Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Festival de la Terre
Plus de 12 000 personnes à St Côme du Mont

"plus de 12 000", c'est le chiffre annoncé par les Jeunes Agriculteurs pour la manifestation se déroulant dimanche dernier à côté de Carentan.

Les concurrents de la finale départementale de labours ont fait preuve de brio sur un terrain difficile.
Les concurrents de la finale départementale de labours ont fait preuve de brio sur un terrain difficile.
© EC
Rarement un Festival de la Terre aura connu une telle affluence. Sans rentrer dans une comptabilité pointilleuse, force est d'avouer que l'édition 2007 se déroulant sur les terres de David Villand, à Saint-Côme du Mont, près de Carentan, dimanche dernier, restera dans les annales comme l'une des plus réussies. La restauration elle-même a été prise d'assaut si bien qu'à 15 h, une file d'attente subsistait. Les animations diverses ont séduit le public : 4 L cross bien sûr, mais aussi et avant tout les concours de labours départemental et régional. Le terrain, lui, n'était peut-être pas à la hauteur des espérances avec notamment des trous dus aux dégâts de sangliers. Reste que les jurys ont tenu compte de la qualité de la terre et de son état. Pour la départementale, Samuel Capelle (canton de Cerisy la Salle) l'emporte. Pour l'édition régionale, c'est le Calvados qui se place en tête par le biais de Benoît Esnault. Les agris retrouvent le moral En clair, cette fête semble refléter le moral des agriculteurs manchois qui retrouvent des couleurs avec une production laitière dans le vert. Reste que des questions subsistent. En circulant toute l'après-midi de stand en stand, je l'ai entendu à de nombreuses reprises, "que va t-il advenir des quotas ?" ou encore "il faut mieux les faire sauter le plus vite possible, les entreprises, elles, anticipent déjà le problème". Lors de la table ronde, Henri Nallet, ancien ministre de l'agriculture, Mme Huck (UFC/Que Choisir), Gilbert Herpe, président d'Agrial et Jean Bizet (Sénateur) ont d'ailleurs donné le ton d'une agriculture désormais indispensable pour nourrir les Français et les faire rouler. Sous la houlette de Sylvain Lebreton (Chambre d'Agriculture), ces quatre personnalités sont intervenus sur l'avenir de la filière par rapport à l'alimentation humaine et, non pas des bio-carburants comme se plaît à le souligner Gilbert Herpe, mais les "agri-carburants". Il est vrai que l'appellation "bio" est désormais sévèrement encadrée en France. Mme Huck de son côté s'inquiète de la part croissante des carburants "verts". "Tout euro investi dans ceux-ci ne l'est pas ailleurs, or il est indispensable que nous gardions notre souveraineté alimentaire". Jean Bizet, spécialiste des OGM" place son intervention sur une lutte "USA/Europe". "Attention à ne pas nous faire dépasser. Nous devons impérativement accepter les bio-technologies dans l'alimentaire". G. Herpe mise plutôt sur le nouveau concept de "chimie verte" tout en soulignant que les "agri-carburants" ne dureront que quelques décades "pour être remplacés d'ici une trentaine d'années par l'énergie "hydrogène". Quoi qu'il en soit, nos quatre intervenants sont d'accords sur un point, "voici dix ans, on annonçait que l'on pourrait se passer de l'agriculture. Aujourd'hui, la donne est inversée". Henri Nallet va mêm très loin, "on s'aperçoit que l'on peut manquer de nourriture, donc l'agriculture compétitive a sa place avec toutes les ressources des technologies modernes. Il va bien falloir nourrir les neuf milliards d'être humains avec la même surface de terre. Bref, l'avenir de l'agriculture réside en une production moderne et efficace". Seul bémol, celui de Mme Huck, "j'aimerais que les OGM ne trouvent pas de place en France, sauf dans le cadre d'expérimentations encadrées". Réponse de Gilbert Herpe, "les agriculteurs peuvent encore diminuer l'utilisation des produits "phytos" à condition que l'on puisse avoir recours aux biotechnologies". En fin d'après-midi, Ludovic Blin, président des JA, Sébastien Danguy, responsable du Festival, David Lejamtel, président des Jeunes Agriculteurs des Marais, ont remercié l'ensemble des participants pour la réussite de la manifestation. Ils ont aussi annoncé que le prochain Festival se déroulait sur le canton de Saint-Hilaire du Harcouët.Palmarès concours de labours : 1 : Samuel Capelle, canton de Cerisy la Salle 2 : Boris Fay, Lessay 3 : Philippe Martin, La Haye Pesnel 4 : Edmond Compère, Les Pieux 5 : Jean-Baptiste Nové, Villedieu les Poêles 6 : Anthony Lhomer, Sourdeval 7 : Nicolas Potey, St Sauveur Lendelin 8 : Norbert Lemarié, Bricquebec 9 : Bruno Vrac, Beaumont-Hague 10 : Charles David, Bricquebec 11 : Hervé Legendre, St Sauveur le Vicomte 12, Guillaume Mazier, St Hilaire du Harcouët
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité