir plus sur cette méthode, rendez-vous sur le site internet de la Chambre d’agriculture de la Manche.

Les avantages d’être en société
Rappel des huit avantages de la société évoqués par Bruno tout au long de ses témoignages :
1) Clarifier le statut juridique des biens et des personnes.
2) Mettre en place un seul outil de production.
3) Faciliter le transfert du capital d’exploitation.
4) Se libérer en toute quiétude.
5) Profiter d’une complémentarité de compétences.
6) Faire face aux risques.
7) S’ouvrir vers l’extérieur.
8) Partager les projets.

Définir ou actualiser son projet d’exploitation
Vous souhaitez redéfinir vos objectifs et vos priorités pour vous adapter au contexte et rester dynamique ?
Travailler en société nécessite l’adhésion de vos associés à des projets clairs et partagés. Se mettre d'accord sur la façon de les conduire limite les risques de mésentente.
Un conseiller spécialisé des Chambres d’agriculture de Normandie peut vous accompagner dans cette démarche qui vous place au cœur de votre entreprise et de vos responsabilités.

Contact : Céline Salaün
02 33 79 43 82 - c.salaun@manche.chambagri.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité