Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Tensions dans le lait
Premier round de négociations positif pour les producteurs

Le 12 août, producteurs et industriels laitiers se sont donnés rendez-vous à l’interprofession, les seconds annonçant qu’ils acceptaient de revenir sur leurs prix prévus pour le troisième trimestre 2010, le groupe Bel s’engageant déjà, lui, à augmenter de 10 % le prix en 2010. Mais les producteurs restent prudents et mobilisés.

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Arial; panose-1:2 11 6 4 2 2 2 2 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:3 0 0 0 1 0;} @font-face {font-family:TimesNewRoman; panose-1:0 0 0 0 0 0 0 0 0 0; mso-font-alt:Courier; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-format:other; mso-font-pitch:auto; mso-font-signature:3 0 0 0 1 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; mso-bidi-font-size:10.0pt; font-family:"Times New Roman"; mso-ascii-font-family:Arial; mso-fareast-font-family:"Times New Roman"; mso-hansi-font-family:Arial; mso-bidi-font-family:"Times New Roman";} strong {mso-bidi-font-weight:bold;} em {mso-bidi-font-style:italic;} p.4TEXTEnouvellemaquette, li.4TEXTEnouvellemaquette, div.4TEXTEnouvellemaquette {mso-style-name:"4TEXTE nouvelle maquette"; margin-top:0cm; margin-right:0cm; margin-bottom:0cm; margin-left:14.2pt; margin-bottom:.0001pt; text-align:justify; text-indent:14.2pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; mso-bidi-font-size:10.0pt; font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-font-family:"Times New Roman";} @page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;} div.Section1 {page:Section1;} --> /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:"Times New Roman"; mso-ascii-font-family:Cambria; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-theme-font:minor-fareast; mso-hansi-font-family:Cambria; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi;}

Les tractations entre producteurs laitiers et industriels sur le prix du lait pour le troisième trimestre 2010 ont progressé le 12 août, mais leur issue définitive reste suspendue à la tenue d’une réunion de l’interprofession ces prochains jours, la date n’étant pas encore connue. Longues et âpres, ces négociations ont finalement abouti à des avancées positives pour les producteurs : « Tous (les industriels, ndlr) ont pris l’engagement de revenir sur leurs annonces de prix du troisième trimestre dans le respect » de l’accord du 3 juin 2009, ont déclaré la FNSEA, Jeunes Agriculteurs (JA) et la FNPL (Fédération nationale des producteurs de lait), n’hésitant pas à parler de « victoire syndicale ». Un peu plus tôt le matin, dans les colonnes de Ouest-France, le ministre de l’Agriculture, Bruno Le Maire, mettait la pression sur les industriels : « Il faut que des négociations s'ouvrent dans les jours qui viennent et qu'elles aboutissent rapidement », ajoutant : « Les producteurs doivent savoir à quel prix leur sera payé le lait en 2010.  Et ils doivent être justement rémunérés pour le difficile travail qu'ils font ».

En délégation, les trois organisations professionnelles agricoles ont rencontré le 12 août, à partir de 11h, et dans les locaux de leur siège social, les dirigeants de cinq grands noms de la transformation laitière, les groupes coopératifs Sodiaal (Yoplait) et Laïta, et les industriels privés Lactalis (Camembert Président), Bongrain (Caprice des Dieux) et Bel (Vache qui rit). L’ultimatum lancé aux industriels le 4 août avait expiré et, comme promis, les producteurs sont venus « demander des comptes » et l’application de l’accord du 3 juin 2009, selon lequel les transformateurs doivent consentir une hausse de prix de 31,10 euros par 1 000 litres sur le troisième trimestre 2010, soit 3 centimes de plus le litre, et une augmentation du prix de 10 % sur l’ensemble de l’année, eu égard à la remontée des cours des produits laitiers sur les marchés.

 

Indicateur de compétitivité

En fin d’après-midi, les industriels privés s’engageaient à respecter l’accord du 3 juin, le groupe Bel acceptant le premier une augmentation de près de 10 % du prix du lait en 2010 par rapport à 2009, et de payer le lait 330 euros les 1 000 litres en juillet. Une annonce qui a pesé lourd dans les mouvements observés ensuite chez les autres transformateurs. Réunis au sein de la Fédération nationale des industries laitières (FNIL), les groupes privés ont appelé un peu plus tard à « une reprise rapide des négociations interprofessionnelles dans le cadre de l’accord du 3 juin », la FNIL soulignant que pour elle « l’accord de 2009 est un tout : la mise en place de (l’)indicateur de compétitivité est indispensable à l’application de l’accord et à son évolution favorable d’ores et déjà attendue pour 2010 ». Est-elle prête en revanche à accepter que cet indicateur ne soit activé qu’en 2011 ? A suivre…

A Paris, le groupe coopératif Sodiaal, avec lequel a négocié notamment le secrétaire général de la FNSEA, Dominique Barrau, a voulu témoigner plus de retenue. Son président, François Iches, a ainsi déclaré que le groupe s’engageait à participer à une réunion interprofessionnelle pour remettre sur la table « le prix du lait du troisième trimestre, l’écart de compétitivité avec les pays voisins et l’Allemagne, et le différentiel double prix, double quota », cher aux coopératives laitières regroupées au sein de la FNCL. Le Conseil d’administration de Sodiaal devait encore valider cette décision. Dominique Barrau a ajouté de son côté que le groupe s’était aussi engagé « à ne pas freiner l’application de l’accord du 3 juin 2009 sur le troisième trimestre 2010 », pendant que les producteurs consentaient « à intégrer dans le calcul du prix du lait pour 2011 un indicateur de compétitivité ». Pour 2011 uniquement.

« Une bonne pression »

La FNSEA, les JA et la FNPL étaient donc satisfaits de résultats « obtenus par une bonne pression sur le terrain » mais demeuraient prudents : « Nous attendons la semaine prochaine et la réunion », a insisté Dominique Barrau. Plus tard, les trois organisations agricoles se disaient « rassurées mais encore mobilisées » et « vigilantes ». Pour elles, la prochaine réunion devra « permettre de conclure sur le prix annuel 2010 » et « la prise en compte de l’indicateur de compétitivité avec l’Allemagne », mais aussi de « travailler sur la problématique des coûts de production des éleveurs et sur celle des volumes à mettre en production ».

Depuis trois semaines, les producteurs avaient intensifié leur mouvement de pression à l’encontre des industriels réfractaires à l’application de l’accord du 3 juin. Des opérations de stickage des produits laitiers ne les rémunérant pas correctement, avaient été multipliées en GMS, sur tout le territoire national, afin d’inviter les consommateurs à ne pas les acheter. Le 12 août au soir, la FNSEA, les JA et la FNPL ont appelé les producteurs à suspendre « pour l’instant » leurs actions de boycottage, jusqu’à la prochaine rencontre.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
Publicité