Aller au contenu principal
Font Size

Près de 50 bovins périssent dans un incendie à Boischampré

Vendredi 14 février 2020, à Boischampré (61), un incendie s’est déclenché, peu avant 9h. Près de 50 bovins ont péri, dont 40 veaux. Les pompiers restent mobilisés pour sécuriser les lieux.

« Je soignais les veaux ce matin. Quand je me suis retourné, il y avait le feu partout », raconte Vincent Genissel, agriculteur à Boischampré dans l’Orne. Vendredi 14 février 2020, 40 veaux, un taureau et cinq vaches ont péri dans l’incendie qui a ravagé le Gaec de La Grande-Rivière. Plusieurs bâtiments agricoles sont détruits, 1 200 t de paille ont brûlé. Plusieurs casernes de pompiers étaient mobilisées sur les lieux, notamment Ecouché, Mortrée, Rânes, Alençon et Argentan. La maison d’habitation n’a pas été touchée. La cause de l’incendie n’est pas encore déterminée.

La solidarité est là

Près de 150 animaux ont été sauvés grâce à l’aide des voisins et des collègues agriculteurs. « Les copains ont pris des bêtes en pension. Je remercie tous les habitants de Saint-Christophe-le-Jajolet qui sont venus nous aider », salue Vincent Genissel. L’exploitant est associé avec Françoise, Quentin, Romain et Adeline. En fin de journée, un ballet de trois manitous et un tracteur fourche évacuait la paille encore fumante, pour l’étaler dans un champ et l’aider à se consumer.  « Les pompiers refroidissent les godets à chaque passage. Les agriculteurs maîtrisent la conduite de leurs engins. Je salue leur performance et leur professionnalisme. Ils respectent les règles de sécurité. Ils nous font confiance et nous leur faisons confiance aussi », apprécie Laurent Delion, chef du centre de secours de Courtomer. En fin de journée, Laurent Delion, treize pompiers et une cellule d’assistance respiratoire étaient encore sur place. Ils ont pour mission de sécuriser les lieux afin de protéger ce qui n’a pas brûlé, « encore au moins jusqu’à demain matin. Les structures des bâtiments sont fragiles. Nous resterons le temps nécessaire ». La météo clémente de ce vendredi 14 février a joué en faveur des pompiers. « Mais elle le sera moins cette nuit et cela risque de nous compliquer la tâche. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
Publicité