Aller au contenu principal
Font Size

Presse : John Deere montre sa densité

10 concessionnaires ont présenté la nouvelle presse haute densité de John Deere. Sur le secteur des Établissements Lebaudy, la machine a réalisé plus de 2 400 bottes. L'occasion de montrer la machine aux futurs clients et de former les distributeurs à une nouvelle technologie.

Nom de code : série L1500. En Normandie, c'est le modèle L1534 qui a débarqué. La machine a montré ses mensurations : 90 x 120 cm avec un canal de 3 m de longueur. Nouveauté du constructeur américain : la série intègre six doubles noueurs.

Un marché à conquérir
La nouvelle presse haute densité américaine a fait ses preuves pendant l'été en France et dans la région. John Deere souhaite répondre à un maximum de besoin de ses clients. "Nous avions un trou dans notre porte-folio de gamme de produits. Nous manquions certaines cibles. Stratégiquement, nous avons décidé d'aller sur ce marché", explique Philippe Ostermann, directeur marketing de l'usine John Deere d'Arc-les-Gray (HautSaône). En moyenne, 350 à 500 presses haute densité sont vendues chaque année en France. Et les noueurs doubles pèsent environ 80 % du marché.

Un tiroir pour les couteaux
Techniquement, John Deere a voulu sa machine simple à l'utilisation et à l'entretien. Petite revue de presse non exhaustive. La L1534 est équipée du système HC 23 couteaux. L'accès est facilité par un tiroir. Une cassette donne une vision directe à l'ensemble des couteaux. Le tout sur un seul côté.  À noter : les couteaux disposent d'une protection hydraulique.
Le pick-up a un diamètre de 34 cm, 5 barres porte dents montées sur roulements. "Ce choix permet une vitesse de rotation plus faible pour une capacité de pick-up supérieure. On a plus de balayage à la minute", indique Pascal Pegon, chef produit John Deere pour les presses cubiques.

Des protections à came
Le rotor mesure lui 590 mm de diamètre. L'élément est protégé par came pour éviter les surcharges. "En cas de bourrage, les systèmes se réenclenchent automatiquement". Le même principe a été retenu sur plusieurs organes comme sur la boîte principale de la machine ou l'empaqueteur. "On ne voulait pas de vis de cisaillement qui en cas de problème oblige l'utilisateur à s'arrêter".
Pour assurer une bonne alimentation de la presse, la distance entre l'axe de rotation du pick-up et du rotor est réduite.  Les vis de convergence sont, en effet, montées sur le même axe de rotation que le rotor. "Il n'y a pas de zone morte. Le temps de transfert, entre le ramassage et le pied du rotor, est raccourci".


Des noueurs dans le vent
Principale amélioration par rapport à la série 1400, les presses série L1500 sont équipées
de noueurs doubles. Leur nettoyage a été repensé. Les ventilateurs électriques sont remplacés par des turbines issues de moissonneuses-batteuses. "Les vents sont chronométrés à 200 km/h en sortie de turbine et 80 km/h au niveau du bec noueur", précise Pascal Pegon.
Au volant, l'utilisateur dispose des indications sur les tensions de ficelles grâce à des capteurs électroniques.

Les ficelles dans le rang
Toujours dans une logique de simplicité d'emploi, le stockage des ficelles a été revu. "Nous sommes passés à deux fois quinze pelotes de ficelles. Nous avons également une rangée unique pour faciliter le chargement". Cette conception a permis de créer deux plateformes latérales, qui donnent accès à la partie supérieure de la machine.
La conception s'avère donc réfléchie pour l'utilisateur. Pascal Pegon résume : "la presse a été pensée pour réduire le temps de maintenance journalier".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Un pick-up lin conçu par la SAMA voit le jour
L’agriculture devra se passer du glyphosate d’ici quelques années. Les producteurs de lin anticipent l’arrêt de l’herbicide,…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Publicité