Aller au contenu principal
Font Size

Plein gaz sur le Deutz-Fahr de 340 cv

Le prototype avait été présenté à Agritechnica en 2013. A Mont-Ormel (Orne), les frères Godeau ont acheté le premier tracteur Deutz-Fahr série 9 de 340 chevaux vendu en France. C’est le plus gros tracteur jamais construit par la marque. La forte puissance trouve ici le chemin de l’élevage. Dans ce secteur vallonée de Normandie, l’unité de méthanisation et les besoins d’épandage quotidien justifient ce besoin de nombreux chevaux sous le capot.

Deutz-Fahr se lance sur le marché des fortes puissances. Cette montée en gamme se nomme série 9000. Un modèle de 340 chevaux a été vendu à Jean-Christophe et Jean-Philippe Godeau. C’était le premier en France.  A Mont-Ormel en zone d’élevage, cet imposant tracteur détonne. Ce besoin se comprend mieux une fois la tonne à lisier attelée. L’exploitation des deux associés compte 350 hectares, dont 160 hectares de culture. 750 bovins sont élevés sur la ferme où sont également produits 400 000 l de lait.

750 bovins, une unité de méthanisation et 25 t/jour à épandre
Le développement de leur élevage a amené ces agriculteurs à investir dans la méthanisation. L’unité est sortie de terre en 2012. Elle affiche une capacité de 250 kW. C’est là qu’intervient la puissance. “Chaque jour, nous rentrons 25 tonnes de fumier et nous ressortons ensuite 25 tonnes de digestat”, explique Jean-Christophe Godeau. Les 340 chevaux de la série 9 permettent donc de tracter la tonne à lisier de 25 000 litres. L’engin remplace un précédent tracteur de 215 cv. “Nous avions besoin de traction et de poids. Nous avons opté pour le modèle le plus puissant, et le delta de prix par rapport aux autres motorisations nous a incité à partir sur un 340 cv”.

Consommation parfaitement maîtrisée
Ces éleveurs parcourent 2 500 km par an avec la tonne. “Sur la route et au champ avec la citerne, nous consommons 24,5 litres par heure. C’est un tracteur sobre vu sa puissance. En pleine charge et à vitesse maximum, nous ne dépassons pas les 1 600 tours”, détaille Jean-Philippe Godeau.

Un tracteur presque acheté sur plan
Au quotidien, les agriculteurs ne regrettent pas cette décision. Le 9340 se joue des parcelles vallonnées au pied du Mont-Ormel où les terres sont très difficiles et argileuses. Les capacités du tracteur répondent aux attentes de ces éleveurs. Ces derniers l’ont, en effet, presque acheté sur plan. Ils se sont contentés des caractéristiques du papier et d’un essai à 6 km/heure sur un parking. “Les chiffres donnés semblaient alléchants, ils se sont confirmés sur le terrain. Tous nos tracteurs sont des Deutz, nous avons fait confiance à notre concessionnaire. La transmission ZF, par exemple, reprend ce que l’on connaissait sur les séries 6000 et 7000. Avec la variation continue, je m’attendais à un frein moteur décevant. Mais sur ce point-là, je suis agréablement surpris. Le comportement routier est très sain avec notamment les freins à disque à l’avant. L’empattement de 3,13 m et la voie large de 2,20 m, les pneumatiques «grand volume» et la suspension de pont avant y contribuent”, confie Jean-Christophe Godeau. Avec les Établissements Morineau basés à Chailloué (Orne), les exploitants sont allés voir le prototype en Allemagne, en février 2014. Le tracteur est finalement arrivé sur la ferme au mois de décembre dernier.

Un regret : la prise de force avant économique
Les agriculteurs ont cependant un regret. Ils ont pris toutes les options dont la prise de force avant mais sans le mode économique. “C’est dommage lorsque l’on s’aperçoit du comportement du moteur à bas régime. Nous aurions eu une meilleure consommation quand nous fauchons avec notre groupe de 9 mètres”.

Une puissance moyenne qui augmente
Selon les agriculteurs, la cabine mériterait également d’être un peu plus grande. Mais cette évolution est déjà programmée par Deutz-Fahr avec l’arrivée de la série 11. Ces nouveaux modèles illustrent la montée en puissance des constructeurs. Ce phénomène se ressent aussi dans les zones d’élevages. Denis Morineau, concessionnaire, constate d’ailleurs que “la puissance moyenne vendue a augmenté de 50 cv en 10 ans”.

La série 9 : jusqu’à 340 cv


Le tractoriste allemand poursuit l’élargissement de sa gamme par le haut avec la série 9. Sous le capot dessiné par Guigiaro, se loge un bloc Deutz de 7,8 l répondant aux normes Tier 4f en combinant turbo-intercooler, SCR et Fap passif. D’origine ZF, la transmission à variation continue Terramatic TMT 32 permet de rouler à 40 km/h à 1 350 tr/min. La transmission TTV couvre une plage de vitesse de 0,2 à 60 km/h. Notamment dans les travaux en plein champ, elle atteint son efficacité maximale entre 7 et 15 km/h. Trois régimes de prise de force intègrent la série 9: 540 éco, 1000 et 1000 éco. Du côté de l’hydraulique, le circuit délivre 210 l/min et alimente sept distributeurs, dont quatre pouvant débiter jusqu’à 150 l/min (100 l/min pour les autres), ainsi que le relevage de 12 tonnes de capacité. Le chauffeur prend place au sein de la cabine Maxi-vision intégrant le terminal tactile couleur 12 pouces i-Monitor 2.0.

Modèle : 9270 TTV, 9300 TTV, 9320 TTV et 9340 TTV.
Moteurs : Deutz TTCD 7.8 l six cylindres (295–336 ch) dotés de turbo- compresseur à deux étages, intercooler ainsi que de la technologie SCR, FAP et DCR.
Puissance maxi : 273, 293, 311 et 331 ch.
Capacité de levage : 12 000 kg, cylindrée de la pompe de 210 l/min.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
incendie
Toujours plus chaud, l’été normand s’enflamme
Face à l’augmentation du nombre d’incendies, la vigilance portée aux facteurs de risques liés aux travaux d’été doit être…
Publicité