Aller au contenu principal

ELEVAGE
Plus de concentrés pour plus de lait : ça se discute !

Avec des stocks fourragers qui se réduisent et un prix du lait à la hausse, utiliser davantage de concentré pour produire plus de lait peut être une solution envisagée. Mais cette stratégie est-elle toujours gagnante ?

“Je vais augmenter le concentré pour pousser un peu plus mes vaches et faire plus de lait !”. Quel éleveur n’a jamais prononcé cette phrase ? Premier réflexe pour augmenter la production par vache : accroître la quantité de concentré. C’est facile à mettre en œuvre, les effets sont immédiats, mesurables et rapidement réversibles. Mais son intérêt n’est pas toujours systématique, il dépend du prix du lait, du prix des aliments et de la réponse laitière attendue. C’est pourquoi, mieux vaut y réfléchir à deux fois avant d’agir !

Seulement 0,4 à 1 litre de lait produit en plus avec 1 kg de concentré supplémentaire !

Trois facteurs expliquent un taux de réponse différent au concentré : la quantité de concentrés totale déjà apportée, la concentration azotée de la ration et l’expression du potentiel génétique. Au-delà de certaines valeurs, la réponse est nulle voire négative. Le préalable est d’avoir une ration de base équilibrée (dessin).Si la ration est bien équilibrée au départ, 1 kilo de concentré type VL 3 litres apporté en plus n’augmentera la production que de 0,4 kg de lait par vache en moyenne. Cette augmentation peut même faire baisser la production si le niveau de concentré est déjà élevé : les vaches se retrouvent en acidose et le rumen ne fonctionne plus correctement pour assurer la production.  Avec le correcteur azoté de type tourteau de soja, on peut attendre 1 kg de lait produit en plus par vache pour 1 kg de concentré ajouté.


A quel prix du concentré faire plus de lait ?

Il est donc important d’évaluer l’intérêt économique avant d’agir. Avec une réponse de 0,5 l de lait par kg de concentré, l’intérêt ne sera évidemment pas le même qu’avec une réponse de 1 l ou mieux encore 1,5 l (tableau).Avec un prix du lait payé à 350 €/1 000 l et un concentré payé 350 €/t, il faut que la production augmente d’au moins 1 litre de lait par vache pour 1 kg de concentré ajouté pour que l’opération soit rentable. Si la réponse n’est que de 0.5 litre, il ne faut pas que le concentré coûte plus de 175 €/tonne pour que cela soit valable.Pour connaître le taux de réponse au concentré, il faut évaluer, sur une période, le lait supplémentaire produit, toute chose égale par ailleurs (stade de lactation, qualité des fourrages, …), ce qui n’est donc pas facile.Bien souvent, le levier “concentrés” n’est pas aussi efficace qu’on le pense, en raison d’une réponse laitière beaucoup plus limitée que celle imaginée. Selon le prix du lait et du concentré, il faut faire ses calculs.

Misez aussi sur des fourrages de qualité : soignez votre maïs !

Les fourrages constituent la base de la ration. Utiliser des fourrages de qualité est une garantie de faire des économies de concentré par la suite. A la veille des ensilages de maïs, il est important de s’assurer des meilleures conditions de récolte et de conservation du fourrage qui sera la base de la ration des vaches laitières pendant l’année à venir : surveiller la maturité pour déterminer la date de récolte optimale, calibrer le silo pour assurer un avancement minimum du front d’attaque (10 cm/jour en hiver, 20 cm en été), adapter la finesse de hachage pour une bonne conservation, bien tasser pour évacuer l’air au maximum avant de bâcher, prendre un échantillon pour faire une analyse qui permettra de caler la ration des vaches laitières.

Priorité à une ration équilibrée

Si on observe une augmentation de 2 ou 3 litres de lait produit en plus pour 1 kg de concentré ajouté, c’est généralement signe que la ration est déséquilibrée : qualité et quantité de fourrages insuffisantes, déséquilibre entre énergie et azote. Dans ce cas, il convient de vérifier la cohérence de la ration de base avant d’ajouter du concentré.

En savoir plus

Retrouvez l’intégralité de cette brochure, réalisée par le Réseau d’Elevage lait de Normandie sur le site internet de la Chambre régionale de Normandie : http://www.cra-normandie.fr/elev-bovins-lait.asp (rubrique bovin lait)

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Commémorations : des restrictions de circulation à prévoir le 6 juin 2024
À l'occasion des commémorations du 80e anniversaire du Débarquement, une zone de circulation régulée (ZCR) va être mise en place…
La grande championne du concours régional Prim'Holstein, cette année, est PLK Plusbelle du Gaec Christal de l'Eure.
[EN IMAGES] Festival de l'élevage de Vire : le Graal pour PLK Plusbelle
Elles étaient nombreuses sur le ring de l'hippodrome de Vire, samedi 1er juin 2024 : les Prim'Holsteins venues du Calvados, de l'…
Valentin Flajolet est polyvalent, entre bovins, ovins et équins. Avec Tatiana, génisse de 20 mois, il participe à son 1er concours en tant qu'associé.
Valentin Flajolet, jeune éleveur bien dans ses bottes dans le Calvados
Installé depuis le 15 avril 2024, Valentin Flajolet conjugue entre existant et nouveauté. À Rumesnil, dans le Calvados, il…
Yvonne Mancel, entourée de son fils, Jacques, sa belle-fille, Christine et sa petite-fille, Barbara.
À 103 ans, Yvonne Paris se souvient de la drôle de guerre
À 103 ans, Yvonne Paris fait partie des témoins précieux de cette Seconde Guerre mondiale. Dans les moindres détails, elle se…
La semaine dernière, l'association L214 s'est introduite dans un élevage de volailles du département.
L'association L214 s'infiltre dans une ferme ornaise
La semaine dernière, l'association L214 s'est introduite dans un élevage de volailles du département. Une action dénoncée par la…
Faire un bâtiment innovant et évolutif
Emmanuel Hérouard, conseiller en bâtiment d'élevage à la Chambre d'agriculture de Normandie depuis 2011, a d'ores et déjà plus de…
Publicité