Aller au contenu principal

Plus de 300 offres dans le secteur agroalimentaire en Normandie

L’association régionale des entreprises agroalimentaires (Area) de Normandie lançait la semaine nationale de l’emploi en agroalimentaire au sein de l’usine Lactalis de Bayeux lundi 15 novembre. Avec cinquante entreprises engagées, plus de 300 offres d’emploi sont proposées en Normandie.

USINE LACTALIS
Visite de l’usine Lactalis à Saint-Martin-des-Entrées (14) lors de la semaine de l’emploi agroalimentaire, lundi 15 novembre.
© DR

Pour nombre d’entreprises agroalimentaires, le besoin de recruter est permanent : 27% des entreprises normandes du secteur ont affirmé vouloir embaucher en 2021, ce qui représente un potentiel de 9 500 emplois, en hausse de 1,5% par rapport à 2020, selon Jean-Philippe Damiani, directeur de l’offre de service à Pôle emploi Normandie. Or, 42% des postes ont du mal à trouver des candidats. D’où l’intérêt de faire la promotion des métiers du secteur, à travers la semaine de l’emploi agroalimentaire, dont la première édition a lieu jusqu’au 20 novembre. Le site internet, créé spécialement pour la semaine, recense 300 offres sur la région, « et certaines comprennent une centaine de postes », précise le directeur de Pôle emploi.

100 salariés ont plus de 50 ans

A Saint-Martin-des-Entrées (14) le portillon de l’usine Lactalis s’est ouvert aux visiteurs lundi 15 novembre, accueillis par Benjamin Bazin, responsable des ressources humaines. Dans la matinée, trois groupes seront accueillis. L’usine compte 260 employés, mais « 100 ont plus de 50 ans », note Benjamin Bazin qui anticipe un recrutement régulier sur dix ans. Les demandeurs d’emploi ont reçu un sms de Pôle emploi, certains ont vu passer l’invitation sur Facebook. La visite a du succès. « Nous avons des besoins, nous recrutons, tout se passe bien », résume Emmanuel Picque, le directeur général, lors de son discours de présentation.

Les 3x8

Pour l’entreprise, l’intérêt est de faire connaître les professions en tension, « les métiers techniques et de la production », détaille Benjamin Bazin. Après la visite d’un atelier, Christophe Tronçon, conducteur de machine, se présente. Entré à 20 ans dans l’entreprise, il y est depuis 34 ans. La moyenne d’ancienneté dans l’usine est de 19 ans. « Je n’y serais pas resté si ça n’allait pas », s’amuse-t-il. Il répond aux questions sur le bruit, les horaires en 3x8, la tenue de travail, son parcours. Dans l’assistance, Jennifer est très intéressée. Elle a envoyé sa candidature la semaine précédente et espère pouvoir intégrer une équipe. Cette ancienne commerçante puis secrétaire, brutalement licenciée à 50 ans, vise un emploi « qui n’est pas au Smic ». Avec un salaire sur treize mois et les primes, l’usine offre cette opportunité.

 

Des blinis pour attirer les candidats
« Les gens étaient surpris, ils ont eu du mal à se servir », constate Patricia Detcheverry, conseillère Pôle emploi à Mondeville, lors de la soirée job dating organisée avec la société Blini, lundi 15 novembre. La société de fabrication de tartinables recherche encore 80 personnes pour faire face à son pic d’activité de fin d’année. Si le besoin revient tous les ans, cette année, les recruteurs ont voulu innover. « On s’est dit qu’on voulait créer quelque chose de différent ». Blini a eu l’idée de faire déguster ses produits pour donner envie de travailler dans son usine, située à Troarn. Elle recherche essentiellement des opérateurs de commande en CDD, « mais il peut aussi y avoir des perspectives de CDI car c’est une société en forte croissance », conclut la conseillère.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

JA 61
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs est en place
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs de l’Orne est en place depuis mardi 19 avril 2022, pour la mandature 2022-2024. L’…
De 50 t à 0 t de tourteau de colza
Il fut un temps où Damien Odienne achetait 50 tonnes de tourteau de colza par an pour compléter la ration de ses laitières et…
fromage AOP Normandie - Livarot
Fromage AOP de Normandie : il faut sauver le colonel
Depuis quelques années, le livarot peine à séduire les consommateurs. La production du fromage aux cinq laîches ne cesse de…
Région politique agricole
La Région Normandie dévoile sa politique agricole 2023-2027
Les élus prévoient un programme co-construit avec la profession, simplifié, d’un montant de 60 millions d’euros par an. Les…
Agrial, ferme grandeur nature
Agrial lance sa Ferme grandeur nature en juin
La coopérative agricole Agrial a décidé d’ouvrir les portes de deux fermes adhérentes lors d’un nouvel événement intitulé : Ferme…
FDSEA 50, conférence de presse
La souveraineté alimentaire prend du plomb dans l’aile
La FDSEA de la Manche ne veut pas jouer les oiseaux de mauvais augure mais prévient déjà que, pour certains produits comme la…
Publicité