Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Stéphane Giard (Laulne 50)
Plus de vaches et de taurillons

Le GAEC Giard est en phase d’investissement. Avec l’arrivée d’un nouvel associé, le troupeau laitier va grossir, l’atelier taurillon aussi.

Stéphane Giard : “dans notre système, nous cherchons à autoconsommer au maximum les céréales que nous produisons”.
Stéphane Giard : “dans notre système, nous cherchons à autoconsommer au maximum les céréales que nous produisons”.
© TG

Installé en septembre 2001, Stéphane Giard accueillera le 1er avril prochain son frère au sein du GAEC familial (mère/fils). Une salle de traite roto-tandem sort peu à peu de terre pour répondre à l’agrandissement du troupeau laitier. Plus de vaches donc dans quelques mois et ainsi plus de veaux dont les mâles deviendront taurillons.

Des prairies à bon potentiel
Un quota laitier de 488 000 litres (race Normande), 145 ha de SAU (Surface Agricole Utile) dont 18 de blé et 40 de maïs..., la ferme du Château à Laulne (50) est lovée au cœur du Parc des Marais. Mais les quelques 90 ha de prairies ne sont guère inondables. “Des prairies naturelles à bon potentiel, assure Stéphane Giard. Au départ, nous valorisions ces surfaces par une production de bœufs”. Des bœufs, valorisés via la filière FQRN (Filière Qualité Race Normande), finis aux alentours de 30/32 mois avec au moins un hiver passé dehors et affichant 400/420 kg de carcasse sur la balance. 
Cotoyant les bœufs, quelques vaches allaitantes. D’abord du croisé Normand X Charolais puis Stéphane Giard,qui n’a pas eu droit aux primes vaches allaitantes à son installation, a investi dans quelques Limousines pures. Les produits femelles étant valorisés en génisse à viande et les mâles en taurillons.

Vers un système tout taurillon
Mais avec l’agrandissement du troupeau laitier, les frères Giard vont modifier la voilure. Plus de vaches et donc suffisamment de taries et de génisses pour valoriser les surfaces en herbe. Le GAEC, qui en produit déjà 40 à 45 par an, s’oriente vers un système tout taurillon. “C’est moins de travail que la vache allaitante”. Commercialisés via la coopérative AGRIAL, les taurillons sont abattus vers 18/20 mois.
Base de leur alimentation : du maïs ensilage bien sûr mais “le dessus du silo”. Le meilleur étant réservé aux vaches dont le lait est transformé en Camembert au lait cru (Camemberts Réo - Fromagerie Réaux). Sont ajoutés également à la ration de la paille (pour les fibres), du blé aplati et les minéraux. “Dans notre système, nous cherchons à autoconsommer au maximum les céréales que nous produisons”, justifie Stéphane Giard. Un système qui a des vertus : la facture “alimentation” en 2008 a moins explosé qu’ailleurs.

La Normande à son aise
Si la Normande est chevillée au GAEC Giard, ce n’est pas par hasard. “C’est une race qui valorise très bien l’herbe, argumente Stéphane. De plus, elle permet une plus-value à travers la FQRN”. Elle évite également dans ce système tout achat de bêtes extérieures. Confrontés il y a quelques années à des problèmes d’IBR à cause d’animaux achetés, on apprécie à Laulne cette assurance sanitaire !

Vous avez déjà goûté au hamburger ?

• GILBERT HERPE. “Je n’en mange pas tous les jours mais cela m’est arrivé grâce à mes petits-enfants. Ils m’ont fait découvrir la restauration rapide. J’avoue que dans le hamburger, j’aime bien le milieu, c’est-à-dire le steak haché. C’est plutôt le reste qui n’est pas du goût des gens de ma génération. Il faut cependant ce type de restauration qui correspond aux besoins d’une frange de la population. Cela participe aussi à l’équilibre des matières. AGRIAL a d’ailleurs contractualisé avec Mac Donald”.

• REMI BAILHACHE. “Cela m’est arrivé un soir où je  n’avais pas d’autres possibilités. La viande que j’y ai mangée était raisonnable, pas de très haute qualité, mais consommable. Il faut savoir aussi produire pour ce marché”.


• DANIEL EPRON. “Non. Ce n’est pas à cause de la viande qui est à l’intérieur mais c’est parce qu’il y a autour des ingrédients que je ne peux pas accepter”.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité