Aller au contenu principal

Maïs fourrage sur pied
Prix de base 2010

Avec la pénurie fourragère cette année, vous allez être nombreux à éventuellement acheter du maïs sur pied afin de reconstituer vos stocks pour l’hiver prochain.

Avec la pénurie fourragère cette année, vous allez être nombreux à éventuellement acheter du maïs sur pied afin de reconstituer vos stocks pour l’hiver prochain. Comme chaque année à cette même période, nous vous proposons un prix de base 2010 du maïs sur pied correspondant au produit du maïs grain que le vendeur pourrait espérer retirer de sa parcelle. Attention, nous vous rappelons que cette base de transaction sera la plus juste autant pour le vendeur que pour l’acheteur à condition de connaître au mieux le tonnage et la matière sèche (MS) du maïs ensilé.
Pur l’acheteur après avoir prix en compte des coûts supplémentaires liés à la récolte (ensilage et transport) et d’un taux de perte au silo, il pourra comparer différents produits de substitution, selon leurs contraintes alimentaires, au prix de la tonne brute rendue auge de cet ensilage de maïs à acheter.

A quel prix pourrait être vendu le maïs grain cet automne et quel produit pour le vendeur ?
La difficulté au mois d’août est de prévoir à quel prix le maïs grain pourrait se vendre cet automne. Entraînées par la flambée des cours du blé, les cotations du maïs grain progressent significativement depuis le début août pour atteindre 19,5 € le quintal la veille du 15 août rendu port de Bordeaux (retirez environ 2 € pour un prix départ exploitatio   
Toutefois, selon certains analystes des marchés des céréales, la hausse des cours pourrait se ralentir, et situent actuellement des seuils de résistances des cotations du maïs grain autour de 16 € le quintal sur le marché à terme. Ainsi face à cette forte volatilité des prix, nous avons retenu pour calculer le produit d’un hectare de maïs grain 2010 trois niveaux de prix brut de vente du quintal de grain : 12, 15 et 18 € (tableau 1).       
Le vendeur rajoutera au prix brut 3,510 € par quintal de perte de fertilité des sols par exportation de la plante entière au lieu de l’enfouissement des résidus. Il déduira 0,087 € de taxes + 2,420 €  de récolte et transport du grain et 2,250 € pour le séchage (grain à 5% d’humidité) soit un total de 4,757 € par quintal à retirer du prix brut (tableau 1).

Quel coût final pour l’acheteur de maïs sur pied ?
Afin de pourvoir comparer la tonne brute de MS rendue auge de l’ensilage de maïs à éventuellement des produits de substitution, il est important pour l’acheteur de rajouter au prix d’achat du tableau 1 les frais de récolte (ensilage et transport) et un taux de pertes au silo.
Vous retrouverez dans le tableau 2 le coût final pour l’acheteur d’ensilage de maïs par tonne de MS ou par tonne brute en tenant compte d’un forfait de 30 € de frais de récolte (ensilage et transport) par tonne de MS et d’un taux de pertes au silo de 10%.
Comme pour de nombreuses transactions, il est possible de modifier les nombreux repères retenus (taux MS, rendement, frais récolte…) afin de rechercher le meilleur équilibre entre le vendeur et l’acheteur pour que chacun trouve bien son compte au final.

Quel prix d’équivalence de différents aliments de substitution à l’ensilage de maïs ?
Afin de répondre à cette question les membres du groupe d’alimentation régional, qui réunit les Ingénieurs Lait des Chambres d’Agricultures et Conseils d’Elevage de Normandie, ont établi un prix d’équivalence de différents produits de substitution à l’ensilage de maïs selon leurs principales valeurs alimentaires (MS, UFL, PDI, encombrement, minéraux…), en tenant compte d’un prix pour le blé de 18 € le quintal (dont 3 € lié au broyage) et 35 € le quintal pour le tourteau de soja.     Attention, l’ensemble des calculs a été réalisé à partir de valeurs alimentaires bien précises proposées par l’INRA (cf. tableau 3). Pour des valeurs différentes, n’hésitez pas à revoir le calcul avec votre conseiller d’élevage.
A partir du tableau 3, il est alors possible de connaître le prix d’équivalence de différents produits de substitution selon 5 niveaux de prix de la tonne brute d’ensilage de maïs rendue auge titrant 35% de MS et 0,91 UFL par kg de MS.
Ainsi sur la base d’un quintal de blé broyé à 18 € et d’un quintal de tourteau de soja à 35 €, le prix d’équivalence d’un foin épié s’établit à 99 € la tonne, et 68 € la tonne de drèche de brasserie humide pour une tonne brute d’ensilage de maïs à 41 € rendue auge. Si vous trouvez sur le marché du foin récolté au stade épiaison à moins de 99 € ou de la drèche de brasserie à moins de 68 € la tonne brute, il est plus judicieux d’acheter ces aliments à la place de votre ensilage de maïs à 41 € la tonne brute rendue auge.
Situation des marchés de quelques produits de substitution à l’ensilage de maïs ?
Comme souvent en période de pénurie de fourrages, la demande est forte et l’offre se réduit, d’où des évolutions significatives des cours de nombreux co-produits comme cela a été souvent précisé par différents fournisseurs contactés à la date du 16 août (tableau 4).
De plus, les prévisions de récolte sont plutôt pessimistes pour la pomme de terre où l’on annonce entre 15 et 40% de baisse de rendement selon les fournisseurs contactés. Pour ce qui concerne la betterave rien n’est perdu si le mois de septembre était pluvieux. Dans le cas contraire, les cours de la pulpe de betterave déshydratée ou sur pressée pourrait augmenter rapidement.
Comme indiqué souvent avec ces co-produits, il est important de demander auprès de vos fournisseurs une garantie d’étiquette pour au moins les teneurs en MS, protéines brutes (MAT)  et cellulose brute (CB) pour éviter quelques surprises sur les valeurs annoncées.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

VIDEO La Jaguar 990 TT Claas se démène dans la Manche
Le concessionnaire SM3 Claas a fait venir l’ensileuse 990 terra trac pour une démonstration dans la Manche. Venue d’Allemagne, la…
KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
Frédéric Bellanger, Orne
Chez Frédéric Bellanger, le bonheur est dans l’herbe
Pour Frédéric Bellanger, producteur de viande bovine à La Boursillière à Moutiers-au-Perche (61), le bonheur est dans le pré :…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
Jennifer Morin, agricultrice
Jennifer Morin, « mieux vaut avoir le caractère bien trempé »
À Larchamp, commune nouvelle de Tinchebray-Bocage (61), Jennifer Morin est installée avec son mari en lait. Non issue du milieu…
Publicité