Aller au contenu principal

Assemblée générale d'APV 50 le 17 décembre
Plus de lisibilité pour la filière

Mercredi prochain, le 17 décembre, APV 50 tient son assemblée générale à Saint-Lô. Michel Hamel, son président, fait le point sur une conjoncture parfois difficile.

Michel Hamel, « , il serait logique d’intervenir auprès des naisseurs pour que les broutards soient engraissés dans le département, apportant ainsi une plus-value locale ».
Michel Hamel, « , il serait logique d’intervenir auprès des naisseurs pour que les broutards soient engraissés dans le département, apportant ainsi une plus-value locale ».
© ec

-       APV 50 en quelques mots pour la situer dans l’agriculture départementale ?

« Cette association existe depuis 1992, elle compte aujourd’hui 600 adhérents et concerne toutes les races bovines du département. Nous pourrions aussi nous occuper des ovins, j’avais proposé nos structures de commercialisation aux éleveurs voici quelques années. Son but est d’aider les éleveurs à commercialiser au mieux leurs animaux en les mettant en relation avec les acheteurs, notamment les négociants ».

 

-       Le thème de votre assemblée générale de mercredi prochain ?

« Yves Quiliquini, directeur du Cirviande, présentera la situation en viande bovine, au niveau normand, français et européen. Il est indispensable que tous les éleveurs aient une vision des marchés et que nous puissions répondre à leurs interrogations, notamment en races allaitantes, pour maintenir la production. Un exemple, il serait logique d’intervenir auprès des naisseurs pour que les broutards soient engraissés dans le département, apportant ainsi une plus-value aux producteurs ».

 

-       Le problème, dans les filières de commercialisation actuelles, c’est aussi le manque d’animaux à un moment donné ?

« Il n’est pas normal d’aller voir des filières à plus-value à un moment donné et de ne pas les fournir à d’autres moments. Ce dont nous avons besoin, en FQRN par exemple, c’est d’un approvisionnement 52 semaines par an. Ceci dit, actuellement au niveau national, nous n’avons pas trop de viande sur le marché. Nous ressentons le contrecoup du prix du lait en 2007 et de l’augmentation des litrages. Lors de l’assemblée générale, nous évoquerons aussi l’indispensable équilibre entre la production et l’offre. Pour fonctionner au mieux, le marché de la viande bovine a besoin d’un maximum de lisibilité, notamment par rapport aux importations ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Trois représentants de l’État visitent les fermes du Calvados
Le sous-préfet de Lisieux et la FDSEA, jeudi 17 novembre 2022. La sous-préfète de Vire et la Chambre, vendredi 18 novembre 2022.…
Ce qu'il faut retenir de la réforme de la PAC
La Chambre régionale d’agriculture de Normandie et la Caisse régionale du Crédit Agricole Normandie ont organisé, mardi 29…
[EN IMAGES] La juge est fan de Jeannette dans la Manche
L’édition 2022 a été un bon cru pour le concours interdépartemental en race Normande à Saint-Hilaire-du-Harcouët le 7 novembre…
EARL De Quéry dans le Calvados : bien cibler les candidats pour céder sa ferme
François Divay, éleveur à Balleroy-sur-Drôme (14), n’a pas attendu le dernier moment pour préparer la transmission de son…
Publicité