Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Conseil régional de Normandie
Plus de 45 000 masques pour la Ferme Normandie

Hervé Morin, président de la Région Normandie, a procédé vendredi dernier à une nouvelle livraison de masques à la Chambre régionale d’agriculture de Normandie, en présence de Sébastien Windsor (président des Chambres d’agriculture de Normandie), Jean-Yves Heurtin (président de la Chambre d’agriculture du Calvados) et Arnold Puech d’Alissac (président de la FRSEA Normandie).

Ces 38 000 masques jetables et 7 700 masques en tissu sont fournis à la Chambre régionale d’agriculture de Normandie pour équiper les agriculteurs normands et les collaborateurs des Chambres d’agriculture de Normandie. Entretien avec Hervé Morin.

>> Pourquoi cette implication du Conseil régional de Normandie dans la mise à disposition
à l’économie régionale de masques ?
La France vit une crise gigantesque avec une dépression économique considérable qui est en train de déferler. L’idée est donc, dans tous les secteurs où l’on peut agir et plus particulièrement l’agriculture dont la vocation est de nourrir nos concitoyens, de contribuer au maintien ou au retour à l’activité économique. En agriculture, je pense particulièrement à ceux qui ont des collaborateurs ou des salariés, ceux qui ont fait le choix des circuits courts et de la vente directe et qui sont donc au contact du grand public.
Voilà l’objet de l’achat de ces millions de masques à destination de l’économie régionale dont l’agriculture occupe une place d’importance.

>> In fine, cette crise n’est-elle pas l’occasion de revenir aux fondamentaux ? De démondialiser un peu pour régionaliser plus ?
On nous annonce un grand plan de relance d’après confinement. Dans cette perspective, j’ai chargé Bernard Leroy d’une mission d’analyse et de radiographie très précise de ce qui pourrait être refabriqué, reconditionné ou reproduit en France au-delà de la matière première. Voir avec chaque filière, que ce soit la pharmacie, l’agroalimentaire, l’énergie, l’automobile, l’aéronautique (...) ce que nous pourrions rapatrier sur le territoire et bien sûr, nous concernant, la Normandie.

>> On a le sentiment d’une certaine cacophonie autour du déconfinement. Vous le partagez ?
Certaines décisions sont annoncées avant qu’elles n’aient été parfaitement construites et réfléchies. Le meilleur exemple, c’est le retour à l’école le 11 mai avec derrière une situation très chaotique quand on commence à débroussailler le sujet.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité