Aller au contenu principal
Font Size

Lait
Pour faire face à l’absence de prix, la réduction des charges est une priorité

76 producteurs de lait eurois ont répondu, mercredi dernier à Lieurey, à l’invitation de la section lait FDSEA pour un état des lieux précis de la production, le développement de quelques pistes de travail et la mobilisation annoncée de toute la profession.

76 producteurs eurois ont participé à cette réunion consacrée à la conjoncture laitière.
76 producteurs eurois ont participé à cette réunion consacrée à la conjoncture laitière.
© f. carbonell

“C’est important que vous ayez répondu favorablement à cette réunion de conjoncture sur la production laitière et son revenu” explique, en ouverture de cette réunion, le président de la FDSEA de l’Eure, Emmanuel Hyest. Devant lui, quelques 76 producteurs de lait ont pris place dans cette salle du foyer rural de Lieurey. Des producteurs eurois venus d’un peu partout pour tenter d’y voir plus clair mais aussi pour instaurer un vrai débat entre responsables professionnels et producteurs. Ce débat a eu lieu (voir version papier du 01/10/09).

Le poids d’une grève

Mais, avant cela, le directeur de la FNPL*, Gilles Psalmon a détaillé minutieusement la conjoncture lait, aussi bien dans sa configuration nationale, qu’européenne et mondiale.“En terme de chiffres avancés à propos de cette crise, il a circulé un peu n’importe quoi et n’importe comment. D’où notre volonté, ce soir, d’appréhender la question sur des bases sérieuses afin que les affaires de la production laitière soient évoquées de manière plus sereine et objective”. Voilà pour le cadre général. Gilles Psalmon s’est donc appliqué à disséquer la conjoncture économique de la production. Il s’est d’abord intéressé à la collecte “qui est en baisse en France depuis plusieurs mois” avec un recul de - 1,5 % durant cette campagne. “Mais, globalement, cette collecte est relativement stable.” Et à l’heure de la grève du lait ? “La semaine dernière - celle du début de la grève du lait - le recul constaté tourne autour des - 5 % sur la semaine. Nous sommes ici au début du mouvement engagé mais, effectivement, à l’échelle de la France, la baisse globale varie entre - 6 et - 7 %. Nous sommes, de fait, assez loin de ce qui est annoncé dans la nature !” commente le directeur de la FNPL. En Haute-Normandie, l’impact de cette grève se situerait autour des - 0,8 %. 

Une relative amélioration

Côté marchés, Gilles Psalmon est revenu sur le niveau des prix d’intervention avant de souligner, graphe à l’appui, “une relative amélioration des marchés depuis quelques semaines...” Pour le directeur de la FNPL, l’impact des produits industriels sur les marchés ne devrait pas être négatif. “A priori, en 2010, nous devrions sortir de cette crise et retrouver des prix plus acceptables.” Un optimisme mesuré mais qui a vraiment surpris l’assemblée. Surtout face aux incertitudes qui pèsent encore et toujours sur la production : son niveau de stock (avec l’attitude incertaine de l’union européenne sur le sujet), la réforme de la politique agricole commune (et le niveau de soutien à la production qui a complètement fondu...). Des changements de règles de fonctionnement qui feront dire à Gilles Psamon “que nous ne sommes plus dans le même monde que celui que nous avons vécu jusqu’en 2003 avec un niveau de soutiens incomparable...”

F.Carbonell

* FNPL : fédération nationale des producteurs de lait.

Retrouvez le débat qui a eu lieu

lors de cette réunion

dans notre version papier

du 1 octobre 2009

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
JA NORMANDIE
JA Normandie renouvelle son bureau
Après les élections départementales, JA Normandie a élu son nouveau bureau mardi 23 juin. Questions à Alexis Graindorge qui…
SAFER - JA NORMANDIE
Safer et JA de Normandie luttent contre l’accaparement des terres
En attendant une loi foncière, Safer et JA de Normandie s’organisent pour lutter contre le transfert opaque des terres. En 2019,…
Un pick-up lin conçu par la SAMA voit le jour
L’agriculture devra se passer du glyphosate d’ici quelques années. Les producteurs de lin anticipent l’arrêt de l’herbicide,…
Bureau JA 50
" Il y a encore des lignes à faire bouger "
Les JA de la Manche ont élu leur nouveau bureau vendredi 12 juin. A la tête de la structure, Luc Chardine, éleveur laitier en…
L’hétérogénéité des orges se confirme
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Publicité