Aller au contenu principal

Autoroute
Pour empêcher toute sortie de route

Président de la commission aménagement de la Chambre d’Agriculture de l’Orne, Thierry Clerembaux suit depuis 7 ans les chantiers de l’A 28 et de l’A 88. Un travail d’équipe, notamment en lien avec la SAFER. 

Certes, l’heure n’est pas encore au bilan mais Thierry Clerembaux, agriculteur à Fleuré (61), est affirmatif : “au bout du compte, les choses ne se sont pas mal passées”. Pas de sortie de route donc dans le cadre de ces chantiers, toujours titanesques, que constitue la construction d’autoroutes. Bien sûr, la Ferme départementale ornaise a perdu de la SAU (Surface Agricole Utile), “mais à titre individuel, aucun agriculteur n’a perdu d’hectares”, se satisfait celui dont la mission constitue “à mettre de l’huile dans tous les rouages”.

260 agriculteurs concernés
L’agriculture, première utilisatrice d’espace, est aux premières loges de tout aménagement routier. “160 agriculteurs concernés par l’A 28 et une centaine par l’A 88”, estime à la louche Thierry Clerembaux. Pas toujours facile de concilier l’intérêt individuel avec l’intérêt collectif d’autant plus qu’il n’existe pas, dans ce cadre, de guichet unique. Etat, région, département, intercommunalité, communes (avec leurs services administratifs et techniques), entreprises privées, associations (environnementales, de riverains...), chacun défend son pré carré au sein duquel parfois la politique l’emporte sur le pragmatisme. Dans cette problèmatique, la SAFER n’est qu’un outil, mais un outil efficace. “Même s’il n’est pas toujours facile de convaincre de l’intérêt d’une réserve foncière pour un projet à plus de 10 ans”, reconnaît Thierry Clerembaux, réserve mise à disposition temporairement à un agriculteur. Et d’ajouter : “sur l’A 28 et grâce à la SAFER, nous avons pu reconstituer plusieurs sièges d’exploitations”. 

Intérêt agricole et intérêt public
En favorisant le regroupement des exploitations et des propriétés, la SAFER veille à l’intérêt agricole. Une mission qu’elle concilie avec la défense de l’intérêt public comme le veut sa feuille de route. Concrètement, elle réalise des réserves foncières pour des aménagements collectifs (équipements publics, tourisme, zones artisanales, bandes cynégétiques...). “Entre Falaise et Sées, cette réserve foncière concerne 550 ha”, explique Hubert Séjourné, directeur de la SAFER de Basse-Normandie. Une opération financée par le Conseil régional. “450 ha (80 acquisitions) servent à compenser l’emprise publique par le truchement de remembrements et une centaine d’ha est destinée à élargir les voiries communales et départementales, à constituer l’assiette de plantations de haies, à mettre en place des bandes cynégétiques, à créer des zones d’activités...” Reste à trouver un concessionnaire à l’A 88. Une autre affaire mais pas l’affaire de la SAFER !
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie
“ L’enfumage du plan de relance ”
Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie qui fédère 170 ETA (Entreprise de Travaux Agricoles) au plan régional, est très…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Publicité