Aller au contenu principal

Prise de sang : à chaque bovin son aiguille

Lors d’une prise de sang, l’aiguille est à usage unique. François Graftieaux, vétérinaire à Vire, et Pierre-Hugues Pitel, directeur du pôle santé animale de LABEO, décryptent cette pratique nécessaire à la rigueur sanitaire. Dans le cas contraire, les résultats peuvent apparaître faussés en bout de chaîne, au laboratoire d’analyse Franck Duncombe. Avec les PCR (analyse virologique), le sujet ne manque pas de piquant.

À travers les exigences de traçabilité et de qualité sanitaire, le métier d’éleveur a évolué. Les vétérinaires ont suivi cette tendance. « Nous sommes tous concernés. Nous avons changé de paradigme. Nos métiers demandent plus de rigueur, plus de paperasse », estime Pierre-Hugues Pitel, directeur du pôle santé animale de LABEO. «Quand j’étais vétérinaire praticien il y a 20 ans, utiliser la même aiguille lors des prises de sang était toléré. Les mentalités ont évolué. D’ailleurs perdre 15 secondes par vache pour changer d’aiguille n’a rien d’insurmontable. Aujourd’hui, si les problèmes sont rares, ils ne sont pas sans conséquence ».  

Un financement des collectivités publiques
La profession vétérinaire dispose d’un mandat sanitaire donné par l’administration. À ce titre, elle a donc des droits et des devoirs. Le tarif de la prise de sang est ainsi fixé par la préfecture. Au préalable, ce prix est négocié par les représentants des éleveurs, ceux des vétérinaires et l’administration. L’acte est donc facturé 2 € 90. Le matériel de prélèvement est fourni aux cabinets vétérinaires. Dans le Calvados, la facture avoisine les 35 000 € par an, financés par la collectivité. Chaque année, 300 000 analyses sont ainsi réalisées chaque année.

Des pratiques de plus en plus fiables
La grande sensibilité de la PCR renforce la nécessité absolue d’utiliser des aiguilles à usage unique lors les prélèvements.
L’échantillon ne doit pas être contaminé par le sang de l’animal précédent. Au final, certains résultats s’avèrent parfois incohérents. En bout de chaîne, le LABEO insiste sur cette bonne pratique. « Nous observons le virus dans le sang, mais avec des niveaux de contamination très faibles », explique Pierre-Hugues Pitel, directeur du pôle santé du laboratoire. Ce manque de rigueur augmente la facture finale. « Lorsque nous avons un doute, nous refaisons une analyse. C’est un coût pour l’éleveur, le GDS et la collectivité. Dans des cas extrêmes, nous pouvons aussi décider d’abattre des animaux pour de mauvaises raisons ». Des résultats aberrants provoquent également un audit de la chaîne d’analyse du laboratoire. Ce dernier doit alors vérifier ses pratiques pour déceler des contaminations possibles. Par exemple le rinçage efficace des automates.

Réaffirmer l’importance des bonnes pratiques de prélèvements
Les rares litiges se règlent à l’amiable. Ils sont devenus exceptionnels. De plus, la technologie évolue. Elle permet désormais de mener des tests génétiques pour vérifier l’origine du sang contenu dans les tubes de prélèvement.

Docteur François Graftieaux (vétérinaire à Vire) :
« une rigueur qui fait partie de notre métier »
« Quand je réalise des prises de sang pour les achats d’animaux, j’ai un lot d’aiguilles dans la poche droite. J’en change systématiquement lors de chaque prise de sang. Les aiguilles usagées terminent avec les autres déchets de soin, dans des poubelles jaunes collectées par le GDS. Sur les tubes remplis, je note les chiffres d’identification de la bête concernée », explique le docteur François Graftieaux. Pour ce vétérinaire, ce geste reste anodin. Le changement d’aiguilles répond à des exigences autant professionnelles qu’éthiques. Dans le cas contraire, le risque de fausser les analyses est avéré. Essuyer l’aiguille ne suffit pas. « C’est une ineptie. C’est la goutte restée à l’intérieur qui faussera l’analyse. Le changement d’aiguille, c’est comme une priorité à droite. C’est obligatoire. Les prises de sang sont une partie de notre boulot, nous en vivons aussi », souligne le vétérinaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Le Gaec Lorin-Barbot prévoit de toujours produire du lait en 2032
Le Gaec Lorin-Barbot de Les Cresnays (sud Manche) prévoit de toujours produire du lait d’ici dix ans. Pour autant, les…
Zéro glyphosate ou le défi impossible en Normandie ?
Peut-on se passer du glyphosate ? Depuis 2019, cette vaste question a été travaillée via le plan « transition glyphosate…
PAC 2023-2027 : le nouveau système de suivi du parcellaire est « vraiment intrusif »
Dans le cadre de la future programmation de la Politique agricole commune (PAC) qui entrera en vigueur en janvier 2023, la…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Philippe Leprince, directeur de l’OP Bovins d’Agrial : « Transformer la décapitalisation en atout »
En octobre 2022, l’OP Bovins d’Agrial a organisé sa « Journée puissance viande » dans le pays du granit, à Saint-Michel-de-…
Publicité