Aller au contenu principal
Font Size

Crise du Covid-19
Privés de débouchés, les poiréculteurs manquent de trésorerie

Au seuil de la Manche, Didier Lemorton produit du calvados, « à 70, 90% composé de poiré » à Mantilly (61) dans le Domfrontais. Troisième génération du nom, il commercialise des calvados très millésimés, qu’il exporte à 80% hors de nos frontières.

© DB

La visite de ses nouvelles cuves en inox, dans un bâtiment récent, débouche sur les calvados, encuvés dans les années cinquante pour les plus anciens. La boutique propose aussi du poiré, dont le poiréculteur produit entre 8 et 10 000 bouteilles par an. Ici, comme dans la plupart des boutiques à la ferme, depuis mardi 17 mars, on ne voit plus personne.

 

Sans aide publique

La filière du poiré connaît les mêmes perturbations que sa cousine la pomme : baisse des ventes en supermarché, clients absents des fermes. Les producteurs ont vu leur chiffre d‘affaires baisser de 90% en moyenne. Et pourtant, ils ne sont pas éligibles aux aides. « Notre production cidricole est associée à l’élevage qui valorise l’herbe aux pieds des pommiers à haute tige, indique Martine Lemorton, nous vendons encore notre lait et notre viande ». Les exploitations ne cochent pas les cases des aides publiques.

 

Toute la récolte

Jérôme Forget est poiréculteur à Torchamp et président de l’ODG (organisme de gestion) du Domfrontais, « nous, les producteurs fermiers, on vend essentiellement en direct aux cavistes et aux restaurateurs ». L’annulation des mariages et autres festivités les frappe directement. Ils s’attendent à « des impacts jusqu’en septembre. On a une réelle inquiétude sur la relance de la consommation ». Contrairement à la filière pomme qui demande des aides pour la destruction de fruits, les poiréculteurs souhaitent récolter toute leur production 2020. « On va stocker le poiré, ajoute Jérôme Forget, il vieillit bien, on peut le conserver quatre, cinq ans ». En revanche, les difficultés de trésorerie se font déjà sentir et c’est ce qui inquiète la profession.

 

Aides régionales

À l’appel du Comité de soutien aux ODG cidricoles (CICD), le président de la Région Normandie, Hervé Morin, a mandaté la maire de Dozulé, Sophie Gaugain, pour l’étude d’un plan d’accompagnement qui sera présenté à la fin du mois. Il porterait principalement sur un plan de communication en faveur des boissons cidricoles normandes dans les lieux touristiques ainsi que des opérations en grande distribution. Hervé Morin indique avoir aussi saisi le ministre de l’Agriculture pour qu’il étende l’exonération fiscale accordée aux viticulteurs, aux producteurs de la filière.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
Publicité