Aller au contenu principal

FISCALITE
Pour payer moins d’impôts et de cotisations sociales : changer sa date de clôture

Il est possible de changer sa date de clôture d’exercice chaque année. Objectif : réduire le montant des impôts et des cotisations sociales

Pour tirer pleinement profit du changement de date de clôture pour 2008, il faut se poser la question dès janvier.
Pour tirer pleinement profit du changement de date de clôture pour 2008, il faut se poser la question dès janvier.
© DR
La loi autorise à changer la date de clôture de son exercice comptable chaque année. Cette opération de gestion permet d’abaisser le montant de ses revenus au titre d’une année ou d’anticiper une hausse de revenus l’année suivante. Les motivations peuvent être conjoncturelles, en fonction des productions, création sociétaire, cessation d’activité, choix techniques... Le principe consiste soit à réduire la durée de l’exercice, soit à la rallonger. La réduction permettra de baisser le montant du bénéfice agricole pour l’année concernée et donc réduire son niveau d’imposition. Couplée à une moyenne triennale fiscale et sociale, la réduction de l’exercice comptable constitue donc un levier très intéressant pour diminuer les prélèvements obligatoires de manière durable avec un effet sur 3 ans. L’année précédant la cessation totale de l’activité, cette solution est d’ailleurs souvent recommandée. Quant à l’allongement de la durée de l’exercice, elle peut produire l’effet inverse. Elle participe à l’augmentation des revenus par rapport aux années précédentes. Cette orientation ne s’envisage donc en général que la dernière année bénéficiant d’un quotient familial élevé ou en prévision d’une option sociale annuelle. Néanmoins, dans une phase difficile, l’allongement de la durée d’exercice est un excellent moyen d’anticiper un retournement conjoncturel plus favorable, avec une hausse des revenus.

Possible chaque année
Jusqu’en 2006, un agriculteur pouvait modifier sa date de clôture seulement tous les cinq ans. Depuis 2007, toutes les exploitations agricoles, en individuel ou en société, peuvent changer leur date de clôture chaque année. Un bilan comptable devra être établi au minimum annuellement mais les exercices pourront faire plus ou moins de 12 mois.
Si pour les exploitants individuels, le changement est simple (l’administration sera informée de la date de clôture lors du dépôt des déclarations fiscales), il n’en est pas de même pour les sociétés civiles. Si la date de clôture est mentionnée dans les statuts du Gaec, de l’EARL ou de la SCEA, il conviendra de procéder, avant la nouvelle date choisie, à une modification statutaire en indiquant la nouvelle date de clôture. Cette modification devra être déposée au greffe du tribunal de commerce dans les 30 jours. Si la date de clôture n’est pas mentionnée dans les statuts, il faudra réaliser un procès verbal d’assemblée générale ordinaire avant la nouvelle date choisie. Le changement de date de clôture, comme toute opération de gestion, s’effectue à bon escient à la suite d’une réflexion approfondie et chiffrée

Quand raccourcir son exercice ?

Quand la conjoncture est favorable;

En cas de revenu exceptionnel.

Quand le nombre de parts fiscales diminue.

 

Quand allonger son exercice ?

Quand on veut optimiser la dernière année bénéficiant d’un quotient familial élevé.

Quand on dégage un déficit 

Des échéances à respecter pour les sociétés
Exemple 1 : exploitant individuel
Monsieur Lelait a clôturé ses comptes le 31 octobre 2007. Pour limiter ses prélèvements sociaux et fiscaux au titre de l’année 2008, il choisit de clôturer ses comptes le 31 janvier 2008. L’administration fiscale sera informée de ce choix lors du dépôt des déclarations de 2008, donc en avril 2009 : elle constatera que l’exercice est de 3 mois.

Exemple 2 : société
Le GAEC Lolo a clôturé ses comptes le 31 octobre 2007. Les associés ont décidé de clôturer les comptes le 31 janvier 2008 pour limiter les prélèvements sociaux et fiscaux. Ils devront vérifier dès janvier 2008 dans leurs statuts si la date de clôture y figure.
-   si la date de clôture est inscrite dans les statuts : les associés devront procéder à une modification statutaire afin d’y faire figurer la nouvelle date choisie puis déposer la modification dans les 30 jours qui suit la nouvelle date au greffe soit avant le 29 février 2008.
-    si la date de clôture n’est pas mentionnée dans les statuts : les associés devront  réaliser une assemblée générale ordinaire avant la nouvelle date choisie soit avant le 31 janvier 2008.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Six installations plutôt qu'un (des) agrandissement(s) en Normandie
Safer et JA Normandie ont réuni, samedi dernier à Petit-Caux près de Dieppe (76), les acteurs d'une opération foncière inédite…
La haie en session CAN : plein les bottes d'attendre
La CAN (Chambre d'agriculture Normandie) s'est réunie en session le 15 mars 2024. Le 15 mars, c'est aussi la date…
Les organisateurs ont présenté l'affiche officielle et le programme, lundi 25 mars 2024 à Lisieux.
La foire de Lisieux de retour ce week-end du 6 et 7 avril 2024
Habituellement organisée début mai, la Foire de Lisieux revient dès le 6 et 7 avril 2024 pour cette nouvelle édition. Au…
GAGNEZ 2 PLACES POUR LE MATCH SMC - LAVAL
Jeu concours pour aller encourager votre club normand au stade d'Ornano !
Nicolas Legentil était l'hôte d'une porte ouverte allaitante, jeudi 14 mars, à Brémoy. Il a fait visiter son exploitation aux 250 invités.
[EN IMAGES] Taurillons : le Gaec Legentil expose son savoir-faire dans le Calvados
Jeudi 14 mars 2024, le Gaec Legentil a accueilli plus de 250 personnes sur son exploitation, à Brémoy, dans le Calvados, pour une…
Hervé Morin, président de la Région Normandie et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur à Le Molay-Littry pour présenter le plan "reconquête de l'élevage allaitant", en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et en présence du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin
C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé à Le Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…
Publicité