Aller au contenu principal
Font Size

Race Normande
PMS cimente l’unité de la race Normande

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 2054 euro en moyenne pour les vaches reproductrices, 4220 euro sur les génissons , le tout couronné par une organisation sans faille. PMS 2012 est entré dans la cour des Grands, ceux dont la manifestation devient incontournable. Pendant deux jours, au GAEC du Désert (Louvigné du Désert, Ille et Vilaine) 4500 visiteurs ont cimenté l’unité de la race Normande.

Dans une logique de prix en hausse, “Grammaire”, indexée à 148 d’ISU est partie à 4800 euro.
Dans une logique de prix en hausse, “Grammaire”, indexée à 148 d’ISU est partie à 4800 euro.
© ec

«Les enchères sont à 5600, une fois, deux fois, attention, ça repart », quelques instants de suspense et l’encanteur adjuge « Hongrie » (née le 16/01/2012), une fille de « VoupignyXSaint Yorre »,  à 5800 euros. Record absolu pour un génisson, évidemment « SAMÉ », jeudi dernier lors des enchères organisées par PMS. À 5800 euro, l’acheteur n’a pas trop de souci à se faire. L’ISU atteint 153, elle pointe à 752 en lait . La mère, « Djarkarta » fait partie des meilleures femelles de France avec près de 9000 kg à 38,7 et 31,7 en 1ère lactation. À noter qu’un contrat de collecte « Amélis-Créavia » est en cours sur « Hongrie ».La quinzaine de génissons « top génétique » a donc fait vibrer la foule mais aussi les chéquiers, à tel point que les organisateurs ont dû, en plus des estrades prévues, installer des bancs pour satisfaire les aficionados de la Normande. Dans la foulée, on pouvait aussi remarquer « Géraldine » (Visuel » X « Royal Holl), issue d’une belle lignée (Grivois, Diamètre, Vapeur, Moulin notamment) à 151 d’ISU. Probablement l’une des meilleures filles de « Visuel ». Elle est partie à 4800 euros. Idem pour « Grammaire » (VivrelecXRubafix) à 148 d’ISU.


70 reproductrices

Génissons donc, mais aussi vaches reproductrices (70) vendues en majeure partie en vente silencieuse, mais aussi, pour la première fois, aux enchères publiques, le tout partant à une moyenne de 2054 euro. Un bémol d’ailleurs sur la distorsion de prix entre la « silencieuse » et la « criante » puisque les prix pour la seconde vente se sont envolés. Logique cependant puisque la seconde concernait des animaux qualifiés d’élites de la race.Autre innovation, le concours du meilleur présentateur, réservé aux jeunes adhérents de l’association F.A.N. (Futurs Architectes de la Normande) qui se sont dépensés sans compter pour mettre sur pied et faire vivre cette vente PMS. Le vainqueur, Anthony Carré, vient d’Ille et Vilaine. La veille, PMS mettait l’accent sur les techniques d’alimentation avec la présentation de trois automotrices jumelée à une conférence « alimentation et génétique ». Il est vrai que la race n’a rien à envier aux autres ; ainsi « Championne » (Royal Holl X Elixir) a produit 12 619 kg (brut) à 50,3 de TB et 38,9 de TP, soit 16080 kg standard en 305 jours. Explications conjointes d’Hubert Presle, président de PMS et de Roland Paumier, « le progrès génétique permet une évolution de 100 kg par an. Cela se traduit sur le terrain par une production de 75 kg de lait supplémentaires. Une production à plus de 10 000 devient donc banale et prouve que pour remplir les tanks, il faut compter avec la Normande ».En fin de journée, toute l’équipe PMS et les 140 bénévoles pouvaient souffler. L’édition 2012 des ventes itinérantes de Normandes à haute valeur génétique a parfaitement rempli son rôle. Pour preuve, plus de 80 partenaires, souvent avec un stand, s’étaient déplacés. L’édition 2014 se déroulera à l’élevage Corbet (Maine et Loire). Nul doute que cette prochaine édition ne soit un grand cru : les quotas seront du domaine du passé

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
incendie
Toujours plus chaud, l’été normand s’enflamme
Face à l’augmentation du nombre d’incendies, la vigilance portée aux facteurs de risques liés aux travaux d’été doit être…
FDSEA 61 - Betterave jaunisse
(EN IMAGES) FDSEA et JA alertent: « le virus est partout »
Lundi 3 août, les JA et la FDSEA ont invité les responsables politiques ornais et la presse en bout de champ, à Aunou-sur-Orne.…
Publicité