Aller au contenu principal

Pierre Hermenier (président d’Interbev Normandie). : un cru « Made in Viande » 2018 à maturité

llll Les rencontres « Made in Viande » démarrent jeudi prochain pour s’achever le 6 juin. Une réponse au phénomène « véganisme » ? Pas vraiment explique Pierre Hermenier, président d’Interbev Normandie. L’interprofession régionale multiplie en ce printemps les opérations de communication auprès du grand public pour assurer la promotion de la viande mais aussi des métiers d’une filière qui recrute.

© TG


>> Comment est née « Made in Viande » ?
Depuis maintenant 4 ans, Interbev organise ces rencontres nationales qui permettent à tous nos professionnels passionnés par la filière Elevage et Viande d’ouvrir leurs portes et de recevoir chez eux les scolaires et le grand public.
L’idée de départ, c’était de faire connaître les métiers de la viande. On manque de bras dans cette filière qui peine un peu à recruter. On estime qu’à ce jour, 20 000 postes environ sont à pourvoir.

>> « Made in Viande » est devenue depuis une réponse au véganisme ?
Je ne pense pas qu’on puisse affirmer cela. Le végan est ce qu’il est, parfois caricatural, et je ne crois pas qu’on arrivera à le persuader de faire marche arrière.
Notre challenge interprofessionnel est autre. C’est de défendre notre filière, de démontrer sa crédibilité et sa durabilité, son efficience économique et environnementale, de jouer la carte de la transparence sur nos pratiques d’élevage et de transformation, de mettre en avant nos savoir-faire et notre passion...

>> Le véganisme ne vous inquiète donc pas plus que cela ?
On est bien obligé de le subir. Ce qui me gène le plus, c’est cette stigmatisation de l’opinion publique sans fondements objectifs.
Au-delà, on peut espérer un retour de balancier. Regardez ce qui se passe dans le lait. Les matières grasses laitières ont été décriées pendant des années puis certaines recherches médicales ont démontré le contraire en en faisant un atout santé. Résultat : le prix du beurre s’est envolé et la plaquette fait même défaut dans certains magasins.
Les vents pourraient donc aussi tourner dans notre filière. Laissons les chercheurs chercher et à nous de sensibiliser les consommateurs, surtout les jeunes. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle « Made in Viande » porte une attention particulière aux scolaires en finançant leur transport par exemple.

>> Ces rencontres sont aujourd’hui matures ?
Il est vrai que les deux premières éditions n’ont pas été couronnées du succès escompté, mais 2018 sera un très grand cru. Les chiffres parlent : 65 professionnels de la filière ouvrent leurs portes du jeudi 31 mai au mercredi 6 juin dans toute la Normandie. Parmi eux, le public pourra découvrir 18 élevages, 6 entreprises de viande (grossistes, abattoirs...), 36 artisans bouchers-charcutiers, 5 boucheries de grande surface.
Du côté des scolaires, 12 écoles pour 500 élèves, de la maternelle au bac pro, se sont inscrites.

>> En matière de communication, vous êtes sur tous les fronts ?
« Made in Viande » s’inscrit effectivement en parallèle d’une autre opération de communication : « 24 heures chez mon boucher ». Signalons également la présence d’Interbev au lancement officiel dans quelques jours dans l’Eure des « Fermes ouvertes » portées par la FNSEA. Comment ne pas évoquer enfin « Bœuf en fête » à Maltot (14) qui se déroule dimanche prochain et dont Interbev est partenaire.

>> A Maltot justement, la Normande est l’invitée d’honneur. Une race qui vous plait ?
C’est une viande que j’apprécie particulièrement pour son persillé et sa tendreté. Côté conformation, on s’est un peu trop penché peut-être pendant quelques temps sur le caractère laitier mais les organismes de sélection ont rectifié le tir. Alors « oui », je suis un défenseur de la race Normande particulièrement en Normandie. Elle a toute sa place dans les viandes racées et dispose de toute la légitimité pour prétendre au label rouge d’autant plus qu’elle est nourrie à l’herbe 8 mois sur 12. Je me bats et me battrai encore dans ce sens.

Pour participer à cette opération ou en savoir plus :
www.interbev-normandie.fr
www.madeinviande.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Arnaud Fossey, président de la Coopérative Isigny-Sainte-Mère.
Coopérative d’Isigny : le groupe chinois H&H détient 49,9 % du capital
Le groupe chinois H&H grimpe au capital social de la Coopérative Isigny-Sainte-Mère. Il passe de 20 % à 49,9%. Le président…
Foire de Lessay : une édition sous « pass sanitaire »
Alors qu’elle avait été annulée l’année dernière, la mythique Foire Sainte-Croix de Lessay aura bien lieu les 10, 11 et 12…
FOIRE LESSAY COMITE FESTIVAL 50
Lessay : une foire fermée avec pass sanitaire
La traditionnelle foire Sainte Croix de Lessay se déroulera du 10 au 12 septembre 2021. Cette nouvelle édition accueillera entre…
FESTIVAL JA 2021
Festival de la terre et de la ruralité : rendez-vous le 5 septembre à Virey
Le Festival de la terre et de la ruralité, organisé par les Jeunes agriculteurs de la Manche, sous l’égide de l’association des…
VIDEO. A St-Manvieu-Norrey (14) : les premiers coups de pioche du futur site de teillage
Les travaux de la nouvelle unité de teillage de la coop lin de Villons-les-Buissons, à St-Manvieu-Norrey, ont démarré le 1er…
Vincent Rivasseau chef du service protection sanitaire et environnement à la DDPP
Deux blaireaux ont été détectés positifs à la tuberculose bovine
Aux alentours du 6 septembre 2021, la DDPP a eu confirmation du retour de deux blaireaux positifs à la souche locale de…
Publicité