Aller au contenu principal

Prix du lait : que des paroles

FDSEA-JA de l'oOrne : à l'heure où les industriels laitiers cherchent tous les stratagèmes pour ne pas payer le prix du lait permis par les engagements de la table ronde du 24 juillet dernier, les producteurs de lait lancent un dernier appel à la raison aux transformateurs laitiers.

© TG

Les engagements pris lors de la table-ronde du 24 juillet seraient-ils bafoués?   Si la distribution semble jouer le jeu, c'est un peu moins clair du côté de la transformation. "Aujourd'hui, les producteurs de lait constatent que très peu de transformateurs laitiers tiennent leurs engagements, alors que les producteurs de lait se trouvent dans une situation financière dramatique. Pourtant les transformateurs laitiers annoncent une augmentation plus que conséquente de leurs résultats nets. Trop c'est trop ! Les semaines se suivent et les producteurs de lait attendent toujours une revalorisation du prix du lait. Sur le terrain le ton monte", s'exaspèrent Anne-Marie Denis et David Bechet (respectivement présidente de la FDSEA de l'Orne et responsable de la section lait).

A chacun de calculer sa moyenne
Mais à combien devrait être payé le lait ? "A chacun de faire son calcul. A chacun de vérifier sa moyenne", invite David Bechet. Un prix qui a minima doit permettre de joindre les 2 bouts "mais qui ne rémunère pas notre travail, 10/12 heures par jour, 7 jours sur 7", commente-t-on de source syndicale. Des objectifs atteignables ? "Oui, répondent FDSEA et JA. Les transformateurs laitiers annoncent une augmentation plus que conséquente de leurs résultats nets". Plus 24 % chez Danone à titre d'exemple. Chez Lactalis et comme il est d'usage, on ne communique pas les chiffres. "C'est qu'il y a anguille sous roche, lâche David Bechet. Les entreprises ont les moyens de payer plus".
Et de faire remarquer qu'il a suffi d'une simple réunion avec Bongrain-Agrial pour faire passer le prix payé aux producteurs de 315 à 326 e.
En attendant, FDSEA et JA appellent la grande distribution "qui commence à jouer le jeu de même que les pouvoirs publics qui prennent peu à peu conscience des difficultés dans les élevages," à assumer sa part de responsabilités.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Ensilage à l’ancienne : ça va taper de la goulotte dimanche 18 septembre 2022
Portée sur les fonts baptismaux en 2007 par une poignée de passionnés, la fête de l’ensilage (à l’ancienne) de Chaulieu aux…
Cocotte&Co - Osmanville
Clémence et Mathieu, éleveurs dans le Calvados, ne mettent pas tous leurs œufs dans le même panier
C’est lors d’une visite officielle de la Région Normandie, mardi 30 août 2022, que Clémence et Mathieu Cannevière, éleveurs à…
(EN IMAGES). Fête de l’ensilage (à l’ancienne) : Chaulieu cultive la réussite
Près de 4 500 personnes étaient à Chaulieu (50), capitale de l’ensilage, dimanche 18 septembre 2022. Matériels, public, soleil,…
Ouverture Chasse Orne
Chasse : ouverture dimanche 25 septembre 2022
La chasse ouvre dimanche 25 septembre 2022, dans l’Orne. Christophe de Balorre, président de la Fédération départementale, fait…
Foire de Lessay (Manche) : près de 450 animaux présents
Le Festival de l’élevage intégré dans la foire de Lessay depuis 1999 revient les 9, 10 et 11 septembre 2022. Une nouvelle fois,…
Vachement Caen
Vachement Caen : « la communication positive n’est pas nécessaire, elle est indispensable »
Questions à Jean-Yves Heurtin, président de la Chambre d’agriculture du Calvados. L'événement Vachement Caen a lieu le dimanche…
Publicité