Aller au contenu principal
Font Size

Plan BVD : le Calvados a pris de l'avance

A l'heure du démarrage des prophylaxies, le GDS organise des réunions pour communiquer sur le plan BVD. Ce plan est devenu national depuis un arrêté ministériel paru le 31 juillet. Le GDS se félicite d'avoir pris de l'avance dans sa réalisation.

© GDS 14

Alain Legentil, président du GDS du Calvados est satisfait. Le Calvados a été qualifié indemne en IBR (voir l'édition du 17 octobre). Et depuis le 31 juillet, un arrêté ministériel donne raison à son équipe d'avoir mis en place un plan BVD sur le département depuis trois ans. « C'est une très bonne chose, parce que nous avons tous à y gagner. Le GDS du Calvados sera en mesure de mettre en oeuvre le plan BVD à l'échelle du département très rapidement. » L'organisme sanitaire a été désigné par la DDPP* pour déclencher ce plan qui concerne désormais l'ensemble des éleveurs. L'arrêté se veut « un programme national de détection de la BVD qui est une première étape vers l'éradication de la maladie». En cas d'infection, « les troupeaux devront être engagés obligatoirement dans un plan d'assainissement », affirme Vincent Rivasseau, chef de service protection sanitaire environnement de la DDPP du Calvados. Sur le terrain, les vétérinaires se préparent à ce vaste programme. Officiant à Souleuvre-en-Bocage, Jérémy Dal Maso évoque les conséquences du BVD sur une exploitation : « elles sont d'abord économiques. On les évalue à 150 EUR par animal et par an. On peut prendre en compte les retards de fécondité et de fertilité, les gastro-entérites natales chez les veaux qui aboutissent au décès de l'animal. Du point de vue sanitaire, avoir du BVD, c'est aussi exposer ses voisins à une pathologie qui se transmet. »

Déroulement
« Le GDS va envoyer à chaque éleveur un courrier expliquant ce qu'il doit faire dans son exploitation. L'éleveur devra, si nécessaire, réaliser des prélèvements tissulaires », explique Etienne Gavart, directeur du GDS du Calvados. « A ce courrier seront joints un bon de commande et un bulletin d'adhésion que l'éleveur pourra nous retourner avec la liste des boutons à commander et le nombre de boucles souhaité », complète Yannick Bertin, directeur de l'Association d'identification du cheptel du Calvados (AICC) qui gère les commandes. Le laboratoire d'analyse départemental Labéo est aussi à pied d'oeuvre pour réaliser les analyses. Le GDS a prévu une série de réunions dans le département en novembre et en décembre.

Dates des premières réunions

Mardi 5 novembre 2019    Salle centre culturel situé Place Joffre à ORBEC
Jeudi 7 novembre 2019    Salle communale de Putot-en-Auge
Mardi 12 novembre 2019    Salle Blincow à Thury-Harcourt
Jeudi 14 novembre 2019    Numéripole à Villers-Bocage
Mardi 19 novembre 2019    Salle Jean Moulin à Vire
Jeudi 21 novembre 2019    Salle des Fêtes (Place du marché) à Saint-Pierre
Mardi 26 novembre 2019    Salle communale de Saint-Désir-de-Lisieux
Jeudi 28 novembre 2019    Relais des trois pommes à Saint-Vigor-le-Grand
Mardi 3 décembre 2019    Salle des Fêtes « La Halle au beurre » Rue Racine à Livarot
Jeudi 5 décembre 2019    Salle le Mascaret (située à la maison des associations à côté de la mairie) à Isigny-sur-Mer
Mardi 10 décembre 2019    18 Rue Touré (à droite de la poste) à Pont-l'Evêque

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Un pick-up lin conçu par la SAMA voit le jour
L’agriculture devra se passer du glyphosate d’ici quelques années. Les producteurs de lin anticipent l’arrêt de l’herbicide,…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Publicité