Aller au contenu principal

Pommes
Prévisions de récolte des fruits à cidre 2010

Analyse de l’IFPC, Institut Français des Productions Cidricoles.

1 Incidence des conditions climatiques de l’année

L’année 2010 se caractérise notamment par un hiver plutôt froid et de mauvaises conditions de floraison : températures basses défavorables à l’activité des insectes pollinisateurs, dégâts sur fleurs et jeunes fruits par des gelées localisées vers la mi-mai, déficit hydrique.

De plus, le stress hydrique d’août et septembre 2009 avait sans doute déjà favorisé l’induction florale de boutons de mauvaise qualité.

Ces contextes expliquent sans doute les nombreux cas de coulures (absence de nouaison) alors que les retours de floraison semblaient satisfaisants.

Les conditions de post-floraison ont été favorables à la multiplication cellulaire des fruits, d’où un bon potentiel calibre. Un éventuel grossissement des fruits (hors variétés très précoces) ne dépend que d’un retour significatif de la pluviométrie.

Coté maladies, la protection contre la tavelure en verger entretenu a été grandement facilitée par la météorologie du printemps.

A noter quelques dégâts parfois importants d’anthonomes qui ont amplifié le manque de nouaison, mais également des dégâts de carpocapse assez importants (sans grande conséquence moniliose pour le moment compte tenu des précipitations limitées) et des attaques d’acariens (araignées rouges et phytoptes) dans l’été à l’origine de bronzage du feuillage.

Globalement, le bon état sanitaire du feuillage permet d’envisager un grossissement possible des fruits (variétés semi précoces à tardives) en fonction des précipitations à venir.

2 Production en verger basse-tige

Les données collectées auprès des producteurs membres du panel “estimation de récolte” (tableau 1) mettent en évidence une sur-estimation de la production en 2009. Quantité récoltée : 220 700 T ; quantité estimée 236 000 T. Ces différences sont constatées essentiellement en Basse-Normandie et en Pays de la Loire.

La récolte 2010 s’annonce en retrait par rapport aux années antérieures. Les variations observées ont pour origine une alternance plus ou moins marquée dans les différents bassins de production et des conditions climatiques plus ou moins favorables. Ainsi en 2010, la production :

- décroche fortement en Bretagne centrale et dans le bassin de Rennes (productions les plus faibles sur les 6 dernières années) ;

- est en retrait de l’ordre de 10 % par rapport à la moyenne des 6 dernières années pour le Pays d’Auge-Lieuvin, la Seine-Maritime et le Maine et Perche ;

- est supérieure de l’ordre de 10 % par rapport à cette même moyenne dans les bocages.

Ces prévisions ont été établies suite à une enquête réalisée entre le 15 et le 30 août 2010 auprès d’un panel d’arboriculteurs. Elles seront à préciser en fonction du grossissement automnal des fruits.

3 Verger haute-tige : une année en-dessous de la moyenne

Publiée depuis de très nombreuses années, “la production pendante” n’était plus le reflet des quantités de fruits susceptibles d’être mises en marché : 45 000 T en moyenne depuis 2003 pour une “production pendante” de 335 000 T.

Cette approche ne permettant plus d’évaluer les variations entre années, en accord avec le SNTC et la FNPFC, cette méthode de prévision a été abandonnée.

Depuis 2002, une enquête auprès d’un panel de producteurs livreurs réguliers de fruits est réalisée chaque année. Le suivi des quantités récoltées permet d’évaluer les variations inter-annuelles et de positionner le niveau de la récolte à venir.

Les données présentées dans le tableau 2 sont exprimées en pourcentage de la production moyenne récoltée par les producteurs interrogés au cours de la période 2004-2009.

En 2009, les réponses des producteurs interrogés annonçaient en Pays d’Auge - Lieuvin une campagne moyenne à forte, et la récolte s’est avérée dans la moyenne des 6 dernières années. La récolte a également été un peu plus faible que prévue dans les bocages normands. Elle a été globalement proche des estimations pour la Bretagne est et le Maine et Perche.

La récolte 2010 s’annonce plus faible que les valeurs de références calculées sur la période 2004-2009 dans les 4 régions étudiées. Les Bocages Normands sont en retrait de près de 10 % tandis que les estimations pour la région Bretagne Est annoncent un niveau inférieur à environ 20 % par rapport à la période de référence 2004-2009.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

VIDEO La Jaguar 990 TT Claas se démène dans la Manche
Le concessionnaire SM3 Claas a fait venir l’ensileuse 990 terra trac pour une démonstration dans la Manche. Venue d’Allemagne, la…
KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
Frédéric Bellanger, Orne
Chez Frédéric Bellanger, le bonheur est dans l’herbe
Pour Frédéric Bellanger, producteur de viande bovine à La Boursillière à Moutiers-au-Perche (61), le bonheur est dans le pré :…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
Jennifer Morin, agricultrice
Jennifer Morin, « mieux vaut avoir le caractère bien trempé »
À Larchamp, commune nouvelle de Tinchebray-Bocage (61), Jennifer Morin est installée avec son mari en lait. Non issue du milieu…
Publicité