Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Lettre ouverte
Personne ne pourra nous empêcher de défendre notre revenu !

Condamnée pour avoir défendu le revenu des éleveurs, la FNSEA n'est pas pour autant abattue. Elle réagit dans une lettre ouverte.

"La FNSEA, les JA, la FNB et la FNPLait viennent d'être condamnés pour avoir défendu le revenu des producteurs en pleine crise de l'ESB. C'est un comble !
"La FNSEA, les JA, la FNB et la FNPLait viennent d'être condamnés pour avoir défendu le revenu des producteurs en pleine crise de l'ESB. C'est un comble !
© TG
"La FNSEA, les JA, la FNB et la FNPLait viennent d'être condamnés pour avoir défendu le revenu des producteurs en pleine crise de l'ESB. C'est un comble ! Les agriculteurs sont exposés aux aléas de toutes sortes et il faudrait subir sans rien dire ? Les effets désastreux des sécheresses successives, des baisses de prix à la production et de la hausse des charges anéantissent notre revenu et il faudrait laisser au bord du chemin les plus fragiles ? Non ! Si le revenu est aussi symbolique, c'est qu'il est révélateur du prix de notre métier. En effet, c'est dans le prix de vente de nos produits que doit résider l'essentiel de notre revenu. Nos entreprises, faut-il le rappeler, sont confrontées directement au marché. Si nous voulons rester compétitifs, il est indispensable d'avoir la capacité de faire face aux risques. Ainsi, la FNSEA et les JA se battent, régulièrement, pour que les conséquences économiques des crises sanitaires, climatiques ou de marché, subies par les seuls agriculteurs, soient mieux prises en compte. Les agriculteurs sont exposés à tous ces aléas comme aucun autre secteur économique. C'est pourquoi les pouvoirs publics doivent prévoir de soutenir, en cas de crise, des entreprises qui seraient balayées même si elles sont rentables. Les agriculteurs ne sont responsables ni des baisses de consommation, due à la seule menace d'une maladie animale, ni de la météo, qui détruit en un jour leur outil de travail, ni des importations de produits à bas prix, bénéficiant de dumping social. Le prix de vente de nos produits dépend également directement de nos acheteurs. La grande distribution n'hésite pas à décider de nos prix, en dehors de tout respect de la concurrence. La FNSEA et les JA n'ont eu de cesse de dénoncer les pratiques de racket de la grande distribution. Nos efforts ont payé ! En effet, les tribunaux prononcent désormais des sanctions à la hauteur des montants extorqués. Ce succès, nous nous l'approprions avec fierté ! Seuls la FNSEA et les JA ont su mettre en place une mobilisation permanente qui a ébranlé l'opinion publique et forcé les pouvoirs publics à appliquer les lois. Parallèlement et pour maintenir nos prix, nous devons nous organiser en nous regroupant. Nous pouvons nous appuyer sur des interprofessions, dont les pouvoirs ont été renforcés dans la dernière loi d'orientation agricole. Dans ce cadre, peuvent être élaborés des contrats qui intègrent, notamment, les modalités de fixation des prix, ce qui contribuera à sécuriser nos débouchés. Les agriculteurs assurent l'autosuffisance alimentaire de notre pays. Ils contribuent également à réduire la dépendance énergétique pétrolière –avec les biocarburants- et le déficit commercial de la France –par ses exportations. Notre agriculture génère des centaines de milliers d'emplois dans l'agroalimentaire et les services : tout prouve ainsi que les agriculteurs sont au cœur du développement durable de la France. Cela a évidemment un prix et ne peut être considéré comme un dû ! Le maintien d'exploitations agricoles en accord avec l'environnement, viables économiquement, innovantes et créatrices d'emplois n'est possible qu'avec la prise en compte du vrai prix de nos produits. Telle est la vision de la politique agricole que nous défendons. Et personne ne pourra nous empêcher de défendre notre revenu !"
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité