Aller au contenu principal
Font Size

Assemblée générale d'APV 50 le 17 décembre
Plus de lisibilité pour la filière

Mercredi prochain, le 17 décembre, APV 50 tient son assemblée générale à Saint-Lô. Michel Hamel, son président, fait le point sur une conjoncture parfois difficile.

Michel Hamel, « , il serait logique d’intervenir auprès des naisseurs pour que les broutards soient engraissés dans le département, apportant ainsi une plus-value locale ».
Michel Hamel, « , il serait logique d’intervenir auprès des naisseurs pour que les broutards soient engraissés dans le département, apportant ainsi une plus-value locale ».
© ec

-       APV 50 en quelques mots pour la situer dans l’agriculture départementale ?

« Cette association existe depuis 1992, elle compte aujourd’hui 600 adhérents et concerne toutes les races bovines du département. Nous pourrions aussi nous occuper des ovins, j’avais proposé nos structures de commercialisation aux éleveurs voici quelques années. Son but est d’aider les éleveurs à commercialiser au mieux leurs animaux en les mettant en relation avec les acheteurs, notamment les négociants ».

 

-       Le thème de votre assemblée générale de mercredi prochain ?

« Yves Quiliquini, directeur du Cirviande, présentera la situation en viande bovine, au niveau normand, français et européen. Il est indispensable que tous les éleveurs aient une vision des marchés et que nous puissions répondre à leurs interrogations, notamment en races allaitantes, pour maintenir la production. Un exemple, il serait logique d’intervenir auprès des naisseurs pour que les broutards soient engraissés dans le département, apportant ainsi une plus-value aux producteurs ».

 

-       Le problème, dans les filières de commercialisation actuelles, c’est aussi le manque d’animaux à un moment donné ?

« Il n’est pas normal d’aller voir des filières à plus-value à un moment donné et de ne pas les fournir à d’autres moments. Ce dont nous avons besoin, en FQRN par exemple, c’est d’un approvisionnement 52 semaines par an. Ceci dit, actuellement au niveau national, nous n’avons pas trop de viande sur le marché. Nous ressentons le contrecoup du prix du lait en 2007 et de l’augmentation des litrages. Lors de l’assemblée générale, nous évoquerons aussi l’indispensable équilibre entre la production et l’offre. Pour fonctionner au mieux, le marché de la viande bovine a besoin d’un maximum de lisibilité, notamment par rapport aux importations ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MALTRAITANCE CHEVAUX
Un cas dans le Calvados et un dans l'Orne: vigilance et bon voisinage contre les actes de barbarie sur les équidés
Le 25 août 2020, un cheval ornais est retrouvé avec une entaille à l’encolure. Vendredi 28 août 2020, deux chevaux du club…
VEAU 1835
Matricule 1835, levez-vous !
« Matricule 1835, levez-vous » ou l’histoire d’un veau condamné à ce que ses données morphologiques soient retirées de l’…
PAUL CHEVALIER JA 61
" J’ai été surpris mais content d’être élu au bureau "
Paul Chevalier est entré au bureau départemental jeudi 18 juin. À 20 ans, il est secrétaire général adjoint. S’il n’envisage pas…
Armand Prod’homme JA 61
" Pas d’élevage, pas de paysage "
Armand Prod’homme, 22 ans, est en cours d’installation au Gaec Olo, à Livaie, dans le secteur d’Alençon. Le nouveau responsable…
OPNC LACTALIS
Lactalis : L’accord-cadre est signé
L’OPNC (Organisation des Producteurs Normandie Centre) est la première des neuf OP adhérentes à l’Unell a avoir signé un accord-…
AGNEAU PRE SALE
Accrocher les wagons AOT à la locomotive AOP
Après 30 années de travail, l’agneau de pré-salé a enfin obtenu le fameux sésame AOP. Mais la vie dans les herbus n’est pas un…
Publicité