Aller au contenu principal

Pois chiches normands : bilan mitigé

Vendredi 15 novembre, l’heure était au bilan des essais de pois chiches menés par six agriculteurs, conduits par la Coopérative de Creully, Terres Innovia et la Chambre régionale d’agriculture de Normandie. Résultat mitigé : positif techniquement mais ça coince financièrement.

© JP

lll Six agriculteurs adhérents de la Coopérative de Creully ont semé six parcelles de pois chiches, entre le 15 mars et le 10 avril. Surface : 17 ha. L’essai de culture, que l’on trouve davantage dans le sud-ouest de la France, était encadré par la Coopérative de Creully, la Cran et Terres Innovia. Plusieurs raisons à cet essai: trouver une nouvelle tête d’assolement dans un contexte de fin de betteraves, allonger une rotation, prendre un créneau local d’alimentation humaine. Fin mai, un tour de plaine avait pour objectif de repérer la présence ou l’absence de l’ascochytose du pois chiche.
« C’est le point noir de la culture, chez nous, en Normandie, expliquait alors Jean-Philippe Chenault, responsable agronomique à la coop de Creully. Le champignon se développe très vite, sous forme de foyers, surtout en milieu humide. »

Moisson
Les exploitants ont récolté le pois chiche pendant la première quinzaine de septembre. « La moisson est un peu tardive », reconnaît Jean-Philippe Chenault. Le risque : « le pois chiche est une plante indéterminée. Si le mois d’août est pluvieux, la parcelle peut repartir en fleurs », décrit Agathe Penant, référente protéagineux chez Terres Inovia. Les rendements normands se situent entre 17 et 28 q/ha, avec une moyenne des six parcelles à 21q/ha. Contre 18q/ha en moyenne nationale. « C’est pas mal dans le contexte climatique », souligne Jean-Philippe Chenault. Agathe Penant complète : « si le pois chiche souffre du froid, il n’aime pas non plus les températures au-dessus de 35 °C. Les coups de chaud dans le sud ont fait baisser le rendement ». Elle explique en partie les bons résultats en Normandie par l’effet nouveauté.  « Le pois chiche a encore peu de bioagresseurs et pas d’ascochytose». Si deux exploitants en AB et un en conventionnel ont choisi de garder leur récolte pour la vendre en direct, le reste de la production est parti sur le marché du pois chiche. « Nous avons récolté 28 tonnes. J’espérais bien qu’on allait remplir au moins un camion », souffle Jean-Philippe Chenault. Le gros hic sur cette campagne : le prix. « Il y a moins de cinq ans, le cours du pois chiche était autour de 600 E/t. Aujourd’hui, il est divisé par deux. Le marché a été inondé. Comme les besoins sont faibles, ils sont vite comblés. » Pour être davantage rentables, « nous aimerions viser 25 q/ha l’année prochaine ».

Perspectives
Selon la Coopérative de Creully, certains agriculteurs reconduisent l’essai. D’autres, déçus, arrêtent : « il ne faut pas comparer avec les bénéfices du lin textile, sourit-il. La culture doit s’intégrer dans la marge de la rotation et se raisonner sur le plan de gestion des graminées et de l’azote». Plusieurs pistes d’amélioration ont été présentées sur l’ITK : « trouver des techniques d’implantation pour limiter les charges sur ce poste, en passant par une Cuma par exemple; conserver des dates de semis comprises entre le 15 mars et le 10 avril ; adapter la variété semences : le levier génétique est important et cette année nous n’avions pas la variété adaptée au contexte climatique ». Économiquement quelques pistes seraient envisageables : « le plan protéine, à condition qu’il soit à la hauteur, la vente directe ».
Agathe Penant insiste : « l’année prochaine, le suivi économique de la culture sera important. Les agriculteurs doivent trouver un équilibre entre l’intérêt agronomique et la rentabilité de la culture ». Pour que l’essai soit reconduit, la Coopérative de Creully aimerait atteindre 20 ha.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Six installations plutôt qu'un (des) agrandissement(s) en Normandie
Safer et JA Normandie ont réuni, samedi dernier à Petit-Caux près de Dieppe (76), les acteurs d'une opération foncière inédite…
Les organisateurs ont présenté l'affiche officielle et le programme, lundi 25 mars 2024 à Lisieux.
La foire de Lisieux de retour ce week-end du 6 et 7 avril 2024
Habituellement organisée début mai, la Foire de Lisieux revient dès le 6 et 7 avril 2024 pour cette nouvelle édition. Au…
GAGNEZ 2 PLACES POUR LE MATCH SMC - LAVAL
Jeu concours pour aller encourager votre club normand au stade d'Ornano !
Nicolas Legentil était l'hôte d'une porte ouverte allaitante, jeudi 14 mars, à Brémoy. Il a fait visiter son exploitation aux 250 invités.
[EN IMAGES] Taurillons : le Gaec Legentil expose son savoir-faire dans le Calvados
Jeudi 14 mars 2024, le Gaec Legentil a accueilli plus de 250 personnes sur son exploitation, à Brémoy, dans le Calvados, pour une…
Hervé Morin, président de la Région Normandie et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur à Le Molay-Littry pour présenter le plan "reconquête de l'élevage allaitant", en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et en présence du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin
C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé à Le Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…
Le nouveau bureau de la FNPL (Fédération nationale des producteurs de lait) a été élu. Il est présidé par Yohann Barbe, producteur dans les Vosges.
Ludovic Blin et Benoit Gavelle, deux Normands dans le bureau de la FNPL
Depuis le 9 avril 2024, en succédant à Thierry Roquefeuil, Yohann Barbe devient le nouveau président de la FNPL (Fédération…
Publicité