Aller au contenu principal

JA de la Manche
Préserver le foncier, c’est notre affaire

Deux tracteurs, une charrue, un combiné, il n’en fallait pas plus pour sonner le tocsin du foncier agricole, la semaine dernière, sur une parcelle en friche située à Gonneville.

© EC

Les Jeunes Agriculteurs de la Manche avaient prévenu voici trois semaines, “le foncier pour l’installation ou pour conforter la structure d’un jeune est l’une de nos priorités”. Après une brève enquête auprès des communautés de communes pour recenser d’éventuelles parcelles en friches, ils ont lancé une action la semaine dernière sur Gonneville, à proximité de l’aéroport de Cherbourg-Maupertus. En une heure, un ha de pelouse s’est retrouvé transformé en semis blé d’hiver sous une explosion de ciel bleu.

2 300 ha de moins en un an
Jean-Hugues Lorault, vice-président des JA, en charge du foncier avec Nicolas Lefèbvre, ne mâche pas ses mots. “Nous sommes ici, avec les JA du canton, sur une parcelle du Syndicat Mixte du Cotentin qui ne sert à rien. Depuis 10 ans, elle est en friche. En un an, la SAU du département a diminué de 2300 ha au profit de l’urbanisation”. Un handicap qui ne concerne pas que la Manche, entre 60 et 70 000 ha de terres disparaissent chaque année sur le sol français ; 120 000 si l’on y ajoute les forêts.
Luc Dufour, maire de Gonneville, est intervenu lors de la conférence de presse improvisée sur place. “Je ne comprends pas, personne ne nous a contacté. Vous faites un coup de pub, mais cela ne solutionne pas vos problèmes. J’estime que la concertation aurait été beaucoup plus efficace”. Les JA ont donc repris leur bâton de pèlerin pour expliquer de A à Z l’ensemble de la problématique foncière. “Si nous ne réagissons pas en faisant un coup d’éclat comme celui-ci, un risque existe : celui de voir les terres agricoles rétrécir comme une peau de chagrin”. Contacté, le président du Conseil général, Jean-François Le Grand regrette cette action. “Nous avons toujours été au côté des jeunes agriculteurs en les aidant financièrement lors de leur installation. De même, nous avons mis en place, voici quatre ans, de concert avec la Chambre d’agriculture, une structure sur la consommation du foncier agricole”.
La parcelle ensemencée, grâce aux graines données par la Fédération des Négociants de la Manche, sera récoltée l’été prochain. Les finances venant de la vente du blé seront données à une association caritative.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

TUBERCULOSE BOVINE
Tuberculose bovine : quatre cas confirmés dans le Calvados
Le Groupement de défense sanitaire confirme, ce mardi 23 février 2020, la détection de quatre cas de tuberculose bovine. Plus de…
Un liniculteur utopiste
Depuis 2017, l’association Lin et Chanvre bio (LCBio) déploie des essais de chanvre en Normandie. Un des objectifs est de créer…
Graindorge, bâtiments de la future fromagerie
Graindorge mise sur le camembert AOP fermier et bio
La fromagerie Le Clos de Beaumoncel est en cours de finalisation à Camembert (61). Fruit d’un partenariat entre E. Graindorge et…
ETA GIFFARD - EPANDAGE
Terra Variant 585 cherche hectares où s’épandre
À l’automne, Denis Giffard, entrepreneur de travaux agricoles à Tournebu (14), a troqué l’une de ses arracheuses intégrales à…
ORNE - CERTIFICATION HVE
HVE : le label met un pied dans l’Orne
La Chambre d’agriculture de Normandie a invité les agriculteurs à s’informer sur le label HVE au cours de trois réunions dans l’…
Le GDS 14 élit son nouveau président
Lors de son assemblée générale, le Groupement départemental sanitaire du Calvados a renouvelé son bureau. Alain Legentil,…
Publicité