Aller au contenu principal

Raisonner la fertilisation
Plan de fumure prévisionnel azote (PPF) : c’est le moment !

Les analyses de reliquats en sortie d’hiver permettent d’ajuster la fertilisation azotée des cultures par parcelle, limiter les gaspillages et répondre à la réglementation en zone vulnérable.

Février, c’est la reprise d’activité au champ et le temps de faire un bilan de l’état des cultures à la sortie de l’hiver. Mais c’est aussi le temps de prévoir les doses d’azote à apporter sur les cultures et d’établir son plan de fumure prévisionnel.Pour dépasser le cadre de la réglementation, faire son plan de fumure prévisionnel, c’est adapter la quantité d’azote aux besoins de la culture en intégrant le développement de celle-ci ou les contributions extérieures.Par exemple, un colza fortement développé en sortie d’hiver permet d’économiser 20 à 30 u pour un rendement équivalent ; la mise en place de couverts d’inter-culture nécessite d’intégrer la restitution potentielle d’azote dans le cycle de la culture ; de même avec l’utilisation d’engrais organiques apportés sur la parcelle (issus de fermes ou achetés). Dotés d’outils paramétrés et de leur expérience terrain, les conseillers des Chambres d’agriculture de Normandie vous accompagnent pour le calcul des doses d’azote à la parcelle et pour la réalisation du plan prévisionnel de fumure. En 2014, il faudra s’attendre à des résultats très différents à l’intérieur même d’une exploitation, après des reliquats post-récolte importants et en raison de la pluviométrie exceptionnelle depuis l’automne. D’où l’intérêt de mesures qui permettront de préserver des quintaux de grains attendus, ou d’éviter d’épandre des volumes d’engrais superflus.


Obligatoire en Zone Vulnérable

L’Etat encourage les agriculteurs à développer ces analyses : le préfet de Région a imposé la réalisation annuelle d’au moins une analyse de cette nature par exploitation, sur au moins une des trois cultures principales en zone vulnérable. N’oublions pas que le bon versement des aides PAC dépendra du respect de cette obligation, vérifié en cas de contrôle terrain par l’Administration.


A faire maintenant, en prenant des précautions

Les prises d’échantillons de sol peuvent se faire manuellement à l’aide d’une tarière à hélice, ou en faisant appel à un prestataire qui réalisera le travail via un quad équipé de préleveur spécifique (si ce n’est déjà fait, réservez dès que possible vos parcelles).Attention de respecter la chaîne du froid pour obtenir des résultats fiables : si on n’y fait pas attention, la teneur en azote nitrique et ammoniacal de la terre peut varier du simple au double en 24 heures. Le cas échéant, vous pouvez congeler les échantillons.Après réception des résultats d’analyse, vous pourrez ajuster la dose d’azote à apporter sous différentes formes sur votre Plan Prévisionnel de Fumure, qu’il vaut mieux remplir avant le 1er apport d’azote en sortie d’hiver, ou le second en cas de fractionnement des apports.

Votre PPF en quelques clics avec Mes p@rcelles

L’outil a intégré dès le 11 octobre 2013 des évolutions et nouveautés qui permettent de respecter les dernières dispositions réglementaires, tout en améliorant la simplicité d'utilisation.En effet, après avoir calculé les apports prévisionnels d’azote, il suffit de les basculer vers le réalisé ce qui permet d’éviter une double saisie. De plus, Mes parcelles vous permet de vérifier les périodes d'épandages aussi bien pour les prévisions que pour les apports réalisés (cahier d'épandage).

En savoir +

- Calvados : Sylvain Prou - 02 31 70 25 56.
- Manche : Lilian Hatey - 02 33 06 49 63.
- Orne : Nicolas Dubreuil - 02 33 31 48 54.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Publicité