Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

15 et 16 juin
Prim’Holstein : deux jours dédiés à l’élevage

Le festival de l’élevage est programmé les 15 et 16 juin prochains. 143 animaux sont notamment attendus au concours régional Prim’Holstein. Erwin Dekker participe à la compétition mais aussi à l’organisation.

© VM
Erwin Dekker sera officiellement installé le 1er août prochain, à Torteval-Quesnay (14). Le jeune homme rejoindra ses parents au sein d’une SCL, à la ferme des Lauriers. La future entité partagée avec ses parents pèsera 1 150 000 litres de lait pour 185 hectares. Ses parents, originaires des Pays-Bas, sont arrivés en France en 2002. Erwin, âgé de 22 ans, s’est vite intégré à la famille de l’élevage. Dès 2007, les Dekker ont participé au festival de l’élevage. Aujourd’hui, le jeune agriculteur dépasse la simple participation au concours. Il a intégré l’équipe d’organisation. “Je ne suis plus à l’école, donc j’ai plus de disponibilité pour m’investir en semaine”, détaille-t-il. A terme, le jeune agriculteur espère aller un peu plus loin. Il imagine déjà un concours dédié aux enfants plus abouti. “J’ai défilé avec une vache dès l’âge de 5 ans. C’est courant aux Pays-Bas. On me dit que c’est impossible en France, mais je pense que c’est une solution pour motiver dès le plus jeune âge”.

Jeune habitué des concours
Lors du prochain concours régional de Caumont-l’Eventé, Erwin emmènera trois vaches. La préparation a débuté depuis 15 jours. L’éleveur avoue cependant préférer les vaches au quotidien. “Je trouve parfois que les bêtes sont trop préparées. Je n’aime pas spécialement mettre les poils debout pour soigner la ligne de dos. Ce n’est pas franchement naturel. Même si cette préparation fait partie du jeu, j’aime observer les vaches au quotidien”. Erwin s’est quand même pris au jeu. Son élevage a participé aux deux derniers Space, à Rennes.

Ramener des vaches rouges
Son quotidien, Erwin Dekker l’a choisi depuis longtemps. Une place importante est consacrée aux animaux dans l’album photo familial. Titulaire d’un bac pro, Erwin a choisi les animaux et laissera à son père le soin de s’occuper des cultures. Dans ses  orientations génétiques, l’éleveur normand garde des origines hollandaises. “J’ai bien envie de ramener un peu de vaches rouges dans le troupeau”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
Publicité