Aller au contenu principal

Patrice Gauquelin, président d'EDT Normandie
"Pour apporter de l'innovation à nos clients agricuteurs"

"Faire épandre son engrais n'est pas encore entré dans les moeurs, mais la modulation de l'apport d'azote présente de sérieux atouts techniques, économiques, environnementaux... En terme de traçabilité aussi".

© TG

Qu'est-ce que le réseau "Cléo. L'innovation dans les champs" ?
C'est un groupement d'ETA (Entreprise de Travaux Agricoles) bretonnes, mayennaises et normandes, ouvert et en développement. Notre objectif est d'apporter de l'innovation en termes de services rendus aux agriculteurs. Cléo permet dans un premier temps de mutualiser les connaissances et le matériel. En phase de démonstration, on ne peut pas se permettre d'investir individuellement dans de tels équipements. On doit d'abord mesurer le potentiel client avant de se lancer. Faire en quelque sorte une étude de marché.

Justement, où placez-vous le seuil de rentabilité pour vous, entrepreneur, mais aussi pour l'agriculteur ?
Pour l'ETA Gauquelin, l'objectif des 1 500 ha à épandre constituerait une bonne base de départ. Côté agriculteur, il devra compter de 25 à 30 e/ha en fonction des options demandées. Je pense que c'est aisément amortissable au regard des économies potentielles d'intrants et du gain de rendement estimé entre 3 et 5 quintaux.

C'est un nouveau marché qui s'ouvre aux ETA ?
Oui, comme toute innovation. L'agriculture bouge, change... A nous de nous adapter. Alors bien sûr, faire épandre son engrais n'est pas encore entré dans les moeurs, mais la modulation de l'apport d'azote présente de sérieux atouts techniques, économiques, environnementaux... En terme de traçabilité aussi. Si on y ajoute des difficultés d'organisation du travail à des moments clés dans certaines exploitations, je pense que ce nouveau service à de l'avenir, peut-être pas pour tous les apports d'azote, mais au moins pour le dernier qui va plus particulièrement conditionner le rendement et la qualité finale. J'ai senti les agriculteurs, chez qui nous avons effectué cette série de démonstrations, plutôt preneur. Reste à transformer l'essai.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Trois représentants de l’État visitent les fermes du Calvados
Le sous-préfet de Lisieux et la FDSEA, jeudi 17 novembre 2022. La sous-préfète de Vire et la Chambre, vendredi 18 novembre 2022.…
Ce qu'il faut retenir de la réforme de la PAC
La Chambre régionale d’agriculture de Normandie et la Caisse régionale du Crédit Agricole Normandie ont organisé, mardi 29…
[EN IMAGES] La juge est fan de Jeannette dans la Manche
L’édition 2022 a été un bon cru pour le concours interdépartemental en race Normande à Saint-Hilaire-du-Harcouët le 7 novembre…
EARL De Quéry dans le Calvados : bien cibler les candidats pour céder sa ferme
François Divay, éleveur à Balleroy-sur-Drôme (14), n’a pas attendu le dernier moment pour préparer la transmission de son…
Publicité