Aller au contenu principal

Pierre Hermenier (président d’Interbev-Normandie) : la race Normande : demain dans l’assiette label rouge

Un des objectifs fixés par les EGA (Etats Généraux de l’Alimentation), en matière bovine, est de faire passer de 5% à 40 % l’offre label rouge. Une opportunité pour l’étable normande ? Le sujet était au menu d’Interbev-Normandie qui réunissait son conseil d’administration, la semaine dernière, à Pont-l’Evêque (14). Premières réponses de son président, Pierre Hermenier. 

© TG

>> Faire passer de 5 à 40 % l’offre label rouge en viande bovine, c’est une sacrée ambition ?
La marche est effectivement un peu haute. Je crois que l’on aura du mal à atteindre cet objectif. D’ailleurs, on peut se poser la question : le consommateur est-il prêt à acheter 40 % de label rouge ? Je pense qu’un objectif de l’ordre de 25  à 30 % serait plus atteignable.
Néanmoins, les enjeux sont importants pour la région Normandie qui est une terre d’élevage, une terre où les animaux sont nourris essentiellement à l’herbe. Sur ce plan, nous disposons d’un coup d’avance par rapport à des circuits d’engraissement fermés. L’enjeu principal étant une meilleure valorisation à travers ce signe de qualité.

>> La race Normande n’est pas inscrite au cahier des charges label rouge. C’est un problème ?
La Normande est une race régionale et mixte qu’il faut faire entrer en label rouge. C’est une viande qui est reconnue par les consommateurs, les restaurateurs, les bouchers (...) de par son persillé, sa tendreté...
Soulignons, à ce titre, l’excellent travail réalisé par la FQRN (Filière Qualité Race Normande) depuis de nombreuses années. Elle a donc, comme la Montbéliarde sans doute, toute sa place dans les filières label rouge du Grand Ouest. Au-delà, nous n’avons pas la prétention de représenter, demain, 10 % de ce segment mais quelques pour cent seraient déjà très valorisants.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité