Aller au contenu principal

Prix du lait Agrial : les agriculteurs restent sur leur faim

La coopérative Agrial a annoncé une baisse de 15 €/1 000 l pour le mois de septembre. Ce qui a provoqué la colère des producteurs de la Manche. A la foire de Lessay, à l’initiative de la FDSEA Manche, ils ont donc tenté de faire entendre leur voix auprès des responsables de la coopérative, notamment Pascal Lebrun, responsable de la branche lait. En vain.

Sous la tente des éleveurs, FDSEA et JA de la Manche ont débattu avec les responsables d’Agrial, notamment Pascal Lebrun, pour la branche lait. Mais ces échanges n’ont pas permis d’aboutir à une hausse du prix du lait. DR
Sous la tente des éleveurs, FDSEA et JA de la Manche ont débattu avec les responsables d’Agrial, notamment Pascal Lebrun, pour la branche lait. Mais ces échanges n’ont pas permis d’aboutir à une hausse du prix du lait. DR
© SB

Quand la coopérative Agrial a annoncé une baisse de 15 €/1 000 litres sur le prix du lait pour le mois de septembre, les éleveurs ne l’ont pas compris. « C’est une totale incompréhension. Il y a une réelle inquiétude chez les producteurs. Et je les comprends bien », souligne Ludovic Blin, responsable syndical départemental et régional. « C’est un très mauvais signal donné aux autres entreprises laitières », poursuit-il. « C’est d’autant plus étonnant que le mauvais élève soit un groupe coopératif », complète-t-il.

Au ras des pâquerettes
Alors, dans le cadre de la foire Sainte-Croix à Lessay, les responsables syndicaux ont invité à la table des discussions, les responsables d’Agrial. Et c’est sous la tente des éleveurs que le débat a eu lieu. « On demande que la copie soit revue. De nombreux signaux économiques ne justifient pas un tel prix. Les producteurs de lait de la Manche ne peuvent subir la loi du plus fort », explique Ludovic Blin à Pascal Lebrun, responsable de la branche lait à la coopérative. « Les prix avancés pour la fin de l’année correspondent à ceux de 2017. Ce n’est pas entendable. Les éleveurs ne comprennent pas que depuis 18, 24 mois, ils sont payés au ras des pâquerettes », dénonce Ludovic Blin.

Le choix du développement
Face à ce message, Pascal Lebrun ne les a pas rassurés. Pour le prix du 3e trimestre, les choses sont bouclées. « On est à la merci des échanges internationaux. Pour l’année 2018, la moyenne se situerait au minimum à 315 €/1 000 l. Et si nous arrivons à aller chercher des augmentations, elles seront retranscrites », indique-t-il. « On investit depuis plusieurs
années dans la branche lait, plus
que ce qu’on en retire. Alors, oui, on est dans le match mais pas dans le haut du tableau. On a choisi le développement », complète Bernard Guillard.

A l’encontre des EGA
Pour Ludovic Blin, cette fin de non-recevoir est difficile à entendre. « Nous restons sur notre faim », déplore-t-il. « Cette attitude est d’autant plus incompréhensible qu’elle va à l’encontre des bons sentiments des EGA. Cela nous laisse dubitatifs sur le respect de la future loi des EGA, dont l’examen se poursuit en septembre », conclut-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie
“ L’enfumage du plan de relance ”
Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie qui fédère 170 ETA (Entreprise de Travaux Agricoles) au plan régional, est très…
MANIFESTATION FDSEA 50 JA 50 JANVIER 2021
Une mobilisation active devant les grilles de la préfecture
Le 19 janvier, les adhérents de la FDSEA et des JA de la Manche étaient appelés à se mobiliser devant la préfecture pour dénoncer…
Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14)
La boucherie Mesnil en plein rush
La découpe bat son plein à la boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14), où la période des fêtes a été synonyme de nombreuses…
Publicité