Aller au contenu principal

Jeunes Agriculteurs
Pour fêter la PAC, les JA sonnent les cloches du ministère

Le syndicat souhaite (re)sensibiliser le gouvernement à la formation pour l'installation de jeunes en agriculture. Le ministère a, en effet, réduit son enveloppe de moitié.

Les JA ont choisi le thème “sonnez les cloches”. 
“Ce qui est malheureux, c’est que les stages installations ne représentent pas des sommes énormes” regrette Loïc Baillieul.
Les JA ont choisi le thème “sonnez les cloches”.
“Ce qui est malheureux, c’est que les stages installations ne représentent pas des sommes énormes” regrette Loïc Baillieul.
© V.M
Mercredi 19 avril, 7 heures. Ils sont une quarantaine devant la direction départementale de l’agriculture du Calvados. Si les employés de la DDAF ne sont pas arrivés, les jeunes agriculteurs du Calvados sont déjà en place. Le mot d'ordre de cette action nationale : “sonnez les cloches de l'administration pour protester contre la baisse des aides à l'installation”. Par l'intermédiaire de la directrice de la DDAF, le syndicat Jeunes Agriculteurs espère être entendu. Un budget insuffisant pour les formations 2006 Le syndicalisme reproche au gouvernement de tenir un double discours. "On nous parle de favoriser l'installation des jeunes, mais on ne nous en donne pas les moyens" explique Loïc Baillieul, le président de Jeunes Agriculteurs du Calvados. Le syndicalisme jeune a déjà mené une action en janvier pour la même raison. En assemblée générale la semaine dernière, ils ont décidé de renouveler la mobilisation. Et pour cause : une solution doit être trouvée rapidement. "Pour financer les stages six mois d'installation, chaque année, nous empiétons sur le budget de l'année suivante. Nous avons bouclé l'année 2005 avec l'enveloppe 2006. Cette année, l'état se désengage de six mois de financement des stages installations" explique Loïc Baillieul. Le problème est identique dans toutes les régions françaises. "Tous les ans, on dérape en prélevant sur l'enveloppe suivante. La situation devient de plus en plus critique. Là, nous avons six mois de retard et l'enveloppe continue de diminuer" poursuit le jeune syndicaliste. Selon ce dernier, la formation installation a fait ses preuves. Plus de 90 % des jeunes, qui la suivent, sont encore agriculteurs dix ans après. "Elle est utile et donne donc des résultats".Des DPU à reprendre arbitrairement L'autre revendication des JA porte sur l'application de la réforme de la politique agricole commune. Les Jeunes Agriculteurs exigent la reprise arbitraire des droits à paiements uniques des cédants. "Comme les jeunes n'ont pas d'historique pour calculer leurs droits à paiement unique, il faut une réserve. Afin d’abonder celle-ci, nous voulons que tous les DPU dormants des anciens exploitants soient repris arbitrairement. Dans certains cas, ils sont gardés même s'il est impossible de les utiliser. Ce sujet concerne tous les agriculteurs, car il pourrait y avoir un fort taux de prélèvement pour la réserve". Les JA attendent désormais des réponses du ministre de l'agriculture. Cependant, ils se disent déjà prêts à durcir le mouvement. V. MotinL'Etat réduit son engagement de moitié L'engagement de l'État avoisinait la somme de 45 000 euros pour un département comme le Calvados. En divisant par deux son enveloppe, l’Etat se désengage de six mois de financement des formations à l'installation. "Notre but est de maintenir le budget global à travers l'État, mais aussi tous les partenaires de l'installation de jeunes en agriculture" détaille Jean-Yves Heurtin, président de Jeunes Agriculteurs Normandie.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Six installations plutôt qu'un (des) agrandissement(s) en Normandie
Safer et JA Normandie ont réuni, samedi dernier à Petit-Caux près de Dieppe (76), les acteurs d'une opération foncière inédite…
Les organisateurs ont présenté l'affiche officielle et le programme, lundi 25 mars 2024 à Lisieux.
La foire de Lisieux de retour ce week-end du 6 et 7 avril 2024
Habituellement organisée début mai, la Foire de Lisieux revient dès le 6 et 7 avril 2024 pour cette nouvelle édition. Au…
GAGNEZ 2 PLACES POUR LE MATCH SMC - LAVAL
Jeu concours pour aller encourager votre club normand au stade d'Ornano !
Nicolas Legentil était l'hôte d'une porte ouverte allaitante, jeudi 14 mars, à Brémoy. Il a fait visiter son exploitation aux 250 invités.
[EN IMAGES] Taurillons : le Gaec Legentil expose son savoir-faire dans le Calvados
Jeudi 14 mars 2024, le Gaec Legentil a accueilli plus de 250 personnes sur son exploitation, à Brémoy, dans le Calvados, pour une…
Le nouveau bureau de la FNPL (Fédération nationale des producteurs de lait) a été élu. Il est présidé par Yohann Barbe, producteur dans les Vosges.
Ludovic Blin et Benoit Gavelle, deux Normands dans le bureau de la FNPL
Depuis le 9 avril 2024, en succédant à Thierry Roquefeuil, Yohann Barbe devient le nouveau président de la FNPL (Fédération…
Hervé Morin, président de la Région Normandie et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur à Le Molay-Littry pour présenter le plan "reconquête de l'élevage allaitant", en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et en présence du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin
C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé à Le Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…
Publicité