Aller au contenu principal
Font Size

Pro Dx-4, l’ensileuse belge à caisson arrive en Normandie

A Coulonces, près de Vire, au Gaec du Pont Vaulégeard, une ensileuse à caisson nouvelle génération Pro Dx-4 démontre ses performances. Sa première originalité : elle fonctionne en solo, sans benne.

La onzième ensileuse à caisson sortie des ateliers de l’entreprise belge Gilles a tourné ce mardi 6 novembre sur la parcelle de Jacky Toulier à Coulonces (14). Son propriétaire, la coopérative Deshyouest, l’a apportée de Bretagne afin de convaincre les agriculteurs normands de ses performances.

Autonomie
Dotée d’une table de fauche de 6 m de large en coupe directe et d’une caisse récolteuse à l’arrière de 45 m3, la principale caractéristique de cette ensileuse est son autonomie : elle roule dans le champ, sans tracteur ni benne. Equipée d’un moteur V12 de 1 200 CV, sa vitesse oscille entre 12 et 16 km/h. Sa direction articulée, accompagnée d’un essieu directeur permet en outre un rayon de braquage important. « Elle fonctionne en crabe, du fait du décalage du train de pneu arrière avec l’avant », explique Gérard Préat, le commercial de la société Gilles. Cette dernière a conçu le châssis de cette Pro Dx-4. La mécanique est signée Krone et la cabine, New Holland.
L’autre aspect innovant de l’ensileuse, sortie des ateliers en
2013, est le calcul de charge permanent qui permet de rééquilibrer la pression des pneus et d’éviter le patinage.
Des pesons installés sur les essieux permettent en effet d’évaluer le poids et d’adapter la force de la roue à la charge, en variant le débit hydraulique. « Ça permet de ne pas arracher la matière », insiste le commercial.

Sols compliqués
Le système de caisson a été conçu « pour des sols compliqués, explique Gérard Préat, à la demande d’un agriculteur de Tournai en Belgique qui possédait un parcellaire très morcelé, 1 000 hectares en 800 morceaux ». Pour le commercial, c’est là tout l’intérêt de la Pro Dx-4 : intervenir sur des parcelles de petite taille ou à faible rendement.
Son fonctionnement en crabe et le calcul de poids permettent d’éviter le tassement et le patinage sur sols humides. Aussi, convient-elle aux 3,5 hectares de Cive (Cultures intermédiaires à valorisation énergétique) cultivées par Jacky Toulier à titre d’expérimentation. Récoltée tardivement, cette association de moha, niger, tournesol et cartham est testée en vue de la construction de l’unité de méthanisation à Vire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
incendie
Toujours plus chaud, l’été normand s’enflamme
Face à l’augmentation du nombre d’incendies, la vigilance portée aux facteurs de risques liés aux travaux d’été doit être…
FDSEA 61 - Betterave jaunisse
(EN IMAGES) FDSEA et JA alertent: « le virus est partout »
Lundi 3 août, les JA et la FDSEA ont invité les responsables politiques ornais et la presse en bout de champ, à Aunou-sur-Orne.…
Publicité