Aller au contenu principal

Premières coupes : quelques déceptions pour les bonnes terres

Les orges sont bonnes, les colzas et les blés un peu décevants par rapport aux attentes.C’est ce qui ressort du “tour moisson” réalisé en début de semaine en Basse-Normandie.

 

Les moissons ont démarré avec finalement moins d’avance que prévu. Les premières coupes ont été réalisées dans le tempo d’une année normale, avec tout juste une semaine d’avance par endroits. En début de semaine, l’Agriculteur Normand a fait le tour des collecteurs de Basse-Normandie, afin de dégager les premières tendances, en rendement et en qualité. Les orges sont bonnes. Les petites terres offrent parfois de bonnes surprises en colza et en blé. La plaine de Caen déçoit un peu. La météo semble vouloir jouer les troubles fête, ce qui pourrait dégrader la qualité des blés.

Agrial
Sébastien Lemaistre responsable achat-collecte (Orne, Manche, Calvados, Sarthe, Indre et Loir, Ille-et-Vilaine, Mayenne)
Orge - En début de semaine, les orges étaient presque toutes récoltées. Les résultats sont assez bons, en rendement et en qualité, avec des poids spécifiques (PS) entre 63 et 68 kg/hl.

Colza - En début de semaine, 70 % des colzas étaient rentrés pour la zone de collecte Agrial. Les rendements sont un peu décevants dans le secteur bas normand, alors qu’ils sont bons au sud de notre zone. En plaine de Caen, des parcelles qui semblaient très prometteuses, n’affichent “que” 35-40 qx, ce qui est moyen pour la zone. Cette année ne sera certainement pas un grand cru en colza pour la Basse-Normandie.

Blé - Les moissons étaient réalisées à 40 % en début de semaine, sur la zone Agrial. Les rendements sont très hétérogènes et dans les départements du Sud de notre zone de collecte (Sarthe, ...), les pluies à maturité des cultures ont dégradé les poids spécifiques. Il y a de gros écarts de résultats entre les variétés précoces et les tardives qui ont mieux résisté aux pluies. Pour la Basse-Normandie, notre zone nord de collecte, les qualités sont meilleures, car les cultures ont reçu moins d’eau à maturité. Les rendements sont en revanche très hétérogènes. Avec une forte pression maladies cette année, de gros écarts sont constatés entre variétés et même au sein d’une même parcelle. Dans la région, les rendements des premières coupes sont souvent un peu décevants par rapport aux attentes, notamment en plaine de Caen. Dans l’Orne, nous avons de très bons échos, notamment dans les petites terres. Pour la suite et la qualité des blés, tout dépendra de la météo à venir.

Appro-Vert
Florian Baloche, (Orne             et Sud Calvados)
Orge - Globalement, nous avons de bons rendements en orge, avec une moyenne de 75 qx/ha environ et certaines pointes dépassant 90 qx/ha. Les cultures étaient belles et les coupes n'ont pas déçu les espoirs. La qualité est convenable, avec des PS (poids spécifique) autour de 65 kg/100 l.

Colza - En début de semaine, 55 % des colzas de notre zone étaient
battus. Les rendements sont satisfaisants autour d'une moyenne de 37-38 qx/ha. Les colzas semés en terres légères ont donné de bonnes surprises. Il y a eu de bons niveaux d'humidité toute l'année et les cultures n'ont pas souffert dans ces terres superficielles. En bonnes terres, les rendements sont satisfaisants, équivalant à ceux de l'an dernier avec quelques petites déceptions. Certaines parcelles qui laissaient espérer de très bons rendements à 47 ou 48 qx n'en ont finalement donné que 40. La qualité est bonne, à 7,5 % d'humidité et avec très peu d'impuretés, contrairement à l'an dernier. Nous ne connaissons pas encore les concentrations en huile.
Nous conseillons à nos clients de moissonner les blés avant de récolter les colzas plus tardifs. Il y a encore du potentiel à gagner sur ces cultures et les nouvelles variétés s'égrènent moins, même si le risque d’orage n'est pas écarté.

