Aller au contenu principal

Pierre Hermenier (président d’Interbev-Normandie) : la race Normande : demain dans l’assiette label rouge

Un des objectifs fixés par les EGA (Etats Généraux de l’Alimentation), en matière bovine, est de faire passer de 5% à 40 % l’offre label rouge. Une opportunité pour l’étable normande ? Le sujet était au menu d’Interbev-Normandie qui réunissait son conseil d’administration, la semaine dernière, à Pont-l’Evêque (14). Premières réponses de son président, Pierre Hermenier. 

© TG

>> Faire passer de 5 à 40 % l’offre label rouge en viande bovine, c’est une sacrée ambition ?
La marche est effectivement un peu haute. Je crois que l’on aura du mal à atteindre cet objectif. D’ailleurs, on peut se poser la question : le consommateur est-il prêt à acheter 40 % de label rouge ? Je pense qu’un objectif de l’ordre de 25  à 30 % serait plus atteignable.
Néanmoins, les enjeux sont importants pour la région Normandie qui est une terre d’élevage, une terre où les animaux sont nourris essentiellement à l’herbe. Sur ce plan, nous disposons d’un coup d’avance par rapport à des circuits d’engraissement fermés. L’enjeu principal étant une meilleure valorisation à travers ce signe de qualité.

>> La race Normande n’est pas inscrite au cahier des charges label rouge. C’est un problème ?
La Normande est une race régionale et mixte qu’il faut faire entrer en label rouge. C’est une viande qui est reconnue par les consommateurs, les restaurateurs, les bouchers (...) de par son persillé, sa tendreté...
Soulignons, à ce titre, l’excellent travail réalisé par la FQRN (Filière Qualité Race Normande) depuis de nombreuses années. Elle a donc, comme la Montbéliarde sans doute, toute sa place dans les filières label rouge du Grand Ouest. Au-delà, nous n’avons pas la prétention de représenter, demain, 10 % de ce segment mais quelques pour cent seraient déjà très valorisants.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
COOP LIN VILLONS LES BUISSONS
La Coop lin de Villons-les-Buissons compte sur deux nouvelles lignes de teillage
Désormais propriétaire des locaux de l’ex Agire (Centre d’Insémination artificielle) à Saint-Manvieu-Norrey, la coop lin de…
Publicité