Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Philippe Bas et Martine Lemoine réélus au premier tour

Suite à l'annulation de l'élection sur le canton de Villedieu-les-Poëles et Equeurdreville-Hainneville, des élections partielles se sont déroulées dimanche dernier. Philippe Bas, a été réélu avec sa colistière, Martine Lemoine, lui laissant l'espoir de retrouver son fauteuil de président.

© SB

Vous avez enregistré un score plus important le 6 décembre dernier qu'en mars. Quel est votre ressenti ?
Nous passons de 47,79 % à 59,53 %. C'est près de 12 points de mieux. Il n'y a pas seulement la confirmation de la confiance que nous avions reçue en mars mais il y a une amplification par rapport au premier tour. Face à ce résultat, nous sommes très émus et impressionnés. Et véritablement cela nous oblige à l'égard des femmes et des hommes qui sont venus voter massivement pour nous de continuer à travailler pour le développement de notre canton, du département, et au service aux personnes.

Comment expliquez-vous l'amplification des résultats en votre faveur ?
Seuls les électeurs peuvent expliquer leur vote. C'est le mystère d'une élection. Nous espérons que le travail a été reconnu, le travail sur le terrain auquel Martine Lemoine a pris une très grande part mais aussi le travail pour le département, l'avenir du canton. J'espère que les décisions prises au plan départemental ont été appréciées par nos concitoyens. La présence sur le terrain a certainement compté.

Vous avez mené une campagne similaire à celle de mars ?
Nous avons fait une campagne discrète pour tout dire. Les gens savent bien ce qu'ils avaient à faire. La campagne avait eu lieu en mars. Il s'agissait de confirmer le choix.
Et c'est un cinglant démenti qui a été affligé à ceux qui, animés par un esprit de chicane, ont obtenu du tribunal administratif la remise en cause du vote de nos concitoyens. Mais les électeurs savent ce qu'ils veulent, et ce qu'ils font. Ils n'avaient pas choisi notre bulletin parce qu'il était joli, qu'il avait un trait orange, mais parce qu'ils avaient étudié nos propositions, réfléchis aux personnalités, aux expériences.
J'ai toujours pensé que la question du bulletin de vote avait été tout à fait indifférente pour le résultat du scrutin, et c'est ce que les électeurs ont dit massivement hier.

La prochaine étape : l'élection à la présidence du conseil  départemental. Votre fauteuil vous attend ?
Rien n'est évident. C'est la confiance des conseillers départementaux que je vais à nouveau demander. Depuis le 2 avril dernier, date de mon élection et celle des vice-présidents, nous avons travaillé en équipe avec beaucoup de plaisir sur le plan humain, beaucoup de dialogue, d'échanges. Nous avons travaillé de manière collégiale avec un profond sentiment d'égalité, avec la conscience de notre responsabilité. Nous essayons de l'exercer avec un esprit de sincérité, de bonne foi, et un travail en commun. Il y a eu énorme renouvellement avec la féminisation et il y a un esprit départemental très coopératif et agréable.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité