Aller au contenu principal
Font Size

Patrice Gauquelin, président d'EDT Normandie
"Pour apporter de l'innovation à nos clients agricuteurs"

"Faire épandre son engrais n'est pas encore entré dans les moeurs, mais la modulation de l'apport d'azote présente de sérieux atouts techniques, économiques, environnementaux... En terme de traçabilité aussi".

© TG

Qu'est-ce que le réseau "Cléo. L'innovation dans les champs" ?
C'est un groupement d'ETA (Entreprise de Travaux Agricoles) bretonnes, mayennaises et normandes, ouvert et en développement. Notre objectif est d'apporter de l'innovation en termes de services rendus aux agriculteurs. Cléo permet dans un premier temps de mutualiser les connaissances et le matériel. En phase de démonstration, on ne peut pas se permettre d'investir individuellement dans de tels équipements. On doit d'abord mesurer le potentiel client avant de se lancer. Faire en quelque sorte une étude de marché.

Justement, où placez-vous le seuil de rentabilité pour vous, entrepreneur, mais aussi pour l'agriculteur ?
Pour l'ETA Gauquelin, l'objectif des 1 500 ha à épandre constituerait une bonne base de départ. Côté agriculteur, il devra compter de 25 à 30 e/ha en fonction des options demandées. Je pense que c'est aisément amortissable au regard des économies potentielles d'intrants et du gain de rendement estimé entre 3 et 5 quintaux.

C'est un nouveau marché qui s'ouvre aux ETA ?
Oui, comme toute innovation. L'agriculture bouge, change... A nous de nous adapter. Alors bien sûr, faire épandre son engrais n'est pas encore entré dans les moeurs, mais la modulation de l'apport d'azote présente de sérieux atouts techniques, économiques, environnementaux... En terme de traçabilité aussi. Si on y ajoute des difficultés d'organisation du travail à des moments clés dans certaines exploitations, je pense que ce nouveau service à de l'avenir, peut-être pas pour tous les apports d'azote, mais au moins pour le dernier qui va plus particulièrement conditionner le rendement et la qualité finale. J'ai senti les agriculteurs, chez qui nous avons effectué cette série de démonstrations, plutôt preneur. Reste à transformer l'essai.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
JA NORMANDIE
JA Normandie renouvelle son bureau
Après les élections départementales, JA Normandie a élu son nouveau bureau mardi 23 juin. Questions à Alexis Graindorge qui…
SAFER - JA NORMANDIE
Safer et JA de Normandie luttent contre l’accaparement des terres
En attendant une loi foncière, Safer et JA de Normandie s’organisent pour lutter contre le transfert opaque des terres. En 2019,…
Un pick-up lin conçu par la SAMA voit le jour
L’agriculture devra se passer du glyphosate d’ici quelques années. Les producteurs de lin anticipent l’arrêt de l’herbicide,…
Bureau JA 50
" Il y a encore des lignes à faire bouger "
Les JA de la Manche ont élu leur nouveau bureau vendredi 12 juin. A la tête de la structure, Luc Chardine, éleveur laitier en…
L’hétérogénéité des orges se confirme
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Publicité