Aller au contenu principal

Crise porcine
Pour un plan de sauvetage

Coup de semonce des producteurs de porcs à Rennes ce mardi. Face à la crise qui menace la pérennité de nombreux élevages, 200 producteurs de tout l’Ouest de la France sont venus sensibiliser les automobilistes aux difficultés de leur filière

Avec un coût de revient à 1,58€ le kilo pour un prix de vente qui stagne à moins d’1,20€, les producteurs  de porcs  subissent un véritable étau fait de prix de vente en baisse et de coûts de production en hausse.
Avec un coût de revient à 1,58€ le kilo pour un prix de vente qui stagne à moins d’1,20€, les producteurs de porcs subissent un véritable étau fait de prix de vente en baisse et de coûts de production en hausse.
© JR
Avec un coût de revient à 1,58€ le kilo pour un prix de vente qui stagne à moins d’1,20€, les producteurs de porcs subissent un véritable étau fait de prix de vente en baisse et de coûts de production en hausse. En cause, l’augmentation du coût des aliments du bétail directement liée à la flambée des prix des céréales constatée sur les marchés mondiaux. Or, l’alimentation représente 60% du prix de revient. Dans le même temps, la production européenne est devenue excédentaire par rapport aux débouchés, une situation aggravée par la perte de compétitivité à l’exportation due aux conditions sociales et environnementales de production imposées en Europe. Dans ces conditions, Yvan Fourré, administrateur à la FNP, a expliqué : « Les mesures de trésorerie ne sont pas suffisantes. Nous demandons un véritable plan de sauvetage comprenant des restitutions à l’exportation d’un niveau suffisant pour dégager le marché. » 2000 producteurs distribuant des tracts aux portes de Rennes, c’est une démarche de communication initiée par la Fédération Nationale Porcine. Une centaine d’éleveurs mobilisés par les FDSEA et les JA de Normandie et les groupements de producteurs, renforcés par cinquante producteurs du Nord de l’Ille-et-Vilaine, ont ainsi bloqué une des sept voies d’accès principales à Rennes, en l’occurrence l’A84. A plus fort du filtrage, on comptait cinq kilomètres d’embouteillage sur l’A84. Si certains automobilistes montraient des signes d’agacement, la plupart d’entre eux restaient stoïques et faisaient preuve de compréhension face au désarroi des producteurs. La délégation reçue par le préfet de Bretagne, Jean Daubigny, a largement exposé ses revendications. Elle a obtenu un rendez-vous exceptionnel ce jeudi 21 février au ministère de l’agriculture.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

JA 61
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs est en place
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs de l’Orne est en place depuis mardi 19 avril 2022, pour la mandature 2022-2024. L’…
De 50 t à 0 t de tourteau de colza
Il fut un temps où Damien Odienne achetait 50 tonnes de tourteau de colza par an pour compléter la ration de ses laitières et…
fromage AOP Normandie - Livarot
Fromage AOP de Normandie : il faut sauver le colonel
Depuis quelques années, le livarot peine à séduire les consommateurs. La production du fromage aux cinq laîches ne cesse de…
Région politique agricole
La Région Normandie dévoile sa politique agricole 2023-2027
Les élus prévoient un programme co-construit avec la profession, simplifié, d’un montant de 60 millions d’euros par an. Les…
Agrial, ferme grandeur nature
Agrial lance sa Ferme grandeur nature en juin
La coopérative agricole Agrial a décidé d’ouvrir les portes de deux fermes adhérentes lors d’un nouvel événement intitulé : Ferme…
FDSEA 50, conférence de presse
La souveraineté alimentaire prend du plomb dans l’aile
La FDSEA de la Manche ne veut pas jouer les oiseaux de mauvais augure mais prévient déjà que, pour certains produits comme la…
Publicité