Aller au contenu principal

Promotions sur la viande de porc : « on bat tous les records »

Les traditionnelles promotions de janvier sur la viande de porc battent leur plein. Qu’ne pensent les producteurs ? Réponses avec Yvan Fourré, président de la section porc de la FRSEA de Normandie.

« Nous n’allons pas nous laisser piller sans réagir. Il faudra bien que les coupables rendent des comptes »
« Nous n’allons pas nous laisser piller sans réagir. Il faudra bien que les coupables rendent des comptes »
© TG

>> Les promotions de janvier sont en cours. Quelle est votre appréciation ?
On bat tous les records ! Il suffit de lire les dépliants publicitaires déposés dans nos boîtes aux lettres : on trouve des pièces, longes ou côtes de porc, à des prix voisins du porc sorti de l’élevage. Je ne vois pas comment l’abattage et la découpe peuvent trouver leurs marges avec ces prix-là.

>> Vous mettez toutes les enseignes dans le même panier ?
Les bons élèves sont rares car les habitudes ont la vie dure dans ce métier-là. J’observe tout de même que les distributeurs qui adhèrent à la Fédération du Commerce et de la Distribution (FCD) font moins de dégâts que les autres dont certaines se disent pourtant « producteur et commerçant ».

>> La promotion sur la viande est pourtant un outil de dégagement du marché ?
Oui, mais je fais une différence entre promotion et braderie. Nous avons effectivement besoin, à certaines périodes, de doper la consommation grâce à des promotions. Cela fait partie d’une politique commerciale dont toute la filière a besoin. Mais ce à quoi l’on assiste, c’est autre chose. Cette braderie ne laisse personne rémunérer son travail dans la filière. Et cela délivre un double message catastrophique auprès des consommateurs : la viande de porc ne vaut rien, et il faut surtout attendre les promos pour en acheter. L’effet est donc contreproductif.

>> Pourtant, lors des États Généraux de l’Alimentation, des engagements ont été pris. Sont-ils respectés ?
On voit bien que non. En attendant la loi qui doit formaliser les conclusions des EGA, une charte d’engagement a été signée en novembre par tous les opérateurs, y compris les enseignes de distribution. On voit ce qu’elles font de leur signature. Car ce qu’on voit sur les promotions est comparable aux négociations commerciales annuelles qui sont en cours : la distribution est plus agressive que jamais. Créer de la valeur n’est toujours pas son credo, c’est plutôt la recherche du profit maximal à court terme, et tant pis pour l’amont de la filière et l’attente des consommateurs qui souhaitent, je le rappelle, acheter de la viande française. Mais cela, ce n’est pas le souci des distributeurs.

>> Peut-on espérer, malgré tout, un effet positif sur le prix du porc?
Faire des prévisions est un exercice bien périlleux et je ne m’y livrerai pas. Je constate que le prix baisse continuellement depuis six mois, promotions ou pas promotions. Nous vendons nos porcs en dessous de leur prix de revient, le cours affiché au cadran est de 1,10€/kg. Cela ne va pas pouvoir durer.

>> Doit-on en conclure que des actions sont à prévoir ?
Nous allons en discuter mais nous n’allons pas nous laisser piller sans réagir. Il faudra bien que les coupables rendent des comptes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie
“ L’enfumage du plan de relance ”
Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie qui fédère 170 ETA (Entreprise de Travaux Agricoles) au plan régional, est très…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Publicité