Aller au contenu principal

Manche
Produits phytosanitaires : vérifiez les cultures et les usages avant d'acheter

Dans le cadre de la conditionnalité PAC, vous devez tenir à jour un cahier d'enregistrement des traitements sur cultures.

De nombreux produits à base d'isoproturon possède une AMM sur blé et sur orge mais pas sur triticale
De nombreux produits à base d'isoproturon possède une AMM sur blé et sur orge mais pas sur triticale
© Th. Guillemot



Chaque produit a un numéro d'autorisation de mise sur le marché (AMM) découlant d'une étude effectuée pour un emploi et une culture bien spécifique. De ce fait les interdictions et les autorisations sont à vérifier pour chaque produit en fonction de l’usage et de la culture même s'ils sont vendus en pack. Par exemple, de nombreux produits à base d'isoproturon possède une AMM sur blé et sur orge mais pas sur triticale (le triticale n'est pas du blé).  Lorsque vous achetez un pack pour du triticale, vérifiez bien que l'ensemble des produits composant le pack sont autorisés sur triticale. Si l'un d'entre eux est interdit, vous ne pourrez pas utiliser le pack complet. L'autorisation d'un produit du pack sur une culture n'est pas transférable aux autres produits contenus dans le pack.  Dans le cadre de la conditionnalité des aides PAC, l'utilisation des produits phytopharmaceutiques peut être contrôlée dans le domaine “productions végétales”. En cas d'utilisation de produits n'ayant pas ou plus d'autorisation de mise sur le marché, une réduction des aides pourrait avoir lieu. Cette dernière peut varier entre 1 et 3 % en fonction de l'anomalie constatée sur ce point. Par ailleurs, il est important de demander des préconisations écrites lors d'achats de produits phytosanitaires. En conclusion, soyez vigilant sur l'achat des produits, vérifiez bien qu'ils soient autorisés : - sur la culture en question : même si les cultures sont similaires, il n’est pas forcément évident qu’une molécule soit homologuée pour l’ensemble de ces cultures ;            - pour l'usage en question : malgré la présence d'une matière active identique, certains produits commerciaux peuvent ne pas être agréés pour les mêmes utilisations. Un dossier d’homologation est lourd et coûteux pour une firme et tous les usages ne sont pas pourvus.
LA FDSEA au service de ses adhérents
02 33 06 48 32 - contact@fdsea50.fr
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie
“ L’enfumage du plan de relance ”
Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie qui fédère 170 ETA (Entreprise de Travaux Agricoles) au plan régional, est très…
MANIFESTATION FDSEA 50 JA 50 JANVIER 2021
Une mobilisation active devant les grilles de la préfecture
Le 19 janvier, les adhérents de la FDSEA et des JA de la Manche étaient appelés à se mobiliser devant la préfecture pour dénoncer…
Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14)
La boucherie Mesnil en plein rush
La découpe bat son plein à la boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14), où la période des fêtes a été synonyme de nombreuses…
Publicité