Aller au contenu principal

Pro Dx-4, l’ensileuse belge à caisson arrive en Normandie

A Coulonces, près de Vire, au Gaec du Pont Vaulégeard, une ensileuse à caisson nouvelle génération Pro Dx-4 démontre ses performances. Sa première originalité : elle fonctionne en solo, sans benne.

La onzième ensileuse à caisson sortie des ateliers de l’entreprise belge Gilles a tourné ce mardi 6 novembre sur la parcelle de Jacky Toulier à Coulonces (14). Son propriétaire, la coopérative Deshyouest, l’a apportée de Bretagne afin de convaincre les agriculteurs normands de ses performances.

Autonomie
Dotée d’une table de fauche de 6 m de large en coupe directe et d’une caisse récolteuse à l’arrière de 45 m3, la principale caractéristique de cette ensileuse est son autonomie : elle roule dans le champ, sans tracteur ni benne. Equipée d’un moteur V12 de 1 200 CV, sa vitesse oscille entre 12 et 16 km/h. Sa direction articulée, accompagnée d’un essieu directeur permet en outre un rayon de braquage important. « Elle fonctionne en crabe, du fait du décalage du train de pneu arrière avec l’avant », explique Gérard Préat, le commercial de la société Gilles. Cette dernière a conçu le châssis de cette Pro Dx-4. La mécanique est signée Krone et la cabine, New Holland.
L’autre aspect innovant de l’ensileuse, sortie des ateliers en
2013, est le calcul de charge permanent qui permet de rééquilibrer la pression des pneus et d’éviter le patinage.
Des pesons installés sur les essieux permettent en effet d’évaluer le poids et d’adapter la force de la roue à la charge, en variant le débit hydraulique. « Ça permet de ne pas arracher la matière », insiste le commercial.

Sols compliqués
Le système de caisson a été conçu « pour des sols compliqués, explique Gérard Préat, à la demande d’un agriculteur de Tournai en Belgique qui possédait un parcellaire très morcelé, 1 000 hectares en 800 morceaux ». Pour le commercial, c’est là tout l’intérêt de la Pro Dx-4 : intervenir sur des parcelles de petite taille ou à faible rendement.
Son fonctionnement en crabe et le calcul de poids permettent d’éviter le tassement et le patinage sur sols humides. Aussi, convient-elle aux 3,5 hectares de Cive (Cultures intermédiaires à valorisation énergétique) cultivées par Jacky Toulier à titre d’expérimentation. Récoltée tardivement, cette association de moha, niger, tournesol et cartham est testée en vue de la construction de l’unité de méthanisation à Vire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

moisson 2021
La qualité des blés se dégrade avec la pluie
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Publicité