Aller au contenu principal
Font Size

ELEVAGE
Plus de concentrés pour plus de lait : ça se discute !

Avec des stocks fourragers qui se réduisent et un prix du lait à la hausse, utiliser davantage de concentré pour produire plus de lait peut être une solution envisagée. Mais cette stratégie est-elle toujours gagnante ?

“Je vais augmenter le concentré pour pousser un peu plus mes vaches et faire plus de lait !”. Quel éleveur n’a jamais prononcé cette phrase ? Premier réflexe pour augmenter la production par vache : accroître la quantité de concentré. C’est facile à mettre en œuvre, les effets sont immédiats, mesurables et rapidement réversibles. Mais son intérêt n’est pas toujours systématique, il dépend du prix du lait, du prix des aliments et de la réponse laitière attendue. C’est pourquoi, mieux vaut y réfléchir à deux fois avant d’agir !

Seulement 0,4 à 1 litre de lait produit en plus avec 1 kg de concentré supplémentaire !

Trois facteurs expliquent un taux de réponse différent au concentré : la quantité de concentrés totale déjà apportée, la concentration azotée de la ration et l’expression du potentiel génétique. Au-delà de certaines valeurs, la réponse est nulle voire négative. Le préalable est d’avoir une ration de base équilibrée (dessin).Si la ration est bien équilibrée au départ, 1 kilo de concentré type VL 3 litres apporté en plus n’augmentera la production que de 0,4 kg de lait par vache en moyenne. Cette augmentation peut même faire baisser la production si le niveau de concentré est déjà élevé : les vaches se retrouvent en acidose et le rumen ne fonctionne plus correctement pour assurer la production.  Avec le correcteur azoté de type tourteau de soja, on peut attendre 1 kg de lait produit en plus par vache pour 1 kg de concentré ajouté.


A quel prix du concentré faire plus de lait ?

Il est donc important d’évaluer l’intérêt économique avant d’agir. Avec une réponse de 0,5 l de lait par kg de concentré, l’intérêt ne sera évidemment pas le même qu’avec une réponse de 1 l ou mieux encore 1,5 l (tableau).Avec un prix du lait payé à 350 €/1 000 l et un concentré payé 350 €/t, il faut que la production augmente d’au moins 1 litre de lait par vache pour 1 kg de concentré ajouté pour que l’opération soit rentable. Si la réponse n’est que de 0.5 litre, il ne faut pas que le concentré coûte plus de 175 €/tonne pour que cela soit valable.Pour connaître le taux de réponse au concentré, il faut évaluer, sur une période, le lait supplémentaire produit, toute chose égale par ailleurs (stade de lactation, qualité des fourrages, …), ce qui n’est donc pas facile.Bien souvent, le levier “concentrés” n’est pas aussi efficace qu’on le pense, en raison d’une réponse laitière beaucoup plus limitée que celle imaginée. Selon le prix du lait et du concentré, il faut faire ses calculs.

Misez aussi sur des fourrages de qualité : soignez votre maïs !

Les fourrages constituent la base de la ration. Utiliser des fourrages de qualité est une garantie de faire des économies de concentré par la suite. A la veille des ensilages de maïs, il est important de s’assurer des meilleures conditions de récolte et de conservation du fourrage qui sera la base de la ration des vaches laitières pendant l’année à venir : surveiller la maturité pour déterminer la date de récolte optimale, calibrer le silo pour assurer un avancement minimum du front d’attaque (10 cm/jour en hiver, 20 cm en été), adapter la finesse de hachage pour une bonne conservation, bien tasser pour évacuer l’air au maximum avant de bâcher, prendre un échantillon pour faire une analyse qui permettra de caler la ration des vaches laitières.

Priorité à une ration équilibrée

Si on observe une augmentation de 2 ou 3 litres de lait produit en plus pour 1 kg de concentré ajouté, c’est généralement signe que la ration est déséquilibrée : qualité et quantité de fourrages insuffisantes, déséquilibre entre énergie et azote. Dans ce cas, il convient de vérifier la cohérence de la ration de base avant d’ajouter du concentré.

En savoir plus

Retrouvez l’intégralité de cette brochure, réalisée par le Réseau d’Elevage lait de Normandie sur le site internet de la Chambre régionale de Normandie : http://www.cra-normandie.fr/elev-bovins-lait.asp (rubrique bovin lait)

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MALTRAITANCE CHEVAUX
Un cas dans le Calvados et un dans l'Orne: vigilance et bon voisinage contre les actes de barbarie sur les équidés
Le 25 août 2020, un cheval ornais est retrouvé avec une entaille à l’encolure. Vendredi 28 août 2020, deux chevaux du club…
VEAU 1835
Matricule 1835, levez-vous !
« Matricule 1835, levez-vous » ou l’histoire d’un veau condamné à ce que ses données morphologiques soient retirées de l’…
PAUL CHEVALIER JA 61
" J’ai été surpris mais content d’être élu au bureau "
Paul Chevalier est entré au bureau départemental jeudi 18 juin. À 20 ans, il est secrétaire général adjoint. S’il n’envisage pas…
Armand Prod’homme JA 61
" Pas d’élevage, pas de paysage "
Armand Prod’homme, 22 ans, est en cours d’installation au Gaec Olo, à Livaie, dans le secteur d’Alençon. Le nouveau responsable…
OPNC LACTALIS
Lactalis : L’accord-cadre est signé
L’OPNC (Organisation des Producteurs Normandie Centre) est la première des neuf OP adhérentes à l’Unell a avoir signé un accord-…
AGNEAU PRE SALE
Accrocher les wagons AOT à la locomotive AOP
Après 30 années de travail, l’agneau de pré-salé a enfin obtenu le fameux sésame AOP. Mais la vie dans les herbus n’est pas un…
Publicité