Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Marché
Petit marché entre amis !

Depuis de nombreuses années, André et Carole Michel participent à des marchés fermiers. Les 28 et 29 juillet prochains, ils accueilleront leurs collègues rencontrés sur les marchés français.

Avec les beaux jours, les marchés du terroir refleurissent. À la ferme du manoir à Coupesarte, producteurs fermiers du Pays d’Auge et d’autres régions seront accueillis par André et Carole Michel. L’occasion d’ouvrir les portes de l’élevage charolais au grand public. La démarche permet d’apporter une dynamique sur le plan local. C’est la volonté affichée par le couple d’éleveurs. “Il nous semble intéressant d’élargir notre marché à des producteurs extérieurs à la région. Nous espérons montrer aux clients locaux ce qui se passe ailleurs”. Cerfs, sangliers, escargots et pigeons cuisinés sont donc conviés. Ajoutez-y une dose de vodka charentaise pour satisfaire tous les goûts. “La particularité du marché, c’est d’avoir invité des amis producteurs. Nous les connaissons depuis 1998 quand nous avons commencé nos salons extérieurs à la région, notamment sur Paris ou Lyon”, précise Carole Michel. 14 producteurs, dont trois locaux, sont attendus.
André et Carole Michel exploitent sur 130 hectares d’herbe pour un troupeau Charolais d’une centaine de mères. Depuis douze ans, la ferme du manoir vend de la viande en direct de la ferme et des conserves fermières.

Créer du lien
Le couple profite aussi de la manifestation pour remercier ses clients fidèles. “À la base, c’est l’objectif. Nous remercions les habitués. On ouvre notre ferme pour leur présenter notre exploitation. On dépasse nos lieux strictement commerciaux. On espère un échange au-delà de la vente. Nous voulions créer une réciprocité”. La dynamique locale se crée. Certains clients parisiens ont déjà réservé leur nuit en chambre d’hôte. À leur échelle, André et Carole Michel ont soigné leur communication. “Nous avons envoyé 900 invitations pour nos clients parisiens. Nous avons également imprimé 7 000 prospectus distribués dans les offices de tourisme”. Au programme : marché du terroir, visite de l’élevage Charolais et découverte des extérieurs du manoir. Rendez-vous les 28 et 29 juillet prochains.
V. Motin

Le manoir de Coupesarte

Le manoir de Coupesarte appartient aux parents d’André Michel. Le public pourra visiter les extérieurs de la bâtisse. Le manoir date de la fin du 15e siècle pour l’aile principale. Les tourelles d’angles ont été ajoutées pendant la Renaissance, au 16e siècle.  Le manoir appartient à la famille Michel depuis les années 50. “Les grands-parents, des agriculteurs, ont débuté la restauration. Priorité a été donnée à l’extérieur. Son état était pitoyable après la seconde guerre mondiale. Le grand-père a participé, au début des années 60, au concours des chefs d’œuvres en péril initié par André Malraux, le ministre de la culture de l’époque. Il a reçu le 2e prix. Les premiers travaux de restauration ont alors commencé pour être poursuivis par nos parents”.

V.M.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité