Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Contrôle obligatoire du pulvérisateur.
Préparez votre matériel

Le contrôle obligatoire a pour objectif de s’assurer du bon état des matériels, en tenant compte de leur conception d’origine. Les pulvérisateurs doivent être : - aptes à un usage correct, à savoir capables de réaliser le traitement souhaité ; - correctement entretenus : à ce titre, seuls les défauts d’usure et de vieillissement sont pris en considération.

Pour réussir cet “examen”, mettez toutes les chances de votre côté en préparant votre pulvérisateur. Pour éviter une contre visite complète, les gros défauts doivent impérativement être corrigés préalablement au contrôle.
Dès la fin de l’année, les contrôles vont réellement commencer. Ils seront majoritairement réalisés chez les marchands réparateurs, par des Organismes d’inspection indépendants. Cette organisation devrait permettre d’effectuer immédiatement quelques réparations ou remplacements de pièces simples et de repasser une contre visite partielle, si celle ci est exigée.

Examen préliminaire
Au cours de cette première phase, l’inspecteur va s’assurer de l’état général du matériel. Si un défaut important est constaté, le contrôle est arrêté. Le propriétaire doit reprendre un nouveau rendez vous et finalement payer un second contrôle.

Les points rédhibitoires :     contre-visite complète obligatoire
- Propreté : (santé contrôleur, pollution des eaux). Faire un lavage sérieux (intérieur et extérieur, filtres, bouts de rampe…). L’utilisation du nettoyeur haute pression et de produits neutralisants est fortement recommandée.
- Sécurité : protection de cardan en bon état, protection au niveau des pièces tournantes, raccords hydrauliques en bon état, bonne fixation au châssis des principaux organes (cuve, pompe, rampe…).
- Fuites : remplir le pulvérisateur ou prévoir au moins 500 l d’eau dans la cuve pour le contrôle. Il ne doit pas y avoir de fuite.
- Fonctionnement : vanne générale, régulation… La mise en route et l’arrêt du pulvérisateur uniquement en utilisant la prise de force est éliminatoire.
- Débrayage du ventilateur : obligatoire pour les appareils équipés (depuis 1995).
- Tracteur : tracteur inhabituel empêchant d’effectuer tous les contrôles (DPA avec capteur de vitesse sur le tracteur).
- Agriculteur ou son représentant : absent au contrôle.

Contrôle
Si l’examen préliminaire ne pose pas de problème, le contrôle se poursuit avec des examens visuels et de fonctionnement plus approfondis, des contrôles de pression, des mesures de débit des buses…

Les défauts à éviter :         contre-visite partielle
Etat général
- Déformations, modifications, corrosion … sur châssis, attelage…
- Fuites de bouillie pendant le fonctionnement du pulvérisateur :
• mineures (1 goutte toute les 5 secondes) : moins de 3 fuites mineures ;
• majeures (>1 goutte toutes les 5 secondes) : pas de fuite majeure.
- Liaisons hydrauliques coté pulvérisateur : fuite d’huile (>1 goutte par minute), flexible endommagé.
- Pneumatiques : usure excessive, coupure importante.

Pompe
- Fuite d’huile majeure : >1 goutte par minute.
- Pulsation : >0,4 bar, jusqu’à 6 bars de pression.
- Cloche à air : membrane percée.

Cuve
- Bouchons : cassés ou fêlés.
- Indicateur de niveau : absent, non fonctionnel, illisible.
- Incorporateur de produit (pour les appareils équipés) : vannes non fonctionnelles, conduites absentes ou détériorées…

Appareillage de mesure, commandes et régulation
- Commande de fermeture générale : non fonctionnelle.
- Commandes des tronçons : non fonctionnelles.
- Régulation de la pression : non fonctionnelle, instable (variation de pression >10 % au bout de 5minutes).
- Indicateur de pression : aiguille cassée, illisible, décalage >0,5 bar à l’arrêt.
- Autres indicateurs pour la régulation (vitesse avancement, débitmètre) : précision >5 %.

Flexibles et canalisations
- Usure majeure des tuyaux (lésions, raccords inadaptés…).

Filtres
- Tamis perforé.

Rampe
- Structure :
• déformation verticale >1 % de la demi largeur de rampe (soit plus de 9 cm pour une rampe de 18 m, à droite ou à gauche) ;
• déformation horizontale : >2 m (largeur de rampe <16 m), >3 m (rampe de 16 à 30 m), >4 m (rampe >30 m) ;
• corrosion, fissures…risquant d’affaiblir la solidité ;
• absence de protection des buses d’extrémité.
- Comportement : jeu trop important aux articulations ne permettant pas de respecter les plages de déformation tolérées.
- Réglage en hauteur ou suspension non fonctionnels (appareils équipés).
- Porte-jets : écart inter-buses >2,5 cm (pour un montage tous les 50 cm), cassés ou fêlés.
Buses
- Types différents : classiques et antidérive, par exemple.
- Calibres différents : couleurs, normes.
- Angles de jets différents : 80, 110 ou 120°.
- Usure partielle : moins d’un tiers des buses ont une usure >10 % (remplacer les buses usées).
- Usure globale : plus d’un tiers des buses ont une usure >10 % (Changer le jeu de buses complet).
- Obstacle sous les jets (tuyaux, châssis…) : formation de plus d’une goutte toutes les 5 secondes.

Soufflerie (atomiseurs…)
- Ventilateur : caisson perforé, désaxé, pales cassées, entraînement défectueux.
- Distribution d’air : sortie modifiée, déformée.

Quand dois-je faire contrôler mon matériel ?
Les délais pour faire contrôler votre pulvérisateur sont établis en fonction de votre numéro SIREN. Les numéros se terminant entre 00 et 19 feront partie de la 1re tranche. Les numéros entre 20 et 39 seront dans la 2e tranche, etc… Si vous ne détenez pas de numéro SIREN, votre contrôle devra être réalisé dans la première tranche (tableau).
Un contrôle concluant que le pulvérisateur est en bon état est valable pour une durée de 5 ans.
Si le contrôle conclut que le pulvérisateur n’est pas en bon état, vous disposez de 4 mois pour faire réparer votre matériel et le soumettre à une contre visite totale ou partielle.
Les exceptions
- Appareil neuf acheté depuis moins de 5 ans : contrôle jusqu’à 5 ans après la première mise sur le marché
- Appareil ayant eu un contrôle PULVEMIEUX positif en 2007 et 2008 : contrôle jusqu’à 5 ans après la date du contrôle
PULVEMIEUX.
Christian SAVARY 
Chambre d'Agriculture de la Manche
csavary@manche.chambagri.fr
www.manche.chambagri.fr

Où faire contrôler votre pulvérisateur ?
14 - NORMANDIAG’PULVE (02 31 53 55 15) en partenariat avec Agri Bessin, Agri Bocage, Bacheley, Briard, Claas Agriculture, Derouet Henri, Lacroix, Ruaux Agri, Sama, Scop Bouchard, Soetaert, Touchard, Bel’Agri, Lebaudy…
- Ets Ducastel (02 32 80 80 80 - En instance d’obtention Agrément).

50 - NORMANDIAG’PULVE (02 33 06 48 26) en partenariat avec Guillet, Marquer, Mécasaire, Perrard, Simon, Bellamy, Jouenne, SM3, Charruel motoculture, Lebaudy.

61 - EURO PULVE (06 07 54 13 13) en partenariat avec Ets Lhermite (02 33 27 98 11).
- NORMANDIAG’PULVE (02 33 80 82 90) en partenariat avec Beaufils, Ermeneux, Simon, Lebaudy, Aguillé, Huard, Sodemagri, Forget-Raux, Sama, Derouet Henri.
- Normandie Contrôle Pulvé (06 08 03 33 90).
- Ets Ducastel (02 32 80 80 80 - En instance d’obtention Agrément).
- Ets Duret (02 33 28 04 26 - En instance d’obtention Agrément).
- Groupe Lecoq (02 33 85 21 50 - En instance d’obtention Agrément).

27 - EURO PULVE (06 07 54 13 13) en partenariat avec Ets Lhermite.
- Normandie Contrôle Pulvé (06 08 03 33 90).
- Ets Ducastel (02 32 80 80 80 - En instance d’obtention Agrément).

76 - EURO PULVE (06 07 54 13 13) en partenariat avec Ets Neuville, Ets Agripol, Ets Rose.
- Normandie Contrôle Pulvé (06 08 03 33 90).
- Ets Ducastel (02 32 80 80 80 - En instance d’obtention Agrément).

La liste des concessionnaires pour la Basse-Normandie va encore évoluer dans les prochains mois.

Information : listing réactualisé des agents agréés par les préfets de région sur le site https://gippulves.cemagref.fr rubrique “Les organismes d’inspection”.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fermer les abattoirs, c’est tuer les éleveurs
Dimanche 7 juin 2020, le préfet de la Manche a pris la décision de fermer le dernier abattoir de la Manche, à Saint-Hilaire-du-…
MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
JA NORMANDIE
JA Normandie renouvelle son bureau
Après les élections départementales, JA Normandie a élu son nouveau bureau mardi 23 juin. Questions à Alexis Graindorge qui…
Le soja normand prend de l’ampleur
En 2019, la Région lance un appel à projets pour son plan protéines végétales. Le Soja made in Normandie (SMN), alliant, entre…
SAFER - JA NORMANDIE
Safer et JA de Normandie luttent contre l’accaparement des terres
En attendant une loi foncière, Safer et JA de Normandie s’organisent pour lutter contre le transfert opaque des terres. En 2019,…
Maltot exauce le vœu de la ruralité
Maltot, pour ceux qui ne connaissent pas, c’est son château, sa MFR et son Bœuf en fête. La commune compte 1 095 habitants, se…
Publicité