Blé - Un peu moins de la moitié des blés était moissonnée en début de semaine. Les premiers résultats laissent apparaître de bons rendements proches des 80 qx/ha de moyenne, avec certaines très bonnes parcelles.
Les conditions de récolte sont très bonnes jusqu'à présent. Nous avons eu très peu d'eau depuis 15 jours et notre secteur a été épargné par les orages. Nous n'avons pas les difficultés de grains germés rencontrés dans l'est de la France. La qualité est assez bonne, avec des PS et des taux d'humidité dans la norme. En revanche, les taux de protéines, 10 % en moyenne, sont un peu bas. Compte tenu des difficultés de l'année de qualité des blés français, nous espérons satisfaire aux critères portuaires.

Piednoir SA
Benoît Piednoir, Secteur bocage ornais, limite Calvados
C’est une année très particulière et orageuse pour moissonner dans notre zone, alors que des zones voisines ont pu démarrer la moisson sans problème. En début de semaine, nous n’avions pas rentré beaucoup plus que les orges, avec des rendements et des qualités corrects.

Colza - La moisson était avancée à 20 % en début de semaine, avec des rendements entre 30 et 45 qx/ha.

Blé - Nous n’avions que 15 à 20 % de récoltés en début de semaine, avec des PS corrects.
Désormais, il nous faut une plage de beau temps qui dure un peu, pour réaliser la moisson dans de bonnes conditions. Rien n’est joué et des pluies mal venues pourraient dégrader la qualité des blés arrivés à maturité.

Coopérative de Creully
Stéphane Carel, directeur     de la Coopérative de Creully, Nord et Ouest Calvados, limite Manche
Les moissons ont démarré, mais en début de semaine, les premiers résultats ne sont pas significatifs de l’ensemble de notre collecte à venir, car les moissons ne sont pas suffisamment avancées.

Orge - Les résultats des orges semblent satisfaisants à bons.

Colza - Les premiers résultats donneraient des rendements moins bons que ceux de l’an dernier.

Blé - Les premières coupes (20 % de moissonnés) montraient en début de semaine des résultats satisfaisants. Les rendements semblent néanmoins très hétérogènes. La qualité serait correcte, et un peu faible en protéine.
Alexis dufumier

France : la qualité du blé en question

“La France ne pourra pas satisfaire tous ses clients en blé”, prévient François Luguenot, responsable de l’analyse des marchés chez InVivo. si le volume de la moisson ne fait pas défaut, la qualité est en cause. “Il y aura plus de fourragers par rapport aux autres années”, avance-t-il, encore prudent en termes de chiffrage. Objet d’une attente particulière cette année, le taux de protéines semble relégué au second plan. Les épisodes de pluie et de fraîcheur durant la récolte ont entraîné des germinations. Un phénomène marqué dans l’Est. Des problèmes de poids spécifiques sont signalés “partout en France”, mais qui ne sont “pas tragiques”, d’après François Luguenot. “Le Hagberg est, lui, rédhibitoire : en Bourgogne, les temps de chute sont mauvais”, indique-t-il, évoquant ce critère de qualité meunière du blé. La société de conseil Offre et demande agricole (ODA) souligne “l’inquiétude” du marché : “la prime blé meunier rendu Rouen s’est amplifiée de 5 euros/t en dix jours, à +3 euros/t, avec une évolution inverse pour la décote du blé fourrager, à
- 17 euros/t”. D’autres pays ont des soucis qualitatifs, notamment le sud de l’Allemagne, la République tchèque, la Bulgarie, la Roumanie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie
“ L’enfumage du plan de relance ”
Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie qui fédère 170 ETA (Entreprise de Travaux Agricoles) au plan régional, est très…
MANIFESTATION FDSEA 50 JA 50 JANVIER 2021
Une mobilisation active devant les grilles de la préfecture
Le 19 janvier, les adhérents de la FDSEA et des JA de la Manche étaient appelés à se mobiliser devant la préfecture pour dénoncer…
Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14)
La boucherie Mesnil en plein rush
La découpe bat son plein à la boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14), où la période des fêtes a été synonyme de nombreuses…
Publicité